Alexandre Denault

Savoir créer les opportunités pour évoluer

L’histoire d’Alexandre Denault fait partie de nos belles success story chez Ludia. En 10 ans il a vu le studio grandir et se transformer, a connu de beaux moments et quelques tempêtes, et au milieu de tout cela a su provoquer les opportunités pour évoluer. De programmeur intermédiaire à son entrée, à force de travail, d’apprentissage, de remise en question, et d’analyses poussées de son écosystème et des besoins, il occupe aujourd’hui le poste de Directeur Senior de TechOps – département s’occupant d’une grosse partie informatique du studio.

« Si tu trouves la bonne entreprise, si tu t’installes bien, tu trouves les bonnes opportunités, il y a un potentiel à grandir! »

10 ans d’évolution : provoquer sa chance

Le début de la belle histoire d’Alexandre Denault et Ludia remonte aux premières années du studio. En 2011, Alexandre était alors un jeune programmeur intermédiaire et il a fait son entrée chez Ludia en tant que programmeur réseau dans l’équipe Coretech. Rapidement il passe sur un projet dans une équipe de jeu qui demande une infrastructure réseau, qu’il crée en collaboration avec l’un de ses collègues (toujours chez Ludia et qui a eu une belle évolution aussi : Catherine Barbeau). Le projet est une réussite, et avec la croissance des équipes Alexandre identifie vite les opportunités qui pourraient être intéressantes non seulement pour lui mais pour le studio. Année après année, il évolue, demande et prend la responsabilité de nouvelles équipes, fait le choix du département Coretech Backend selon son intuition de ce qui sera le plus porteur pour sa carrière selon son expertise et ses affinités. Il a appris très vite à renforcer ses connaissances sur son écosystème, le studio, les équipes de jeu, les processus de création et production de nos jeux, tous les métiers présents et comment ils interagissent entre eux. Tout ça lui a permis de faire des liens, d’identifier et analyser les relations, les dépendances, les liens logiques qui se font entre départements et les associations possibles pouvant répondre à des besoins qui améliorerait le fonctionnement des équipes et du studio au global.

C’est ainsi qu’il a pris en charge de nouvelles équipes et en a laissé aller certaines au fur et à mesure, selon les liens forts qui les unissaient et les outils semblables qu’elles utilisaient mais surtout selon  celles qu’il faisait sens de lier pour un meilleur fonctionnement global. Il chapeaute aujourd’hui le département TechOps regroupant les équipes d’infrastructure, d’automation et de release management, et le TI.  

Les clés pour créer de belles opportunités 

Le point sur lequel Alexandre insiste lorsque l’on évoque sa belle évolution, c’est qu’il a avant tout essayé de bien comprendre son environnement pour apporter des réponses et solutions adaptées. Toutes les opportunités au cours de sa carrière ne sont pas le fruit du hasard, il les a provoquées.

Le plus important pour lui, c’est d’essayer de comprendre l’équation globale.

En premier lieu, comprendre son équipe: comment elle fonctionne, quelles sont ses missions, comment il s’inscrit dans cette équipe, qu’elle est son rôle à jouer. Puis comprendre le niveau au-dessus et l’écosystème global du studio, pas simplement comment on créer un jeu mais aussi tout ce qui est annexe. Alexandre s’intéresse non seulement à ses spécialités et au développement de nos jeux, mais aussi au rôle du service marketing, de la finance, des ressources humaines, du support aux joueurs. Non pas qu’il comprenne toutes les spécificités de chaque métier mais il connaît leur rôle pour le studio.

Grâce à ça, il peut voir les similarités, les parties qui fonctionnent beaucoup ensemble et peut identifier les opportunités: quels sont les bons mix, les équipes liées à travers une ligne, les opportunités de les unir sous un même élément de gestion et son rôle à lui dans tout cela.

Ainsi, il peut aussi identifier les opportunités qui sont bonnes pour lui et pour le studio au global. Et c’est sur celles-ci qu’il va pouvoir se concentrer, celles qui permettent d’améliorer le service, de gagner en efficacité et en coûts.

Évoluer ce n’est pas réussir à tous les coups

Au cours de son évolution, Alexandre est aussi passé par des moments plus difficiles. Évoluer, ce n’est pas tout réussir du premier coup, il faut parfois se tromper. Pour avancer plus loin, il faut parfois tomber en cours de route.

A ses débuts en tant que gestionnaire, il a dû faire face à des obstacles. La première leçon pour un nouveau gestionnaire est de comprendre qu’il n’est plus la meilleure ressource pour gérer toutes les tâches. Un gestionnaire doit apprendre à savoir s’entourer de bonnes ressources et à transférer certaines choses dans l’intérêt de tous pour pouvoir se concentrer sur d’autres opportunités.

Gérer les personnes en direct peut-être un talent  naturel et instinctif, mais gérer et former à son tour des gestionnaires c’est une toute autre histoire. Comment bien former quelqu’un à gérer si on n’a pas soi-même reçu de formation formelle sur comment gérer ses gens ?

Ses premières expériences dans cette situation ont été difficiles. Ça a été, pour lui, le premier gros mur de sa carrière, comment bien former ses gestionnaires ? La seule solution qu’il voyait alors à ce moment était de gérer tout son monde en direct, soit 17 personnes.

C’est là que prend tout son sens de savoir prendre du recul, et l’importance d’avoir un environnement ouvert et bienveillant permettant cela. Chez Ludia, on lui a offert la possibilité de prendre un pas de recul, et repartir sur la gestion d’une équipe plus petite.

Évoluer c’est aussi reconnaître lorsque quelque chose ne fonctionne pas, apprendre de ses erreurs, identifier ses faiblesses pour les travailler, en faire une force et revenir plus fort et compétent par la suite. Il a donc repris du début, a assisté à une formation HEC grâce à Ludia lui permettant de mieux comprendre la gestion d’employés et d’équipes et de pouvoir transmettre ces enseignements. 

Évoluer, c’est aussi savoir faire évoluer ses gens

Une notion qui lui a été compliquée à assimiler au début, en tant que gestionnaire, c’est que pour que ses équipes fonctionnent efficacement, il fallait qu’il les laissent régler les problèmes, être plus responsables et prendre des décisions importantes. Il sentait un fort sentiment d’appartenance envers les équipes et les missions. Il a cependant compris que son rôle de gestionnaire était, tout en présentant les besoins et les priorités et restant un soutien quotidien, de leur laisser la place de grandir, prendre des risques et plus de responsabilités.  

Aujourd’hui, il leur laisse cette possibilité, accroît leur ownership, leur donne la responsabilité de certaines pièces selon leur niveau de séniorité et d’expertise, leur donne le pouvoir de s’investir et d’avoir un véritable impact.  

Il essaie d’appliquer au quotidien la première et plus grande leçon de management qu’il a apprise de son père : la ressource la plus importante ce sont tes employés. Tu te dois de leur fournir tout ce dont ils ont besoin pour travailler et les faire grandir. Une valeur essentielle à ses yeux est de reconnaître l’importance de ses employés et sa responsabilité de bien s’en occuper. Et s’il se sent bien chez Ludia, c’est qu’il sent que cette valeur est totalement partagée par le studio.

Evoluer c’est se créer des opportunités en continue

Après 10 ans chez Ludia, Alexandre a eu l’occasion de grandir avec le studio, d’identifier des opportunités, d’avoir pris des risques, d’avoir eu la chance de se tromper et de recommencer pour atteindre le meilleur de lui-même. Il a bien conscience qu’il n’aurait pas pu faire tout cela dans n’importe quelle compagnie.

Aujourd’hui – Directeur sénior de TechOps regroupant Infrastructure, Automation, release management, infrastructure et IT – son ambition est de monter une structure autosuffisante, d’aider et développer l’équipe. Son but aujourd’hui est de  développer l’équipe au mieux pour qu’elle n’ait pas « besoin » de lui pour fonctionner au quotidien. C’est ce qui représente pour lui une structure de gestion bien montée pour son équipe et son métier.

Puis, lorsque tout sera mis en place et bien fonctionnel, ce sera ensuite à lui de voir ce qui pourra représenter sa prochaine opportunité, d’identifier le prochain challenge de sa carrière.

Un environnement adapté à l’évolution

Ayant eu des expériences bien différentes avant de rejoindre Ludia, il sait que cela prend un environnement ouvert au changement qui accepte que ses employés prennent des risques et leur donne la chance de prendre un pas de recul lorsque c’est nécessaire pour qu’ils puissent avoir la chance d’apprendre de leur erreur et faire mieux par la suite.

Ludia est pour lui un écosystème particulier qui lui a permis de prendre ces risques. On lui a permis d’avoir des idées, de les exprimer, les partager et les mettre en pratique, et pas uniquement de « faire sa job ».

Ce qu’il y a de spécial chez Ludia et qui lui donne l’envie d’y rester, c’est cette culture d’ouverture, cette structure qui apprécie les initiatives, est prête à écouter son monde et accepter de leur faire prendre des risques pour innover et s’améliorer. Même si généralement cet aspect se perd lorsqu’une compagnie atteint un certain niveau après avoir beaucoup grandi, Alexandre pense sincèrement que cet aspect est ancré dans l’ADN de Ludia et ne disparaîtra pas. Les directeurs du studio ont voulu faire quelque chose de différent avec Ludia, il le ressent. Pour lui, Ludia a compris quelque chose que les autres n’ont pas compris et intégré.

Si on ne devait retenir que quelques mots ?

De son expérience, il aimerait qu’on retienne que : si tu trouves une entreprise, si tu t’installes bien, tu trouves les bonnes opportunités, il y a un potentiel à grandir !

Il n’y a rien de plus frustrant pour lui que de voir une personne en bonne position pour créer quelque chose de grand qui n’utilise pas son potentiel ou pense qu’il n’y a pas d’opportunité. Les opportunités, ça se crée, ça se provoque ! Selon Alexandre, sauter d’une job à l’autre, c’est potentiellement rater l’occasion de bénéficier d’apprentissages importants et de grandir, c’est quelque part fuir des enseignements essentiels.

Ses conseils pour évoluer et provoquer les opportunités :

1.   Connaître son écosystème

2.   Identifier les problématiques et proposer des solutions

3.   Être prêt à s’investir et se mettre à risque 

Evoluer dans un studio qui a une âme

Frédéric Bibet, est un des piliers chez Ludia. Fort de 28 ans d’expérience dans l’industrie du jeu vidéo, il est passé par tous les échelons du métier ce qui lui donne une vision étendue, éclairée et précise de la production d’un jeu. Au cours de sa carrière il a également été témoin des grands changements de cette industrie bouillonnante rythmée par un maître mot = évolution continue. 

Aujourd’hui VP de la Production, Frédéric est arrivé chez Ludia il y a maintenant 12 ans. Son aventure a commencé en tant que partenaire indépendant avec la compagnie Mistic Software qui développait des jeux consoles pour Ludia, avant de poursuivre au sein même du studio,  Mistic ayant rejoint la belle famille Ludia après une collaboration fructueuse établie pendant plusieurs années. Ce parcours a permis à Frédéric de voir l’évolution complète de la compagnie, de ses tous débuts au studio que Ludia est aujourd’hui.

Depuis son arrivée, Frédéric a continué à grandir au rythme de la croissance du studio. Il a travaillé avec passion, il a relevé ses manches pour surmonter de nombreux défis, il s’est remis en question, il a appris, beaucoup, et le plus important pour lui : il continue de le faire chaque jour.

