Browsing Tag

jeu

Productrice de jeu et maman d’un enfant en bas âge : le retour de Coralie Munier sur le travail à la maison

Depuis maintenant 1 mois et demi toutes les équipes de Ludia sont en travail à domicile. Cette situation complexe mais nécessaire apporte son lot de défis tant pour l’avancement des projets que pour la vie quotidienne de tous les employés.

Dans ce contexte nous voulions vous donner un aperçu du fonctionnement du studio et plonger dans le quotidien de quelques-uns de nos Ludiens. Cette semaine, on commence avec Coralie Munier, productrice chez Ludia depuis plus de 8 ans, et maman d’une petite fille de 18 mois.

Coralie et Clémence

La production d’un jeu en travail à domicile

Coralie est productrice sur notre jeu disponible Dragons : Titan Uprising. Entre planification, définition des objectifs, répartition des tâches, collaboration avec d’autres départements et gestion d’une équipe d’une trentaine de personnes, même dans un contexte «normal» c’est un travail très prenant et basé sur la communication. Ce qui peut être complexe à gérer lorsque tout doit se faire à distance.

Mais de ce côté, Coralie et toute son équipe ont rapidement su s’adapter et continuer efficacement la production. « Ce qui nous aide, c’est d’avoir une roadmap extrêmement claire. La vision est claire, ils savent où ils vont, ce qu’ils ont à faire.» Certaines situations vont devoir être gérées plus régulièrement au jour le jour mais au global, ils ont conservé le plus possible le fonctionnement mis en place au studio, les sprints aux 2 semaines et les meetings récurrents habituels. Seule la dimension virtuelle des rencontres change.

C’est cette organisation et le fait de garder le plus possible le rythme auquel est habituée l’équipe, à quelques exceptions, qui leur permettent de garder la même qualité de travail.

La gestion d’une équipe à distance

Une trentaine de personnes regroupant notamment des game designers, développeurs, testeurs, artistes, c’est toute une organisation à gérer le plus efficacement et le plus humainement possible. S’il n’a pas vraiment été nécessaire de mettre en place de nouvelles choses mais plutôt d’adapter toutes les actions autrefois physiques en virtuel, naturellement l’attention a été renforcée sur la communication et la régularité des contacts (appels, visio, chat). Plus que pour discuter des tâches et des projets, c’est pour s’assurer que chacun des membres de son équipe se sente bien, n’ait pas de problématiques particulières ou simplement pour leur permettre de parler de leurs ressentis. Ils sont tous encouragés à être ouverts et honnêtes sur leurs émotions afin de pouvoir être accompagnés au mieux pendant cette période qui peut être anxiogène. En plus des stand-up réguliers, chaque lead de l’équipe est responsable de 2 à 5 personnes à qui il/elle va s’assurer de parler tous les jours. De la même façon, Coralie prend le temps de discuter avec chacun de ses leads quotidiennement.

De manière générale pour les plus anciens de Ludia, c’est un peu plus facile, mais pour les nouveaux le travail à la maison peut être un gros défi. L’équipe porte donc, avec bienveillance, une attention particulière aux dernières recrues. « On a eu quelqu’un qui est arrivé peut-être un mois avant le déploiement du travail à domicile. Il vient tout juste d’arriver à Montréal, il n’est pas dans son pays, n’a pas encore vraiment d’amis ici ni sa famille, et vient tout juste d’emménager dans un appartement dans lequel il ne peut pas encore se sentir comme chez lui. On fait donc attention à lui, son lead lui parle tous les jours et crée aussi des moments sociaux et informels. Par exemple, ils se connectent ensemble le midi pour jouer à des jeux. » L’important pour Coralie c’est qu’aucun des membres de son équipe ne se sente isolé.

Une autre catégorie de personnes a aussi naturellement plus de difficultés dans cette situation mais pas pour les mêmes raisons : les parents.  Le maître mot pour eux est : faites de votre mieux. Elle-même maman d’un tout jeune enfant, Coralie rassure les parents, leur rappelle la flexibilité offerte par Ludia de travailler lorsqu’ils le peuvent (dans le respect des deadlines de livraison). Elle sait également fédérer ses troupes et créer un formidable esprit d’équipe qui permet si besoin de soutenir certaines personnes et compenser un peu le travail de l’un par quelqu’un d’autre.

« Je pense qu’avec cette situation on voit vraiment le meilleur de Ludia en ce moment, le soutien entre les Ludiens, et ça nous fait prendre conscience qu’on est chanceux de travailler dans ces conditions et pour ce studio.»   

Mais si elle permet aux parents de disposer de beaucoup plus de flexibilité, c’est parfois bien plus complexe pour elle d’en bénéficier.

En effet, quand d’autres peuvent s’organiser pour travailler tôt le matin ou tard le soir lorsque les enfants dorment, ce n’est pas toujours quelque chose d’envisageable lorsqu’il faut gérer une trentaine de personnes au quotidien. Coralie se doit d’être disponible pour eux pendant les heures régulières, ce qui a demandé une bonne dose d’adaptation. 

Le travail à domicile avec un enfant en bas âge

Ce qui lui manque le plus ? « Le temps de cerveau disponible que j’ai pour me concentrer uniquement sur mon travail. Dans les bureaux de Ludia je peux concentrer toute mon énergie et mon esprit à mon travail. Lorsqu’il faut s’occuper d’une petite de 18 mois en parallèle, ça change tout. On se rend compte qu’il y a plein de choses qu’on prenait pour acquises, et on les appréciera encore plus lorsqu’on sera revenu dans les bureaux. J’ai aussi de plus en plus d’admiration pour mon assistante maternelle Haha »

Alors comment on s’organise pour gérer le travail de producteur de jeu vidéo à domicile et s’occuper de son enfant en bas âge ?

Coralie et son conjoint, Romain, adaptent leurs emplois du temps pour pouvoir alterner les moments de travail et ceux passés avec la petite. Ils essaient le plus possible de prévoir leurs réunions en fonction de l’agenda de l’autre afin de ne pas  être pris en même temps. Est-ce que ça fonctionne toujours ? Et bien non, quelques fois l’un ou l’autre doit avoir la petite sur les genoux pendant une vidéoconférence, « mais tout le monde est super bienveillant et compréhensif dans ces cas-là ». On s’adapte !

En quelques mots, voici donc comment se déroule une journée type pour Coralie :

7h : réveil de la petite
9h30 : heure de la sieste. C’est le moment pour Coralie et son conjoint de travailler et de prévoir les appels les plus importants : VP production, Ressources Humaines,  réunions d’équipes…
12h : réveil de la petite et préparation du repas (c’est fou ce temps qu’on passe à préparer à manger ! Alors qu’on avait simplement à aller se chercher une salade ou un sandwich lorsqu’on était au studio – les petites choses qu’on prend pour acquises on vous dit !)
Après-midi : c’est à partir de ce moment que se met vraiment en place l’alternance pour s’occuper de la petite. Certains jour elle fera une nouvelle sieste, mais ce n’est jamais sûr. Il faut donc arranger à nouveau les agendas en fonction et s’organiser au mieux pour assurer le travail et une disponibilité raisonnable pour les équipes.
18h : hop un nouveau repas à préparer
19h : coucher pour la petite et reprise du travail pour Coralie et son conjoint. Planification des tâches et des rencontres, définition des objectifs, et tout le travail qui ne nécessite pas d’inclure d’autres personnes.
21h : il est temps de manger et se détendre un peu

« Ça fait de très longues journées pour être honnête mais on a finalement trouvé un rythme. Heureusement la petite fait bien ses nuits et généralement reste endormie de 18h à 7h le lendemain. Notre erreur au début a été de vouloir avoir une routine spécifique qui serait le même tous les jours, mais ça ne pouvait pas marcher. Avec un enfant il faut savoir prendre les choses comme elles viennent parfois. Si un matin je vois que vraiment ça ne va pas être possible, je préviens mes équipes et je pose ma journée. Ils savent tous ce qu’ils doivent faire, et comme ça ils n’ont pas d’attente envers moi pour cette journée. Le lendemain je peux revenir plus en forme et souvent plus disponible pour eux. Ça devient une preuve par l’exemple car j’encourage aussi les parents de mon équipe à faire pareil, nos journées mobiles sont faites pour ça. Et en cas d’urgence, tout le monde s’adapte. Encore une fois, on fait tous au mieux, il n’y a pas de recette magique.  ».

Le mot de la fin ?  

« Mon conseil aux parents: n’essayez pas d’être parfaits ni de trouver une routine parfaite! Prenez chaque jour l’un après l’autre, et soyez indulgents avec vous-mêmes et avec vos petits. You are stronger than you think!”

“Aussi dernier conseil: prenez du temps off au besoin! Parents ou non n’attendez pas d’être à bout pour le faire. Une journée off de temps en temps pour se concentrer sur soi ou sa famille sans les contraintes du Work-from-Home peut faire toute la différence! »