Un studio qui a une âme

A l’époque où Frédéric a connu le studio et Alexandre Thabet – CEO-, Ludia était une toute petite compagnie. Travaillant alors comme partenaire indépendant, il était impressionné de le voir jour après jour grandir si rapidement et passer de 7, à 14, puis 20, puis 40 jusqu’à une centaine de personnes. Cette volonté et cette capacité entrepreneuriales qui émanaient des fondateurs, et leur permettaient d’aboutir à la signature de partenariats avec des licences de renoms comme Price Is Right, Hell’s Kitchen, ou encore Family Feud malgré leur toute jeune existence, lui ont tout de suite fait dire « Wow ils savent ce qu’ils font, ils savent où ils vont avec leur entreprise ».

En 2010, il rejoint officiellement Ludia et devient le bras droit du VP production. Débuts challengeants avec le jeu Bachelor à livrer en très peu de temps. Pour ce projet complexe il a fallu apprendre énormément autant pour lui que pour son équipe, et à force de travail et d’une motivation incroyable le projet aboutit ! S’ensuit un autre projet aux échéances une nouvelle fois serrées: The Amazing Race. Le travail est aussi dur que passionnant, mais ce que Frédéric retient de cette période c’est surtout les équipes. Elles sont alors composées principalement de juniors mais sont extraordinaires, avec des coéquipiers motivés, hyper volontaires, patients et à l’écoute, une soif d’apprendre et de réaliser leurs projets même si les défis étaient de taille. Nombreux de ses tous premiers collaborateurs dans cette aventure ont d’ailleurs continué au fil des années de grandir à ses côtés et évoluer pour devenir des membres clés du studio.  Ils ont développé leur potentiel et ont contribué à faire de Ludia ce qu’il est aujourd’hui. Mais ce qui est encore plus génial c’est qu’ils sont aujourd’hui toujours aussi unis, enthousiastes et volontaires pour participer à la construction du Ludia de demain. 

Alors que les jeux n’étaient pas si impressionnants dans les débuts, et la construction d’une gestion efficace n’en était qu’à ses prémisses, Frédéric a tout de même rapidement vu le potentiel et l’avantage de rejoindre Ludia. Il y voyait l’occasion d’apprendre énormément des fondateurs et d’Alexandre Thabet notamment – ce jeune entrepreneur qui osait, avait une vision et une ambition tout en restant profondément humain. Mais plus important pour lui, il a de suite compris que Ludia avait une véritable âme. Dans l’ADN même du studio s’inscrivent des valeurs auxquelles il adhérait et adhère toujours passionnément aujourd’hui.

Savoir prendre des risques…

En 2011, Frédéric voit Alexandre prendre une décision importante, un choix audacieux pour le studio : l’arrêt des jeux consoles pour se concentrer uniquement sur des jeux Facebook et mobile. Il est une nouvelle fois impressionné par cette capacité à avoir une vision et une ambition, à aller « all in » sur une nouvelle voie, guidé par des convictions fortes. Cette énergie et cet esprit entrepreneurial complètent la personnalité plus pragmatique de Frédéric, et ça l’inspire !  De son côté, Frédéric était et est toujours très analytique, ce qui le pousse à chercher et collecter une quantité suffisante d’information et consulter ce qu’il jugera assez de personnes pour pour accompagner le processus décisionnel. Maîtriser un sujet lui permet de se positionner en tant que décisionnaire, bien plus que la position hiérarchique qu’il occupe en tant que telle. Là où Alexandre à cette capacité à viser encore plus loin pour le futur avec ses idées et ambition, et embarquer les gens dans son aventure, Frédéric est capable de faire des choix décisifs pour les jeux en eux-mêmes, arbitrer là où il le faut avec pragmatisme pour pouvoir livrer les jeux grâce à sa maîtrise pointue des problématiques . Il prend conscience que l’un ne peut pas aller sans l’autre : sans vision on ne va pas assez loin, et sans gestion pragmatique le projet n’aboutit pas. Une belle complémentarité ! 

Cette décision d’aller sur des jeux mobiles et free-to-play uniquement nécessitait de tout apprendre à cette époque. Un nouveau champ de connaissances et de possibilités à explorer s’ouvre alors. Frédéric en garde probablement ses meilleurs souvenirs. Une période extrêmement enrichissante où toute l’équipe, lui-même, et Alexandre apprenaient et échangeaient ensemble tous les jours,  une énergie créative incroyable les portait chaque matin. Beaucoup n’y croyaient pas et se demandaient un peu ce qu’il se passait : pourquoi se concentrer sur du mobile ? C’est fou de créer des jeux gratuits ! Puis arrive le lancement du premier Jeu Family Feud & Friends qui monte à plus de 1 million de DAU ! A partir de là, tout le monde a su que c’était un pari gagnant et les équipes sont devenues vraiment emballées par ce nouveau modèle. Un gros tournant pour l’histoire de Ludia qui a décidé de revoir sa structure et s’organiser au mieux pour suivre cette nouvelle évolution. Depuis, le studio n’a cessé de grandir et est passé de 100 à 400 merveilleux Ludiens qui travaillent chaque jour à pousser le studio toujours plus loin !

… Mais aussi prendre du recul, se remettre en question.

Il y a deux ans, Frédéric et l’équipe exécutive décident de prendre du recul. Quel est le chemin parcouru et surtout : où voulons-nous aller à l’avenir ? Il y a eu beaucoup d’adaptations au fil des années face à la croissance exponentielle du studio. Et fort de son expérience, Ludia n’est plus une start-up, c’est un studio solide qui demande aujourd’hui des changements plus profonds pour arriver à l’étape d’après, et non plus de ce qu’on pourrait qualifier de « micro » adaptations. Une grosse réflexion est alors initiée. Frédéric avec les exécutifs et main dans la main avec les experts métiers que sont Serge Mongeau, Jimmy Beaubien, Marc Antoine Ledoux, Raphaël Monin et avec le soutien de l’équipe RH, se questionnent et explorent les meilleures façons d’organiser le studio pour atteindre de nouveaux objectifs et fournir les meilleurs outils et environnements de travail pour développer les employés et des jeux dont la qualité ne cesse d’être améliorée.

Au cours de ces discussions pour le studio, Frédéric prend conscience qu’il doit lui-même entamer une réflexion plus personnelle et déprogrammer certaines pensées et automatismes qu’il peut avoir pour passer à une nouvelle étape de son évolution personnelle au sein de Ludia. Son travail est un travail-passion incroyable, porteur de tellement d’opportunités de grandir, et c’est ce qui lui donne encore et toujours cette envie de faire les choses et de toucher à tout. Mais il se remet en question et comprend doucement que ce n’est plus possible, arrivé à son niveau, de tout gérer. Ses responsabilités changent et évoluent, on ne l’attend plus aujourd’hui là où on l’attendait il y a quelques années.

Avec ses équipes, il creuse et pose des questions parfois extrêmement détaillées pour les pousser à aller plus loin, à mieux exprimer leurs idées et aller le plus possible dans les détails, décortiquer les éléments afin d’atteindre une maîtrise des problématiques pour être à même de prendre les décisions les plus éclairées possible. Cette attention aux détails, cette manière de les pousser à comprendre complètement un sujet et pouvoir partager ensuite leurs connaissances, c’est sa façon de les aider à se dépasser. Aujourd’hui il travaille et veut encore évoluer pour l’avenir sur cette réflexion de comment mieux gérer ses équipes, comment leur donner ce dont elles ont besoin pour évoluer à leur tour, grandir, devenir les meilleures versions d’elles-mêmes pour pouvoir fonctionner de façon autonome. Dans cette optique, pour supporter les équipes et l’aider dans la gestion, des décisions concrètes ont déjà commencées à être prises, dont notamment la création de deux nouveaux rôle clé structurants pour Ludia :   Chef des Opérations et Chef de la création. Tout ce cheminement est sans doute l’un des plus gros projets dans lesquels il s’est lancé.   Parce que: “ un projet, tu le fais avec les gens. Comme sur un bateau, tu peux être celui à la barre, prendre des décisions, écouter le vent et la mer mais tu navigues avec des gens. C’est l’équilibre parfait entre autonomie, connaître son rôle au sein du groupe et savoir faire sa part efficacement, et la coordination de tout l’équipage qui travaille dans un même but pour atteindre la même destination qui permet de l’atteindre avec succès. Si tu n’écoutes pas tes gens, si tu ne leur donnes pas les clés pour réaliser leur tâches de façon autonome, une vision de l’impact qu’ils ont sur l’ensemble de l’équipe et une destination commune claire, il y a un gros risque de ne jamais arriver à destination, ou qu’au moment où tu dois virer de bord, tes gens tombent à l’eau ou ton bateau finisse par couler.”  

L’important pour lui est maintenant de construire les choses sur une notion d’infini, laisser un héritage et voir ses gens s’épanouir.

« Le jour où je partirai, le studio va continuer de grandir et je veux être fier d’y avoir participé et d’avoir tracé les bonnes voies pour qu’ils y arrivent. L’idée est de créer une compagnie infinie, au-delà de soi, la préparer et lui donner les automatismes nécessaires pour qu’elle puisse grandir d’elle-même. Il faut que ça résiste au temps. C’est dans cette même optique que nous créons nos jeux aussi, pour qu’ils perdurent, qu’ils résistent au temps. »  

Un apprentissage permanent et une évolution continue

En 12 ans chez Ludia, si Frédéric a conservé un trait qui le caractérise c’est bien sa soif d’apprendre. L’évolution du studio, des jeux, mais aussi de son propre rôle ont demandé des adaptations, des apprentissages et des remises en questions. Et au-delà de ça Frédéric reste aussi profondément passionné par toutes les nouveautés de cette industrie. Cette ouverture aux autres, cette volonté de partage avec ses coéquipiers chez Ludia mais aussi ses contacts extérieurs ou encore sa participation à des tables rondes, et cette curiosité toujours si vive aujourd’hui font partie de son ADN. S’il est tellement ancré chez Ludia, c’est aussi parce que toutes ces valeurs se retrouvent dans les fondations du studio. Grâce à cela, il continue de se développer, d’apprendre et de partager ses connaissances pour faire avancer le studio et ses équipes plus loin. 

Pour continuer à grandir et évoluer, les changements et le mouvement perpétuel sont nécessaires. Quand on lui demande “est-ce que c’est confortable ?” Il nous répond naturellement:

“ Le soir tu es crevé, parfois tu te dis que tu n’as pas assez avancé que tu as dû gérer trop d’imprévus, mais alors tu prends du recul et tu regardes le positif et tout ce que tu as fait réellement. C’est important de se forcer à conscientiser le chemin parcouru et pas seulement ce qu’il reste à parcourir. Alors, est-ce que c’est confortable ? Non, ce n’est jamais confortable, mais c’est tellement passionnant et motivant ! ” 

Retour sur le panel neurodiversité Ludia x URelles

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont participé et apporté leur contribution à cette belle conversation qu’a été notre panel de la semaine dernière sur la neurodiversité, ainsi que nos formidables panélistes: Martin, Iris, Marianne, Michel et notre animatrice Chloé.

Le panel a couvert de nombreux sujets, dont : 

  • Voir la neurodiversité comme une force, mais aussi comme une caractéristique propre et aussi variée que la couleur des cheveux ou la couleur des yeux
  • Déconstruire le mythe affirmant que les personnes « souffrent d’autisme » 
  • Discuter des aménagements non seulement sur le lieu de travail mais aussi durant le processus de recrutement. Ce qui inclut de s’assurer que les questions de recrutement sont assez claires et formulées de manière à être accessible à tou(te)s.
  • Des termes comme Neurodiversité incluent les personnes Neurotypiques, alors que Neuroatypiques n’inclut pas les personnes neurotypiques. Le terme Neurodivergent est également souvent utilisé. 
  • De nombreuses personnes utilisent et se sentent à l’aise avec des termes différents. Ce qui est important c’est que ces termes les aident à exprimer leur expérience, leurs forces et besoins potentiels.
  • Recevoir un diagnostic d’autisme ou de neurodivergence devient plus difficile à l’âge adulte, et plus encore pour les femmes.
  • Les femmes n’ont pas un type d’autisme  »différent”. Elle interagissent selon des structures sociales différentes, ce qui peut souvent modifier l’expression de leur  neurodivergence.  
  • La nécessité de permettre à chaque personne de demander des aménagements, sans aucun jugement et sans que cela ne nuise à leur candidature ou leur rôle. 
  • Comprendre les besoins en constante évolution des personnes neurodivergentes, spécifiquement dans le cadre du travail à domicile et du travail hybride, et comment les environnements de travail virtuels et physiques peuvent être adaptés.


Vous n’avez pas pu participer la semaine dernière ? Venez écouter l’enregistrement du panel (en français seulement):

Ludia et URELLES ont été tellement inspirés par votre implication, et nous avons le sentiment qu’il y a encore tant de belles conversations à avoir, que nous avons décidé d’organiser une seconde édition !

Elle sera axée sur la Neurodiversité et l’Intersectionnalité.

Gardez l’oeil ouvert sur nos réseaux dans les prochains jours pour découvrir les nouveaux panélistes et le lien pour vous inscrire !

De la passion pour évoluer

Arrivé chez Ludia en 2017, Serge a récemment été promu en tant que Chef de Création et a sous sa responsabilité les départements Art, UX et Design, ce qui représente plus de 150 personnes.

Son rôle est d’accompagner tous ces cerveaux créatifs, de leur donner les meilleurs outils pour faire émerger leur créativité au sein de nos jeux et atteindre leur plein potentiel. 

L’équilibre entre ambition et bienveillance ?

Depuis ses 12 ans, Serge baigne dans le jeu vidéo. Il a une expertise  dans le mobile, connaît la complexité et la compétitivité de cette industrie et le nombre de métiers nécessaires pour construire des jeux qui durent dans le temps. Avant de rejoindre Ludia, il suivait son évolution de loin depuis un moment et était admiratif du succès que ce studio attirait au fil des années. 

A son arrivée, le poste avait été créé pour lui : l’équipe de direction avait identifié des besoins dans l’organisation qui étaient un super match avec ses compétences. Maintenant que la relève est en place dans son rôle avec les artistes, il est temps pour Serge d’entreprendre un exercice similaire pour l’ensemble du pôle créatif chez Ludia!

Son plus grand souhait est de voir Ludia s’affirmer comme gros joueur dans l’industrie, non seulement au Canada mais aussi dans le monde. Et pour y arriver, ça commence avec ceux qui travaillent avec nous tous les jours. Créer des jeux mobiles est devenu de plus en plus complexe aujourd’hui, il faut savoir rassembler les équipes, faire émerger leurs forces, comprendre l’impact de chacun et créer des liens qui soient plus forts que la technologie. C’est un défi de tous les jours, et plus encore dans un contexte virtuel ! C’est à ça qu’il s’efforce d’apporter des solutions et de travailler au quotidien. 

Et dans cette ambition de relever ce défi et continuer à faire évoluer ses gens pour aller plus loin dans nos créations, Serge revient toujours à une valeur qui ressort fort chez Ludia et fait écho en lui: le bien-être de nos employés. Cette bienveillance et cette volonté de mettre le bien-être et le développement au cœur de tout ce que nous faisons, Serge l’a déjà en lui.

« Le fait que nous ne travaillons pas en work-for-hire nous permet de planifier davantage sur du long terme et d’investir dans ce qu’il y a de plus précieux: nos gens ». 

Une évolution qui continue 

Depuis ses débuts, et Serge le constate aussi grandement depuis son arrivée, le studio évolue de manière constante et pousse ses ambitions plus loin tout en permettant à ses gens de s’investir réellement dans le studio sans négliger leur équilibre. 

« Un bon exemple, c’est le souhait de Ludia d’investir du temps de nos employés à contribuer à l’amélioration continue du studio » : Ludia c’est une histoire qui appartient à tous ceux/celles qui souhaitent y contribuer. La mise en place d’un processus décisionnel à plusieurs niveaux permettra à nos employés d’avoir non seulement plus de transparence et de visibilité sur la suite de Ludia, mais d’avoir un cadre dans lequel s’amuser et prendre des décisions. 

Un autre exemple, c’est le programme FLEX annoncé en novembre dernier chez Ludia. « La flexibilité a une signification différente pour chacun et chacune d’entre nous », mais le fait de proposer un programme et une approche qui coche les cases de tous les besoins, le fait de pouvoir moduler sa présence au bureau ou à la maison comme chacun/le souhaite, c’est un immense pas en avant pour Ludia. Ce programme pensé sans autre but que le bien-être de nos employés a même permis à certains d’accomplir leurs rêves, comme par exemple racheter une maison familiale dans laquelle ils ont grandi à l’extérieur de Montréal.

Sa fierté :

Depuis 4 ans, il suit de l’intérieur l’évolution de Ludia et voit à quel point le studio et ses 400 employés s’adaptent au fur et à mesure.  La force de Ludia? Se remettre constamment en question, être à l’écoute des besoins et mettre en place les changements nécessaires pour nous améliorer, nous en tant qu’entreprise et nos jeux. 

“Si tu es passionné(e), tu peux créer”

De quoi il est le plus fier? Du travail effectué main dans la main avec ses collègues autour de la gestion de l’humain, le développement, l’encadrement, de projets complexes, l’officialisation de rôles, le soutien dans les équipes, ainsi que la gestion de démarrage de nouvelles productions chez Ludia. Savoir mélanger les anciens et les nouveaux venants de backgrounds différents, faire émerger les expertises, l’innovation: tout ça, ça l’anime. 

Serge, c’est un passionné de l’humain, il aime coacher, accompagner, faire émerger la créativité, équiper ses gens avec les bons outils – en général et plus encore en ce moment pour naviguer en ce temps de pandémie. Mais c’est aussi un passionné de musique, de cuisine, de blogs, de déco, de voyages. Sa ressource principale, c’est sa famille. Il s’entoure aussi de livres et de citations inspirantes, notamment de Simon Sinek ou de livres en lien avec le processus créatif.
Tout ça mélangé lui donne l’énergie et la créativité nécessaires qu’il transmet ensuite chez Ludia à nos créatifs tous les jours.

Ce qu’il faut retenir? 

Chez Ludia, on aime travailler avec des passionnés, découvrir, faire émerger la créativité, développer l’humain, se questionner, apprendre et évoluer. C’est grâce à ça qu’on est encore là aujourd’hui et qu’on crée des jeux exceptionnels.

« Aujourd’hui, je suis capable de dire que ce que je fais chaque jour chez Ludia, c’est exactement là où je veux être et ce que je veux faire »

Ludia classé parmi les meilleurs employeurs de montréal!

Cette année encore notre engagement en faveur du bien-être de nos employé(e)s est reconnu et récompensé par une place dans le classement des « meilleurs employeurs de Montréal 2021 » !

Une base solide d’équilibre et de partage

Chez Ludia nos employés sont notre plus grande richesse. Nous œuvrons chaque jour à développer notre culture basée sur l’inclusion, l’humain, la collaboration et l’équilibre.

Cette distinction récompense les efforts quotidiens de Ludia à offrir un environnement de travail de qualité supérieure et faire de l’équilibre, du partage, du bien-être et du respect de chacun de nos employés nos priorités.

Le classement des Meilleurs employeurs de Montréal 2021 se base sur une liste de critères précis répartis en 8 catégories afin de récompenser les environnements de travail les plus exceptionnels du Grand Montréal !

 (1) Environnement de travail physique;
(2) Atmosphère de travail et aspect social;
(3) Santé, prestations financières et familiales,
(4) Vacances et temps libre;
(5) Communications dédiées aux employés;
(6) Gestion de la performance;
(7) Formation et développement des compétences;
(8) Implication dans la communauté.

Cette année Ludia s’est particulièrement distingué sur l’équilibre vie professionnelle / vie personnelle qu’il offre avec ses 3 semaines de vacances, les congés payés de fin d’année et les 10 jours mobiles par an alloués à nos employés. Mais aussi sur le partage avec les Ludiens des fruits du succès du studio avec le versement d’un bonus annuel, et la valorisation de leur engagement avec un programme de référencement généreux dont la prime peut aller jusqu’à 5000 dollars par embauche !

Et nous avons l’ambition de nous distinguer plus encore l’an prochain !

Ludia aussi classé parmi les meilleurs employeurs du Canada pour les nouveaux diplômés !

Nous croyons fort au talent de chacun et œuvrons à développer le plein potentiel de ceux qui nous apportent un regard nouveau tout en se nourrissant des connaissances et expertises de leurs pairs, qui nous permettent grâce au partage d’idées de toujours nous orienter vers l’innovation et deviendront demain les meilleurs talents de notre industrie. Nous sommes fiers de faire partie de ce classement des meilleurs employeurs du Canada pour les nouveaux diplômés !

Un travail en continu

Au-delà de ces récompenses, c’est surtout la satisfaction et la reconnaissance que nous recevons de nos employés au quotidien qui nous pousse chaque jour à nous remettre en question, nourrir nos réflexions et explorer toujours plus pour offrir le meilleur à nos Ludiens exceptionnels.

L’année passée nous a apporté son lot de défis et le futur nous demandera pour sûr de bonnes capacités d’adaptation et des changements en continu mais nous sommes prêts et enthousiastes à l’idée de travailler sur ces projets à venir !

Notre nouveau gros projet en lien avec le bien-être de nos employés pour 2021? Notre programme de flexibilité ! Une flexibilité complète, le choix de son environnement de travail, un programme 100 % modulable, tout est pensé pour répondre au mieux aux besoins de nos Ludiens. Nous souhaitons leur garantir des espaces adaptés, des modes de travail alignés avec leurs attentes et nécessités dans le respect de leur santé et leur sécurité, tout en favorisant la collaboration, l’émulation créative et le développement de leur potentiel et leur épanouissement. Tout ce qui leur permettra également de donner le meilleur d’eux-mêmes pour créer des jeux de grande qualité qui touchent les gens !

Parce que les êtres-humains sont au cœur de tout ce que nous faisons ! 

En savoir plus sur le classement des Meilleurs Employeurs de Montréal et les raisons de sélection de Ludia : https://reviews.canadastop100.com/top-employer-ludia

La Mobilité Internationale chez Ludia

Chez Ludia, nous savons que le talent et la passion pour notre industrie s’étendent sans limite dans le monde entier. Nous sommes très fiers de la richesse apportée par la diversité dans nos équipes. Elle nous permet d’aller toujours plus loin et de nous nourrir professionnellement et humainement au quotidien. C’est pourquoi nous recrutons aussi à l’international !  

Une ouverture à l’international

Dans notre studio complètement bilingue, il y a une véritable ouverture et au cœur de notre communauté tricotée serrée se trouve une valeur clé : l’inclusion. Et ce de manière globale mais aussi donc sur l’intégration de talents internationaux.

Le Québec et le Canada sont de formidables sources de talents précieux qui nous impressionnent chaque jour. Mais il arrive également que notre perle rare ne se trouve pas au Canada. Pour offrir aux équipes les meilleurs talents alliant compétences et passion, et aux candidats leur meilleures opportunités d’emploi, notre recherche ne se limite donc pas aux frontières du Canada.

Nous comptons aujourd’hui plus de 20% de personnes internationales, qui ont été bien accompagnées tout au long des processus par nos spécialistes en acquisition de talent et notre conseillère dédiée à la mobilité internationale. De nombreux Ludiens ont également dépassé ce stade et complété les démarches pour une installation permanente au Québec, pour continuer à apprécier la vie à Montréal et au Québec et poursuivre leur belle évolution chez Ludia ! Un beau changement de vie pour ces Ludiens !

Réflexions et processus de recrutement

Si vous vous intéressez au parcours d’une mobilité internationale, vous devez vous poser de nombreuses questions sur les processus et les démarches. Voici donc un petit guide non exhaustif pour vous donner des clés afin d’avancer dans votre réflexion et votre projet de vie.

Tout d’abord, un processus de mobilité internationale est un véritable projet qui demande une réflexion approfondie. Notre conseil est de vous poser les bonnes questions en amont et de construire votre projet de vie pour pouvoir anticiper les changements à venir et leurs conséquences. Venir au Canada ce n’est pas seulement changer de maison, surtout lorsque l’on a une famille. Entre emploi, maison, garderie, relations avec les proches, processus d’immigration, les changements sont parfois majeurs.

Avant de postuler aux offres de Ludia et de tenter votre chance pour rejoindre notre crew composé de formidables Ludiens, quelques petites choses à garder en tête donc :

– Bien réfléchir à son projet de vie (et celui de sa famille)

– Se renseigner sur la vie au Canada, au Québec et à Montréal plus précisément

– Se renseigner sur les démarches, permis et statut potentiels pour votre situation (nous nous chargeons de vous accompagner sur ces questions bien entendu mais une personne renseignée et motivée fait son effet auprès de nos recruteuses ! 😉)

Une fois bien réfléchie, cette décision sera le début d’une formidable aventure ! C’est parti pour entamer le processus de recrutement, voici comment il s’articule :

1.      Vous trouvez un poste correspondant à vos aspirations, profil et compétences, ou vous envoyez une candidature spontanée démontrant toute votre motivation à nous rejoindre ! Ajoutez-y les informations sur votre statut potentiel au Québec si vous en avez connaissance.

2.       Nos spécialistes en acquisition de talent étudient soigneusement votre candidature et votre profil

3.      La candidature est prometteuse? Nos spécialistes en acquisition de talent prennent contact avec vous et peuvent convenir d’un appel téléphonique ou visioconférence. Durant cet appel, elles évoqueront avec vous : votre profil, vos compétences, votre motivation à rejoindre Ludia, votre motivation à entamer une mobilité internationale. Les informations recueillies permettront également d’évaluer la possibilité de mobilité, les types de visas et permis, et les démarches associées.

4.      Votre profil a retenu l’attention et notre équipe de mobilité internationale donne son feu vert quant au processus d’immigration ! Vous passez donc à l’étape des entrevues. Selon le poste et le profil vous pourrez rencontrer plusieurs personnes en une ou plusieurs entrevues (expert, gestionnaire, membre de votre équipe) et pourrez être amené(e) à réaliser des tests techniques.

5.      C’est le match parfait ? On va de l’avant avec une offre ! Si ce n’est pas le cas, nous vous informons au plus vite, gardons votre profil en tête et vous rappellerons sans faute si une autre opportunité se présente !  

6.      Une fois l’offre acceptée, l’aventure commence, ainsi que les démarches d’immigration.

Nos spécialistes en acquisition de talent seront là à chaque étape pour vous accompagner et répondre à toutes vos questions.

Accompagnement, accueil et intégration

Une fois l’offre reçue, l’aventure peut commencer ! C’est une étape qui peut paraître intimidante mais notre conseillère en mobilité, notre spécialiste en acquisition de talent et votre équipe seront là pour vous épauler.

Chez Ludia, nous accompagnons nos futurs Ludiens internationaux sur plusieurs plans :

– Accompagnement sur les démarches et prise en charge du permis de travail

– Selon les profils, (poste et situation familiale) un forfait de relocalisation pouvant inclure: la prise en charge de quelques semaines d’un logement temporaire, un remboursement de frais de relocalisation, de déplacement et l’accompagnement par notre partenaire à l’arrivée.

Notre partenaire peut, selon les situations, aider nos nouveaux employés internationaux à s’installer au mieux en prenant en charge : l’accueil à l’aéroport, l’accompagnement pour obtenir un Numéro d’Assurance Sociale, obtenir la carte RAMQ de l’assurance maladie du Québec, etc.

Et bien entendu nous proposons une belle intégration complète à l’interne, et ce, même en virtuel ! En travail de la maison, l’équipement vous est envoyé directement et notre équipe TI vous aide à tout paramétrer quelques jours avant votre arrivée officielle.

Puis, un planning est défini pour votre première journée pour découvrir plus en détail le studio, les règles et avantages, apprendre à connaître les autres nouveaux arrivants, l’équipe Talents et Culture et votre équipe. Des événements se poursuivent tout le long de la semaine sans compter tout ce qui vous attend en tant que Ludiens par la suite !

Pour les personnes qui le souhaitent et en ont besoin pour aller plus loin dans leurs démarches personnelles d’immigration, Ludia propose également des cours de langues en Français et Anglais.

____

Mobilité internationale et Covid-19

La pandémie actuelle a forcément des conséquences sur nos recrutements à l’international aujourd’hui. Cependant, cela n’empêche pas Ludia de garder un œil ouvert et de continuer ses discussions avec de très beaux candidats internationaux. Il est possible que cela prenne un peu plus de temps qu’à l’habitude mais nous continuons à chercher les meilleurs talents pour nos équipes et à trouver des solutions pour pouvoir les intégrer à notre studio ! N’hésite donc pas à soumettre ta candidature !

____

Un changement de carrière est toujours une étape très importante dans la vie de chacun, et plus encore lorsqu’elle inclut des démarches de mobilité internationale. Ce peut être une étape un peu stressante et intimidante. C’est pourquoi notre équipe place toujours l’humain au cœur de ses processus et échanges afin d’accompagner au mieux les personnes qui feront briller Ludia encore plus fort demain !

Rejoins-nous !

Ludia passe en mode flex

S’il y a une chose que nous avons apprise cette année, c’est définitivement la résilience et l’adaptation.
Au plus tôt, Ludia a pris la décision de mettre tout le monde en travail de la maison. Toute la logistique et l’adaptation des premiers temps ont apporté leurs lots de défis, de nouvelles routines et de nouveaux process à mettre en place. Et dans cette épreuve, nos Ludiens ont été extraordinaires.

Adaptation et révélation

Après ces premiers temps d’adaptation est venu le temps des réalisations. Le mode en travail à domicile était un mode de travail qui n’était pas envisagé pour Ludia jusqu’alors, car nous croyons fort aux relations humaines physiques, aux réunions de brainstorm en personne et à l’importance des chit chat face à face pour nourrir nos esprits, nos réflexions et le développement de nos jeux. Pourtant face à cette situation difficile nous avons vu nos Ludiens se dépasser, échanger, être ingénieux, toujours motivés, être plus à l’écoute et bienveillants encore qu’ils ne l’étaient auparavant. Certains ont quelques difficultés que nous adressons au mieux car leur bien-être est une priorité, et d’autres se révèlent et s’épanouissent plus que jamais. De manière générale, ce mode de travail fonctionne aujourd’hui très bien chez Ludia dans ce contexte particulier, même s’il n’est pas idéal pour tous.

Une réflexion guidée et documentée

Au cours de ces derniers mois, nous avons donc partagé plusieurs sondages avec nos Ludiens. Et cela pour savoir comment ils se portent car leur bien-être est une priorité mais aussi pour les impliquer dans nos réflexions car c’est à leurs problématiques et leurs réalités que doivent aussi répondre nos décisions organisationnelles.

Puis cet été après plus de 5 mois de travail à domicile « forcé » la question de l’après, d’un retour éventuel et de ses conditions a émergé. Même si ce n’est pas imminent, la réflexion a de suite résonné en chacun des membres de l’équipe de direction. Après tout, s’adapter c’est très bien et c’est surtout ce qu’il était possible de faire cette année, mais anticiper, être proactif et innovant dans nos façons de travail, c’est définitivement ce vers quoi nous voulons nous orienter.

Nous avons donc lancé un nouveau sondage spécifique à la question de la flexibilité, qui a mis en lumière plusieurs éléments clés :

–          Le mode de travail de la maison offre de beaux avantages à de nombreux Ludiens comme : l’économie de temps de transport permettant de développer sa vie personnelle, moins de distractions, un environnement plus calme et propice au travail pour certains.

–          L’aspect social du bureau reste tout de même essentiel pour beaucoup et représente un gros manque en ce moment.

–          Ces derniers mois ont profondément changé la vision du mode de travail idéal pour beaucoup de nos employés, de nouvelles routines plus adaptées au rythme de vie et de nouveaux besoins et désirs d’équilibres ont émergé.

–          Une majorité d’employés serait intéressée par un format de travail hybride mêlant travail de la maison et travail du studio.

Nous avons également pris encore plus conscience de quelque chose d’essentiel : chaque employé représente une situation, un contexte, des problématiques différentes et spécifiques. Parents, personnes seules, expatriés, introvertis, extravertis, artistes, programmeurs, designers, producteurs, QA, support, fonctions corporatives : le studio accueille des profils très différents. Et s’il y a une chose qui est devenue évidente, c’est que la flexibilité sera différente pour chacun et qu’un programme identique pour tous ne pourrait pas fonctionner pour nous.

La création du programme Flex

Soucieux de donner les meilleures conditions de travail aux employés et forts des enseignements de ces derniers mois et des retours reçus, un groupe composé de plusieurs Ludiens, de la direction, de l’équipe Talent & Culture et l’équipe TI se sont penchés sur la création d’un programme de flexibilité.

Ouvert à tous, personnalisable, modulable, adaptable selon les changements de vie et de besoins, évolutif selon les outils qui sont et seront disponibles à l’avenir et les innovations en termes de mode de travail, voici les grandes lignes de notre nouveau programme, pensé pour (et grâce aux résultats du sondage aussi par) nos Ludiens :

  • Flexibilité selon les besoins: 

De la maison ou du bureau, chacun pourra choisir l’environnement de travail qui lui convient le mieux ! Le format sera totalement personnalisable, peu importe le niveau et le poste occupé. Il sera également modulable selon les changements de situation ou de la vie quotidienne. Il ne sera donc pas question de choisir un programme fixe par semaine, mois, trimestres ou autre, mais bien de pouvoir l’adapter selon ses besoins à tout moment. L’idée est d’offrir la possibilité aux Ludiens de s’organiser comme ils/elles le souhaitent pour garantir le meilleur équilibre et répondre parfaitement à leurs besoins. Nous conservons simplement les core hours habituels suite à leurs retours pour faciliter les échanges et la collaboration au sein du studio. 

  • Mobilité géographique: 

De plus en plus de personnes souhaitent pouvoir aller vivre à l’extérieur de Montréal. Afin de leur permettre cette option, il sera désormais possible de travailler d’où ils/elles le souhaitent dans toute la province du Québec (Sherbrooke, Québec, Gaspé, Mont-Tremblant…)

  • Station de travail mobile

Que ce soit au bureau, de la maison ou en format hybride, nous souhaitons que nos Ludiens soient le mieux équipés pour travailler dans les meilleures conditions, et nous nous en assurerons. De ce fait, ils auront accès aux équipements dont ils ont besoin au quotidien quelque soit leur environnement de travail du moment. 

  • Espaces de bureau

Notre bureau se réinvente ! Salles de réunion hybrides, équipements, nouveaux espaces de travail (collaboratifs, de concentration, individuels) : les équipes en charge travaillent fort à la création d’un nouvel espace de travail pensé pour répondre à nos nouveaux modes de travail hybrides à venir. 

  • La vie au bureau

Ludia a toujours eu une vie très riche au studio, et il est bien prévu de continuer et même viser un niveau toujours plus haut sur cet aspect social ! Formation, événements, assemblées, lancements de jeu: de belles histoires y seront écrites pour sûr ! 

Ce programme va bien entendu demander de nombreuses adaptations tant au niveau technologique que managérial et organisationnel. Et même après son lancement officiel au retour au bureau des employés, nous prévoyons donc de continuer le travail pour aboutir à des versions toujours mieux adaptées à tous.

Notre but est et restera toujours d’apporter des solutions répondant le mieux possible aux besoins de nos employés tout en respectant un bel équilibre avec les besoins du studio et de production de nos jeux.

L’harmonie dans les équipes, les échanges et notre belle culture au sein du studio sont des points qui nous tiennent à cœur et nous mettrons tout en œuvre pour les garantir. Une phrase motive nos réflexions et nos actions avec ce programme : au bureau ou à la maison, mais toujours un seul et même crew soudé !

Comment les jeux vidéo ont marqué la vie de 3 de nos Ludiens

C’est la journée internationale du jeu vidéo ! Chez Ludia comme vous vous en doutez on a un attachement tout particulier pour les jeux, et ils font partie intégrante de la vie de nos Ludiens, dans leur travail mais aussi dans leur vie personnelle !  Aujourd’hui on vous fait découvrir 3 belles histoires qui ont marqué les vies de certains de nos Ludiens…

Un père et son fils, un dessin, la naissance d’un jeu – Par Eddy Léja-Six, lead game designer

En 2017, mon fils Elric lors âgé de 6 ans a dessiné ceci :

C:\Users\Tlouargant\Desktop\unnamed.jpg

À cette époque, il ne jouait qu’à des petits jeux de plateformes 2D. Il était déjà curieux quant à mon métier de concepteur de jeux, et il était très motivé pour essayer d’inventer son propre jeu (il l’est toujours !)

Je lui ai posé des questions sur son jeu pour comprendre comment il était censé fonctionner. Puis un samedi matin, pendant qu’il jouait avec sa soeur, j’ai scanné son dessin, l’ai transformé en sprites et j’ai créé un tout petit prototype de son jeu.

Puis j’ai placé son dessin sur l’écran de mon laptop, je l’ai appelé, puis j’ai retiré le dessin pour qu’il voit le jeu. Il a mis quelques secondes à comprendre que c’était vraiment jouable :

C:\Users\Tlouargant\Desktop\unnamed2.gif

Le jour même, il n’a pas réussi à terminer le jeu.

Mais 2 ans plus tard, il m’a demandé à y rejouer, et il a réussi ! L’écran de fin du jeu était très pauvre, c’était juste un texte affiché au milieu de l’écran, mais il était ravi d’avoir réussi ! Et j’étais ravi que 2 ans après il s’en rappelle encore.

____

Une rencontre qui a tout changé – Claudie Léger, graphiste 

En 2009, je jouais à Diablo2, quand je suis rentrée dans un Chaos run avec mon nécromancien. J’ai écrit en Français sur le chat et un autre québécois m’a répondu. Dans le temps, c’était assez rare de trouver une autre personne qui parlait français dans un jeu. Je lui ai dit que j’étais une fille, il ne me croyait pas, c’est alors que nous nous sommes échangé notre MSN pour se parler. Après un an d’amitié virtuelle, nous avons décidé de nous rencontrer au métro Longueuil et ce fût le début de notre histoire d’amour qui dure depuis maintenant 10 ans! 

____

Les premiers pas – Olivier Rayé-Lalonde, Game designer

Quand j’étais petit, je jouais à Doom avec un ami en « hot seat ».
La première fois où on a rencontré un Pink Demon, on a lâché un cri aigu en reculant de l’écran d’ordinateur! Mon père savait à ce moment-là que le jeu vidéo était pour moi viscéral et immersif. Passant de la SNES au N64 en faisant un usage équivalent de l’ordinateur, j’ai sû assez vite que j’étais accro! Très jeune, dans les années 90, je me suis mis à faire du level design amateur. Je trouvais complètement fou le fait que les jeux nous fournissent gratuitement des éditeurs pour faire des maps dans leur engin!
Je me suis donc amusé à faire des cartes pour des jeux de stratégie tels que Age of Empires et Starcraft, mais aussi les balbutiements des first person shooters seconde génération: mon favori étant Worldcraft du Half-Life original. Certains de mes niveaux faisaient partie d’ajouts au jeu, communément appelés des « mods » (pour modification). J’ai beaucoup joué et modé un des premiers jeux shooter coop que j’ai connu de l’époque, j’ai nommé Sven Coop. En tant que gamer, j’ai participé à l’essor de l’engin Source de Valve, appréciant particulièrement les mods de Half-Life (puis Half Life 2) tels que Team Fortress Classic, Counter Strike (qui n’était qu’un mod à l’époque!), The Specialists et The Hidden. 

Cette passion et ce talent acquis lors de mes jeunes années m’ont permis d’accéder au programme de Conception de Niveaux de Jeu du Campus ADN dans les années 2000, pour ensuite décrocher une série d’emplois en level design !

Coretech Dev : Au cœur de la division « Développement » de notre équipe d’experts Tech

Chez Ludia, nous avons les équipes de jeux avec de nombreux profils et postes différents essentiels au développement, les équipes supports, les équipes administratives, mais aussi une équipe centrale qui pousse toujours plus loin l’innovation, l’amélioration des technologies existantes et l’implémentation de nouveaux outils et processus. Cette équipe, elle porte le nom de CoreTech et s’organise en 2 divisions : infrastructure et développement.

Aujourd’hui nous vous proposons de plonger au cœur de ce département  et d’en apprendre davantage sur l’équipe Coretech Dev et l’expertise de ses membres qui offrent un support indispensable aux équipes de jeux !

Trois équipes en une !

Pour l’équipe Coretech Dev, la mission principale est de fournir tous les éléments technologiques essentiels pour que nos équipes de jeux puissent communiquer avec les serveurs de jeux, depuis un téléphone ou nos serveurs internes. Pour cela, l’équipe développe, déploie et maintient différents produits et outils qui sont alors utilisés par les équipes de jeux pour leur faciliter la vie et unifier leur fonctionnement. Concrètement, pour chacun de nos jeux, les équipes vont avoir accès à une couche Interface de Programmation Applicative (communément appelée API) qui va permettre d’appeler des fonctions pour se connecter, sauvegarder leur avancement, recevoir des événements et des messages, créer des guildes, permettre les achats, etc. C’est donc sur cette partie que l’expertise des membres de Coretech Dev entre en jeu. Pour réaliser ce travail colossal, qui augmente à mesure de l’ajout de nouveau titre à notre portfolio, 29 personnes passionnées se répartissent en 3 spécialités : Back-End, Front-End, Framework.

 ·         Back-end

L’équipe Back-End a la responsabilité de construire et fournir aux équipes de jeux un set de fonctions le plus efficace possible, adapté aux besoins spécifiques. C’est l’équipe responsable du développement des plateformes interne Luna 1 et Luna 2 mais également des pipelines analytique Jazz et Titan. Ludia développant des mécaniques de jeux différentes, l’équipe Back-End doit développer sans cesse de nouvelles fonctionnalités et mettre en place des processus innovant tout en améliorant ceux déjà existants dans l’optique de gagner un temps précieux. Ce développement intervient pour la base même du jeu mais aussi pour chaque nouvelle fonction qui sera ajoutée ou modifiée. Par exemple, si nous avons besoin de pouvoir suivre les données d’un nouveau système d’inscription mis en place par Apple ou Google, nos experts doivent développer et implémenter ça au niveau des serveurs, et proposer une ou plusieurs API dans les environnements des jeux.  

 ·         Front-End

Cette spécialité se concentre sur les outils haut-niveau pour l’administration graphique du Back-End. Il est donc question de fournir aux différents corps de métiers des équipes de jeux (producteurs, designers, gestionnaire de communauté, support, …) les outils graphiques web pour pouvoir, par exemple, administrer le jeu, gérer les réclamations, bannir des membres en cas d’extrême nécessité, ou gérer les données GDPR. Pour ce dernier point notamment, on veut offrir la possibilité aux équipes de pouvoir accéder aux informations de façon simple et rapide en appuyant sur un bouton et effectuer des actions en un seul clic. Un autre exemple : pour la mise en place d’une segmentation dans le but de procéder à des A/B tests et améliorer toujours plus notre expérience joueur, il était nécessaire de faire des développements dans le Back-End et de créer une interface Front-End pour récupérer les segments et gérer les événements. C’est également l’équipe responsables des outils LiveOp développés spécifiquement en interne.

 ·         Framework

La spécialité de nos experts Framework est de développer la passerelle Unity, qui permet de de piloter le Back-End, la partie client et les données pour les équipes de jeu. Le code jeu doit pouvoir se connecter à un moment donné. Leur travail se concentre donc sur un ensemble de librairies de classe C-Sharp, nommé LudiaNet, que les équipes peuvent « appeler » et qui vont prendre en charge l’aspect communications avec les erreurs possibles, les flux de connexions via Facebook, Apple Signing, Google, etc. Idéalement, les jeux ont ainsi simplement un appel de fonction à faire, le reste est pris en charge par la couche Framework.

En plus de ces 3 pôles orientées « client » une équipe « Project Managers » composée de gestionnaires gère des projets plus spécifiques en parallèle. Ces gestionnaires s’assurent du suivi avec les équipes de jeux afin d’être sur d’aligner les livrables des équipes CoreTech Dev avec les besoins des des jeux. Ils sont donc les garants des plannings, des priorités et de la communication entre les différentes équipes.

Au sein de chacune de ces divisions, un membre d’équipe est toujours « de garde » pour répondre aux questions spécifiques des équipes de jeux. Il répond aux demandes, réceptionne les requêtes et besoins. Il laisse ainsi la possibilité au reste de l’équipe de se concentrer exclusivement sur le développements des outils et processus sans distractions parasites. Cette organisation devient d’autant plus nécessaire que le portfolio des jeux s’agrandit. Nos jeux vivent aujourd’hui bien plus longtemps que nou sn’ aurions plus l’anticiper il y a quelques années et le LiveOps demande aussi de pouvoir fournir des solutions efficaces, optimisées et innovantes dans un temps imparti de plus en plus court.

Un environnement en constante mutation

Dans l’industrie du jeu vidéo, c’est sûrement l’une des notions les plus fortes : la mutation constante de l’environnement. Si on parle souvent d’adaptation, ce ne sont pas seulement des mots glissés sur le papier, l’équipe Coretech Dev ne vous dira sûrement pas le contraire! Au cours de la vie du département, les équipes ont dû faire face à de nombreux défis, et on doit dire qu’elles l’ont fait avec brio ! Petit tour d’horizon des projets qui ont sûrement demandés (et demandent encore) le plus d’adaptation, d’énergie et d’innovations.

L’un des défis majeurs a été, il y a quelques années, la transition de notre moteur de jeux « in house » (ou « fait maison /interne») à l’utilisation de Unity. En quelques mois seulement, tout le monde a dû s’adapter, transitionner, apprendre un nouveau langage et parfois se réinventer. Ça a été un véritable révélateur des capacités de développements et d’apprentissages impressionnants des membres de l’équipe.  

Un autre gros chantier, qui sera désormais une question récurrente, s’articule autour des questions de GDPR. C’est une petite révolution en soi qui a un coût non négligeable en termes de temps, de technologie mais aussi sur l’aspect humain. S’entourer d’avocats, développer ses connaissances, se nourrir de l’expertise des uns et des autres est essentiel pour faire les choses correctement. Comme pour d’autres défis auxquels l’équipe doit régulièrement faire face, l’expertise et les connaissances n’étaient pas forcément déjà présentes à l’interne, car ces questions ne font pas toujours parti du corps de métier de base des équipes. C’est là la force de Coretech Dev, et plus généralement chez Ludia : développer ses connaissances et son potentiel pour faire face à toute situation.

D’autres gros projets en cours requièrent une flexibilité et une adaptation accrue des équipes, comme la question d’une mise en place plus importante de systèmes d’automatisation ou encore la transition d’un mode de release à intervalle régulier à un mode de déploiement en continue.

On peut toujours compter sur notre équipe Coretech Dev pour amener nos outils, nos processus et par extension nos jeux à un niveau plus loin ! L’amélioration continue, le développement de leurs connaissances et compétences, l’adaptation, l’innovation et savoir tirer meilleure partie du potentiel de chacun des membres sont les caractéristiques ancrées dans l’ADN de cette équipe.

Une expertise unique

Même si Unity est utilisé pour la partie plus graphique des jeux, la partie serveur reste « in house » chez Ludia. Et la décision de ne pas faire appel à un partenaire externe est simple : l’outil interne est plus développé, adapté et personnalisable que ce qui est disponible sur le marché. En commençant à travailler très tôt sur le développement des jeux mobiles et du LiveOps, Ludia a développé une expertise unique et c’est en ça que le studio sort clairement son épingle du jeu. Grâce à cette orientation, Ludia a su se donner une claire longueur d’avance, une expertise pointue. Loin de se reposer sur ses acquis l’équipe continue à faire évoluer les outils et processus avec l’intégration d’outils Cloud, de DevOps, pour passer rapidement un cap technologique qui bénéficiera à tous les jeux. Ce nouveau cap permettra de passer aisément les 8 à 10 prochaines années sur cette technologie en prenant en compte la durée de vie de plus en plus longue des jeux et des enjeux que ça soulève.

Curiosité et diversité au service de l’innovation

Pour l’équipe Coretech Dev :

« Chez Ludia, on a la chance d’avoir des personnes avides de nouvelles choses, qui demandent toujours à en apprendre plus, qui se nourrissent les unes des autres, veulent tester de nouvelle chose, et faire avancer le studio, les projets, les processus et les outils. C’est une chance vraiment incroyable »

Chaque membre de l’équipe est enclin au partage, peut et sait rapidement apprendre mais aussi enseigner, pour toujours mieux profiter de l’expertise et l’expérience de tous. Tirer partie des forces de l’équipe se fait organiquement. Par exemple, aujourd’hui au sein de l’équipe, une personne connaît particulièrement le monde du CICD (release continue). Elle a donc créé des groupes de discussions et prépare régulièrement des présentations internes pour l’équipe mais aussi la production. C’est un moyen parfait pour échanger sur ce qu’il  serait bien de mettre en place et comment améliorer les choses, quelles sont les problématiques et comment y remédier.

Le mode de gestion se fait sur l’échange, il n’est pas question ici de simplement imposer des solutions technologiques dans l’équipe de 29 personnes. L’idée valorisée est de savoir se nourrir de ce qui est fait ailleurs, des problématiques d’autres secteurs/ marchés. Dans cette optique, Coretech Dev sait aussi s’entourer aussi d’experts externes qui vont l’accompagner, réaliser une veille pointue et présenter ce qu’ils ont identifié comme opportunités et problématiques.

En plus de membres experts et très curieux, l’équipe est constituée de profils très différents, en termes d’expérience, de connaissance, d’affinités. Sa richesse réside dans la diversité de personnalités, de cultures, et son ouverture. Elle compte aussi parmi elle quelques personnes dites atypiques dont certaines atteintes de troubles du spectre de l’autisme. Ça demande parfois des adaptations, mais un cadre sécuritaire et confortable pour tous s’est rapidement et naturellement créé. 

Quand on demande au directeur comment il a réussi à mettre en place un tel degré d’inclusion et d’ouverture dans son équipe il répond simplement : « C’est comme inscrit dans notre ADN. Avoir des gens ouverts chez Ludia, ça fait partie intégrante de la démarche dès le tout début du processus de recrutement. Il y a une grande attention portée à voir si la personne est ouverte, partage les même valeurs et va bien s’intégrer dans l’équipe. »

Tout le monde est ainsi conscient des différences et sait s’adapter en termes de communication, de charge et de rythme de travail et de spécificités relationnelles. Même si la cohabitation n’est pas toujours la plus aisée, le travail collectif et le fort esprit d’équipe participe toujours au bon fonctionnement de ce département. Et lorsqu’on évoque le sujet, on en vient rapidement à la conclusion chez Ludia que oui, cette ouverture d’esprit, cette inclusion, et cette diversité,  nourrit l’esprit d’innovation et le pousse à un niveau plus loin. 

Si nous devions garder une règle d’or de nos échanges avec l’équipe Coretech Dev, ce serait sûrement : toujours valoriser l’ouverture d’esprit et ne jamais négliger la communication. 

Les dinosaures de Jurassic World sont plus vivants que jamais !

Aujourd’hui est un jour très spécial pour tous les amoureux de créatures préhistoriques, Ludia et Universal Brand Development s’associent avec Google pour donner vie à 10 dinosaures grâce à la Réalité Augmentée dans Google Search.  Vous pouvez remonter dans le temps jusqu’à la préhistoire et observer un T. Rex piétiner dans votre salon ou le majestueux Brachiosaure dominer les arbres de votre quartier. 

Pour les trouver, recherchez un dinosaure dans Google en utilisant votre appareil mobile et cliquez sur “afficher en 3D” pour leur donner vie grâce à la réalité augmentée. Cliquez sur “Voir en taille réelle”, les technologies d’éclairage repositionneront automatiquement le dinosaure dans l’espace dans lequel vous vous trouvez pour lui faire prendre la place nécessaire. Vous pouvez également zoomer pour observer de près la texture de sa peau. Les modèles de Jurassic World Alive de Ludia font en effet partie des dinosaures en réalité augmentée les plus réalistes créés à ce jour. 

Les dinosaures de Jurassic World disponibles en réalité augmentée sont les suivants : Tyrannosaurus Rex, Velociraptor, Triceratops, Spinosaurus, Stegosaurus, Brachiosaurus, Ankylosaurus, Dilophosaurus, Pteranodon et Parasaurolophus.

N’hésitez pas à faire preuve de créativité, à créer vos propres vidéos, et partager vos rencontres avec ces créatures majestueuses sur Facebook, Instagram et Twitter, en utilisant #Google3D and #JurassicWorld. Et une fois que vous aurez trouvé les 10 dinosaures sur Google AR, n’oubliez pas de venir jouer pour pouvoir en trouver plus de 200 dans le jeu et tout autour de vous ! 

Curieux de découvrir comment notre équipe crée les dinosaures ? Modelisation 3D, textures et animation, regardez cette vidéo pour découvrir le processus:

Plus d’information sur Jurassic World Alive 

Plus d’information sur les dinosaures dans Google search AR

Retour sur le panel neurodiversité Ludia x URelles

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont participé et apporté leur contribution à cette belle conversation qu’a été notre panel de la semaine dernière sur la neurodiversité, ainsi que nos formidables panélistes: Martin, Iris, Marianne, Michel et notre animatrice Chloé.

Le panel a couvert de nombreux sujets, dont : 

  • Voir la neurodiversité comme une force, mais aussi comme une caractéristique propre et aussi variée que la couleur des cheveux ou la couleur des yeux
  • Déconstruire le mythe affirmant que les personnes « souffrent d’autisme » 
  • Discuter des aménagements non seulement sur le lieu de travail mais aussi durant le processus de recrutement. Ce qui inclut de s’assurer que les questions de recrutement sont assez claires et formulées de manière à être accessible à tou(te)s.
  • Des termes comme Neurodiversité incluent les personnes Neurotypiques, alors que Neuroatypiques n’inclut pas les personnes neurotypiques. Le terme Neurodivergent est également souvent utilisé. 
  • De nombreuses personnes utilisent et se sentent à l’aise avec des termes différents. Ce qui est important c’est que ces termes les aident à exprimer leur expérience, leurs forces et besoins potentiels.
  • Recevoir un diagnostic d’autisme ou de neurodivergence devient plus difficile à l’âge adulte, et plus encore pour les femmes.
  • Les femmes n’ont pas un type d’autisme  »différent”. Elle interagissent selon des structures sociales différentes, ce qui peut souvent modifier l’expression de leur  neurodivergence.  
  • La nécessité de permettre à chaque personne de demander des aménagements, sans aucun jugement et sans que cela ne nuise à leur candidature ou leur rôle. 
  • Comprendre les besoins en constante évolution des personnes neurodivergentes, spécifiquement dans le cadre du travail à domicile et du travail hybride, et comment les environnements de travail virtuels et physiques peuvent être adaptés.


Vous n’avez pas pu participer la semaine dernière ? Venez écouter l’enregistrement du panel (en français seulement):

Ludia et URELLES ont été tellement inspirés par votre implication, et nous avons le sentiment qu’il y a encore tant de belles conversations à avoir, que nous avons décidé d’organiser une seconde édition !

Elle sera axée sur la Neurodiversité et l’Intersectionnalité.

Gardez l’oeil ouvert sur nos réseaux dans les prochains jours pour découvrir les nouveaux panélistes et le lien pour vous inscrire !

Célébrons les 2 ans de Jurassic World Alive en cette journée internationale des dinosaures!

Aujourd’hui c’est la journée internationale de dinosaures et … les 2 ans de Jurassic World Alive !

Pouvez-vous croire que cela fait déjà 2 ans que Ludia et Universal Games and Digital Platforms ont ramené les dinosaures à la vie dans Jurassic World Alive?
Le jeu mobile, qui rapproche les joueurs de leurs créatures préhistoriques préférées de la franchise cinématographique Jurassic World grâce à la technologie de géo-localisation et la réalité augmentée (RA), était un projet ambitieux. Pour les équipes passionnées de Ludia, ça a été une véritable joie de travailler sur le projet, et ça l’est encore aujourd’hui! 

Grâce à un partenariat de travail solide avec Universal, le jeu a bénéficié de l’exploration de nouveaux concepts dans un esprit de collaboration. C’était un des éléments clés pour mener à bien cet impressionnant jeu de géolocalisation/RA, et nous ne pourrions pas être plus fiers et heureux aujourd’hui. 

Avec ses plus de 200 dinosaures et créatures préhistoriques, le jeu reçoit un grand soutien de la part de sa communauté extraordinaire! Nos joueurs – passionnés, engagés et d’un grand soutien – sont la véritable récompense de tout ce travail !

Prenant toujours bien en compte les retours de la communauté, développant et améliorant le jeu, l’équipe travaille aussi continuellement sur de nouvelles mises à jour et fonctionnalités à ajouter. Les dernières mises à jour ont introduit de nouvelles créatures de l’époque du Permien, et des habileté liées à la vengeance! Et il y a encore plus de surprises à venir cet été! Parmi elles, un nouveau mode de combat coopératif sera introduit. Les joueurs pourront affronter de nouvelles créatures dangereuses et puissantes avec l’aide de leurs Alliance et leurs amis, confortablement installés dans leur foyer. D’ici là : entraînez-vous bien avec les campagnes en cours et préparez vos créatures ! 

Les Guerriers de Waterdeep : Un an d’aventures au cœur des Royaumes Oubliés !

Il y a tout juste un an, Ludia entraînait pour la première fois les joueurs du monde entier dans une nouvelle aventure extraordinaire peuplée de monstres, de héros, de combats épiques à travers l’univers iconique de Donjons et Dragons. Ouvrant grandes les portes de Waterdeep Ludia offre, à portée de main, la chance d’accomplir des quêtes pleines de mystères et de défis au cœur des Royaumes oubliés. Fans incontestés de la licence ou simples esprits curieux, Les Guerriers de Waterdeep sait enchanter sa communauté !

Il était une fois … Les Guerriers de Waterdeep

Même si ça peut paraître étonnant, l’aventure du jeu Les Guerriers de Waterdeep n’a pas commencé dans un forêt mais bien à une table de conférence ! Revenons un peu dans le temps, et découvrons ensemble les étapes de ce projet titanesque !

Il y a quelques années chez Ludia, lors d’un événement comme il s’en organise régulièrement au studio, les employés ont été encouragés à présenter des idées de jeux. Ayant de grands fans de Donjons et Dragons la licence a émergé parmi les univers favoris, et l’équipe a commencé à réfléchir à la façon de retranscrire cet univers complexe et fascinant dans un jeu mobile.  Comment combiner les éléments clés et conserver l’essence de ce jeu de rôle ? Quels héros choisir ? Quels monstres ? Les cubes gélatineux et les dragons bien sûr mais quoi d’autre ? Quelles mécaniques ? Quelles tactiques ? Et dans quel royaume ?

Après d’intenses réflexions, le prototype voit le jour en format…. papier! Et la mécanique du jeu est testée lors d’une partie avec l’équipe développant le projet et notre équipe de direction, dont notre président lui-même qui sera à l’origine d’itérations centrales pour la suite du projet ! Après avoir peaufiné le projet, l’équipe passionnée a présenté cette idée à la maison mère de Donjons et Dragons : Wizards of the Coast. Et dès la première visite, un lien fort se crée. La sensation de se comprendre tout de suite et les échanges ouverts ont permis d’instaurer une confiance immédiate entre les deux parties. Depuis ce jour une collaboration étroite s’est mise en place pour tirer le meilleur des ressources et aboutir à un jeu qui respecte profondément l’ADN de la licence et la passion des joueurs, pour qui Donjon et Dragons est une véritable façon de vivre. Tout cela en permettant à un nouveau public de découvrir cet univers. Et pour mener à bien ce projet, comme dans toute bonne partie de D&D, constituer une équipe complète taillée pour réussir la quête semée d’embûches qui se dessinait était primordial !

« Former son équipe » !

Contrairement à ce que l’on pourrait croire de l’extérieur, créer un jeu vidéo est complexe et parfois épuisant. Pour mener à bien une telle aventure, il faut savoir s’entourer de personnes passionnées, brillantes et travailleuses. Mais chez Ludia, nous aimons aussi que nos employés soient ouverts, bienveillants, avec un petit grain de folie. C’est tous ces éléments réunis, ces personnalités variées, ces cultures différentes et cette passion commune qui font de l’équipe des Guerriers de Waterdeep une équipe formidable (mais si vous venez faire un tour chez Ludia, vous comprendrez bien vite que toutes nos équipes le sont! 😉 ). Artistes, QA, designers, écrivains, programmeurs, analystes, … Chaque personne est un maillon indispensable à la réussite du projet et à l’équilibre de la dynamique de l’équipe. Chacun des membres ressent et prend à cœur ce sentiment de responsabilité envers la licence et les fans et donne le meilleur pour amener le projet toujours à un niveau plus loin.

L’équipe D&D chez ludia, c’est aussi beaucoup de rire, d’écoute, de brainstorm sur « comment rendre nos monstres encore plus effrayants ? », « comment rendre le jeu encore plus cool ? », « Comment surprendre les joueurs ? », « Quelle date pour notre prochain team building lancer de hache ou paintball, …? ». La cohésion, la communication, l’écoute et le partage sont des éléments clés !

Et tout cela est partagé avec l’équipe de Wizards of the Coast également. La relation privilégiée entretenue entre Ludia et Wizards of the Coast est une grande fierté. Chacun apprend de l’autre, sait se montrer flexible, n’hésite pas à partager ses points de vues et ses doutes mais aussi son bonheur de travailler ensemble. C’est une véritable collaboration, avec un but commun, qui est nourrie d’un profond respect et d’une appréciation mutuelle.

C’est  cette merveilleuse relation qui a permis à notre équipe de bénéficier d’informations en avant-première, ou d’invitations au Wizards of the Coast Creative Licensing Summit, mais aussi de recevoir des messages qui l’ont touché en plein cœur comme ceux que vous pouvez retrouver dans cet extrait :

 « Mettre au défi et découvrir »

Dans la création du jeu, comme au cours d’une partie, vient le moment de mettre au défi ses talents d’aventuriers (ou de concepteur de jeu ici). Viennent ensuite les étapes qui consistent à découvrir la version finale, d’affronter l’avis des joueurs, et d’améliorer les mécaniques. Après la période de développement pure du jeu, l’équipe n’a pas cessé réaliser de nombreux tests et améliorer le jeu en continu. C’est un long processus qui demande un dévouement sans faille pour le bien être du jeu et l’expérience. Les joueurs se sont révélés incroyables, et continuent de l’être dans leurs retours !  Donjons et Dragons bénéficie d’une base de fans tellement engagée que les commentaires sont incroyablement constructifs et permettent de vraiment pousser le concept du jeu. De nombreuses itérations ont été faites suite aux commentaires reçus et c’est aujourd’hui toujours le cas. Ce que les joueurs attendent, veulent voir, leurs comportements de jeu, la vitesse à laquelle ils passent à travers les niveaux et le contenu, tout cela représente des indicateurs clés pour développer le jeu disponible aujourd’hui et l’améliorer encore plus pour demain.

Affronter et remporter

Après avoir affronté les obstacles qui se sont dressés sur le chemin, l’heure est à la victoire et aux récompenses. Après cette première année écoulée, l’équipe a conscience de la chance d’avoir une communauté si impliquée ! Ils sont toujours très forts pour deviner quels seront les prochaines mises à jour avant les annonces et les joueurs consomment pratiquement l’intégralité de ce qui est disponible dans le jeu à chaque fois ! Leur implication est un véritable moteur de motivation pour l’équipe. Les joueurs surprennent sans cesse. Et il semblerait que le jeu n’ai pas seulement mis de l’avant la coopération entre les héros, mais ait encouragé aussi la coopération et l’esprit d’équipe entre les joueurs.

La bienveillance, la coopération et l’entraide entre les joueurs est l’une des plus belles découvertes de l’équipe sur cette communauté à travers le jeu. Lors du lancement une énergie positive s’est propagée rapidement. L’élan d’entraide a mené au partage d’astuces, de recommandation et de conseils, sur les réseaux. Ils ont ainsi trouvé de nouvelles combinaisons d’habileté ce qui a mené à un nouveau travail sur l’équilibre du jeu par la suite ! Même après un an, loin de s’estomper, cette énergie positive continue d’être partagée entre les joueurs, et la compétition reste amicale.

L’une des plus grosses surprises a été de découvrir les joueurs, en plus des parties du jeu, commencer également des parties de Donjons et Dragons dans les espace de clavardage !

Bien sûr, tous les retours ne sont pas exclusivement positifs. Parfois certains sont plus tranchants que d’autres, mais chez Ludia on prend le parti de voir le verre toujours à moitié plein et de réaliser que s’ils prennent la peine de s’exprimer, c’est qu’ils se sentent impliqués. Ces retours sont aussi une victoire, car ils permettent de toujours pousser l’expérience plus loin et le curseur de qualité plus haut. Un mot d’ordre depuis que le jeu est « live » : amélioration continue.

Le premier de nombreux anniversaires à venir 

Il y a toujours de nouvelles aventures palpitantes et de nouvelles quêtes à imaginer et jouer ! L’équipe est très enthousiaste pour les mises à jour venir ! Et l’excitation partagée avec les joueurs ajoute encore un cran à son degré de motivation et sa volonté de se dépasser pour aller au-delà des attentes ! Le calendrier Live-Ops réserve de belles surprises en termes d’événements, il se pourrait aussi que de nouveaux personnages fassent très bientôt leur apparition et il se murmure qu’un impressionnant dragon noir serait en route vers Waterdeep, gardez l’oeil ouvert !

L’aventure continue « mighty warriors »* !
*Guerriers redoutables

Créatifs chez Ludia : parcours d’un artiste talentueux et prometteur, Felipe Ramos.

Artiste. Si vous en recherchez la définition, vous en trouverez 1000 différentes : personne qui se voue à l’expression du beau, maître d’une technique,  créateur d’émotions. En vérité il en existe une pour chaque personne pratiquant l’Art avec un grand A, au sens large du terme. Chez Ludia, nous avons la chance d’en compter près de 100 aujourd’hui. Inspirants, passionnés, travailleurs acharnés, talentueux et experts curieux, chacun trouve son inspiration de manière différente. Un mot pour qualifier cette équipe qui nous émerveille quotidiennement avec ses créations : richesse.

Aujourd’hui on embarque dans un voyage avec Felipe Ramos, artiste concept sur notre jeu Dragons : Titan Uprising.

Felipe

Artiste concept : késako ?

L’artiste concept est un pilier dans la production d’un jeu vidéo. Son objectif est de mettre en image ce qui n’est jusqu’alors qu’un concept vivant dans l’esprit des concepteurs. C’est à travers ses créations que le projet prend vie. Tout son travail va permettre au reste de l’équipe de visualiser quelle direction prend le projet et d’avancer ensemble vers cet objectif final.

Un des traits les plus importants chez un artiste concept ? Pour Serge Mongeau, notre expert art, «c’est la volonté de vouloir toujours améliorer ses méthodes de travail, être curieux, explorer de nouvelles techniques ». Et c’est cet aspect de la personnalité de Felipe qui fait de lui un artiste, déjà talentueux, mais surtout prometteur. « Felipe est particulièrement curieux et n’hésite pas à embrasser de nouvelles techniques, pour améliorer sa productivité et définir des univers cohérents à travers une multitude de personnages. »

Passion et travail acharné

Pour être un bon artiste, il n’est pas uniquement question d’avoir de bonnes prédispositions, un talent naturel. Réussir une carrière artistique est un parcours souvent semé d’embûches. Cela requiert une volonté de fer et un travail acharné, particulièrement pour le métier d’artiste concept. Ce rôle étant assez similaire de studio en studio, la compétition est encore plus féroce à l’échelle mondiale. Vous devez être  passionnés et dédiés à votre art pour pouvoir en faire votre métier. Mais si curiosité, travail, sacrifices et engagement sont vos mantras quotidiens, vous pourriez bien faire des étincelles !

Pour atteindre son but, Felipe a travaillé sans relâche jusqu’à développer les capacités nécessaires pour pouvoir entrer dans une école artistique ici à Montréal. Une fois cette étape passée, le chantier restait entier. Quitter ses amis et sa famille restés au Brésil et se retrouver avec d’autres artistes en devenir aussi travailleurs que talentueux a été une étape difficile mais a forgé un peu plus sa combativité. 

Aujourd’hui encore il met un accent particulier sur l’auto-formation. Tutoriels disponibles sur internet, échanges avec ses collègues et gestionnaires, apprentissages de nouveaux logiciels, classes en ligne dispensées par les artistes dont le travail l’inspire le plus : toute source d’apprentissage est bonne à prendre. Au fil du temps, en tant qu’artiste concept il est arrivé à la constatation qu’il ne pouvait pas «simplement se spécialiser dans une seule forme d’art ». Et cette soif d’apprendre a été nourrie par le discours de ses professeurs qui l’ont guidé, non seulement à travers la maîtrise de techniques existantes, mais aussi vers la recherche constante de nouvelles connaissances, d’innovations, de nouveauté. Elle est également peut-être un peu motivée par une crainte d’être dépassé dans cet univers en évolution rapide et constante.

Albert Einstein a dit un jour : « Le génie se fait avec 1% de talent et 99% de travail ». Et c’est tout aussi vrai en ce qui concerne l’art.

Pourquoi utiliser la citation d’un génie scientifique dans ce contexte ? Vous allez voir que c’est tout à fait à propos!

Science et technologie, au cœur de l’inspiration de Felipe

Lorsqu’on lui demande s’il a toujours voulu emprunter le chemin d’une carrière artistique, Felipe répond : « Oui, j’ai toujours voulu être un artiste, ou un scientifique. Le jour où j’ai vu une exposition de Leonardo Da Vinci à Sao Paulo quand j’étais enfant a littéralement changé ma vie. A partir de ce moment, mon objectif a été d’arriver un jour à embrasser une carrière qui me permette une liberté de création similaire.»

Après des études en Biologie à Rio, et s’être confronté rapidement à la dure réalité concernant  la science au Brésil, Felipe s’est dédié à son art.

Mais l’univers scientifique n’a jamais vraiment quitté son esprit. Aujourd’hui encore, en plus de s’inspirer de ses expériences personnelles, de ce qui l’entoure, des événements auxquels il assiste, les films qu’il regarde ou les environnements dans lesquels il évolue, la science et la technologie conservent une place particulière dans ses inspirations. Son obsession du moment ? Le mouvement de l’intelligence artificielle dans l’art. De plus en plus de technologies permettent de faire de l’art et changeront à l’avenir les procédés de création, la pratique des artistes et leur réflexions. C’est cette partie qu’explore Felipe, dont le fil de pensée est alimenté tant par ses propres recherches que par les échanges avec certains de ses pairs, profondément captivés par ce sujet.

L’idée derrière tout ça ? Toujours avoir un œil tourné vers l’évolution future possible pour son métier.

Univers du jeu vidéo et processus de création

Même s’il a pensé travailler pour l’industrie des films, Felipe a “toujours su que les jeux vidéo seraient l’étape d’après.» «Ce n’était qu’une question de temps pour que les graphismes que je voyais deviennent des expériences immersives complètes, comme une progression évidente. Aujourd’hui  [les jeux vidéo] ont le potentiel de devenir la forme d’art et d’immersion ultime.»

Ce qui le stimule le plus dans son travail, c’est la création d’univers et de monde. Tout doit avoir une logique lorsqu’il les crée. Les personnages et créatures sont les éléments qu’il aime particulièrement réaliser, que ce soit dans le cadre de son travail chez Ludia, ou même personnellement. Il équilibre en effet son temps entre sa pratique artistique professionnelle pour les différents projets en cours et son exploration constante à travers ses projets personnels sur son temps libre. Son esprit créatif ne se limite pas à ses heures de travail ! Et si vous ne l’aviez pas encore compris, comme tout mordu de technologie qui se respecte, il adore également avoir à disposition un large panel d’outils et de logiciels. De cette manière il se force à apprendre de nouvelles façons de faire les choses régulièrement. Ses gestionnaires sont particulièrement ouverts à ce qu’il explore et aille toujours plus loin dans sa pratique artistique pour lui permettre de développer son plein potentiel.  

Et le processus de création pour un artiste concept, comment ça se passe chez Ludia ?

Bien sûr chacun des artistes a un fonctionnement et une vision un peu différente. Pour Felipe, « cela varie beaucoup, dépendamment des éléments demandés ou de l’utilisation qui en sera faite.» Dans tous les cas, certains éléments restent constants dans la démarche comme la partie recherche de références et constitution de moodboards. Ensuite, pour les éléments de concept, il partira plutôt sur de la 2D en faisant un modèle de base qu’il pourra peindre sur Photoshop. Pour ces éléments sa technique favorite reste de travailler manuellement et de peindre le tout, car ça reste le moyen le plus rapide d’avoir un rendu réaliste. Pour une illustration, comme un écran de démarrage, il passera sur un processus 3D. Plus long, il permet tout de même de travailler sur des angles intéressants et changer la perspective caméra. Et pour des éléments à intégrer dans les jeux, il partira sur une base de concepts 2D puis passera sur les modèles 3D des meilleurs idées validées pour facilement inter-changer certaines parties et créer plus de variantes. Les rendus finaux étant en 2D, les dernières étapes qu’il réalise consisteront à intégrer des textures basiques, effectuer les rendus et peindre ces éléments pour les rendre les plus attrayants possible !

Covid-19 et créativité 

Comme tout le reste du studio nos artistes travaillent de la maison. Certains éléments restent les mêmes quel que soit le métier exercé. Ainsi, la nécessité de s’adapter, de trouver les meilleurs façons de communiquer à distance, et les éléments positifs que constituent une plus grande intimité, la possibilité d’être moins interrompu et de profiter d’un peu plus de temps libre en économisant le temps de transport est commun à tous.  

De manière générale, le quotidien de travail de Felipe, comme celui de bon nombre d’artiste, n’a pas drastiquement changé depuis la mise en place du travail à distance : même matériel, mêmes meetings adaptés en virtuels, projets toujours en cours. Ce sont les éléments liés au « confinement » en lui-même plus qu’au travail à distance qui peuvent avoir un impact sur sa pratique artistique. Très inspiré par les détails du quotidien, ce sont ses expériences sociales, être aux contacts de différentes personnalités, capter des éléments de la vie extérieure qui nourrissent son travail créatif. « Pour l’inspiration ça peut être compliqué, ça peut causer des blocages. Par exemple, quand je dois développer des images qui font écho à l’été et toute l’énergie caractéristique de cette saison… et bien c’est compliqué quand je ne peux pas en avoir un aperçu dehors.»  Il est donc un plus « forcé » de puiser son inspiration sur internet ces derniers temps.

Puis pour finir bien entendu, tant pour quelqu’un qui a des enfants qu’une personne qui vit seule, l’organisation est vite devenue une priorité. Non pas qu’il n’en avait pas une qui fonctionnait bien auparavant, mais le travail à distance a nécessité de nouvelles optimisations. Les retours de ses pairs ont donc été clés pour cette partie, et il continue également à bien respecter les horaires de travail réguliers du bureau même s’il pourrait être tenté de décaler ce temps de travail aux moments où il se sent le plus inspiré dans la journée. Ainsi il garde le bon rythme et un bon équilibre.

Ses conseils en cette période de pandémie ?

Même si c’est parfois complexe, il faut essayer de se tenir informé tout en se protégeant du chaos médiatique. Ça permettra de garantir au maximum une bonne santé mentale. Et n’oubliez pas l’importance de déconnecter du travail, surtout lorsque l’on vit seul. « Les 2 premières semaines c’était compliqué parce que j’ai le même système de son pour mon ordinateur personnel et celui de Ludia. Il m’arrivait de ne pas brancher le système au bon ordinateur et d’entendre mes notifications Slack lorsque ma journée de travail était terminée et que je me mettais sur mes projets personnels. Ça pouvait m’encourager à revenir sur mes projets professionnels. Depuis je fais plus attention pour bien délimiter les temps de travail, et les temps dédiés à ma vie personnelle, et conserver le bon équilibre.»

Le Marketing en jeux vidéo : à la découverte du Service Créatif chez Ludia

“Ah tu travailles au Marketing ? Mais vous êtes où ? Pis vous faites quoi ?”

Ça, on pourrait l’entendre souvent. Si vous demandez autour de vous ce que fait le Marketing dans une compagnie de jeux vidéo vous pourriez bien d’entendre que ce département fait la promotion des jeux et aide à la communication interne et externe de la compagnie. Et dans les grandes lignes, c’est effectivement le cas. Mais il y aussi une autre vision répandue, un peu différente. Certains vous diront donc qu’au marketing on ne s’occupe que « de rendre les choses belles » ou encore « que tout y est fait à la dernière minute, sans trop savoir ce qu’ils font. » Croyez-moi, j’ai fait l’exercice !

 Alors bien évidemment, on fait bien plus que simplement “créer de belles images”. Pour vous montrer tout ça, on va commencer par se présenter un peu !

Le Service Créatif, c’est quoi ?

Nous, nous sommes le Service Créatif de Ludia ! En quelques mots on est une belle équipe qui s’occupe de créer les images et vidéos promotionnelles qui permettent d’assurer une belle visibilité au studio et aux jeux, les faire rayonner et perdurer dans le temps.
Revenons à la base avec quelques questions très simples, vous voulez bien ? Alors concrètement le Service Créatif, qui en fait partie et qu’est-ce qu’on y fait à chaque jour ?

Le Service Créatif chez Ludia c’est une équipe multidisciplinaire composée de graphistes, webdesigner, motion designers, éditeurs vidéo et designer du son. 
On y étudie le marché, les compétiteurs, les mises à jour et les évènements en cours dans nos jeux. Tout ça va nous permettre de créer les visuels promotionnels qui seront parfaitement adaptés à la réalité de nos joueurs et l’image de notre studio. Oubliez l’idée que nous vivons dans une bulle et que nous prenons les idées comme elles viennent : on a bien les pieds sur terre et même s’il nous arrive d’avoir parfois des idées un peu perchées, elles sont toujours le fruit d’une grande réflexion !
Afin d’être le plus pertinent possible dans nos visuels nous allons récupérer l’information directement à la source, à savoir auprès des équipes de production, et évitons au maximum les demandes de dernières minutes. Nous gardons toujours un œil sur les pages Confluences dédiées aux différents projets, et un lien très étroit avec les producteurs et les artistes. Rester informés et communiquer est la clé !

Des visuels promotionnels et tellement plus encore…

 Alors oui, bien sûr, on fait des visuels promos (de méchantes “belles promos” même !), mais il n’y a pas que ça. On crée des visuels pour animer nos communautés, des sites internet pour nos jeux, des infolettres, des posters, des montages audio, des trailers… C’est tellement diversifié que même en interne certaines personnes sont surprises quand elles voient tous les supports sur lesquels nous travaillons. Même les Ressources Humaines sont parfois encore étonnées quand nous évoquons tous nos projets en cours à un candidat lors d’une entrevue !

Cette variété constante permet à notre équipe d’interagir à plusieurs niveaux au sein du studio : avec les vice-présidents, producteurs, leads, animateurs, artistes. Et ça, même s’ils n’ont pas toujours tous conscience que nous sommes en lien avec chacun d’entre eux à un certain niveau pendant un projet.

Comment pouvons-nous tisser des liens si étroits avec tous ces profils différents ? Et bien parce que nous avons peu à peu développé les bonnes connaissances et capacités au sein de l’équipe. Aujourd’hui nous connaissons donc parfaitement leur jargon, nous comprenons leurs besoin, nous rassemblons autant d’information que possible, échangeons des idées basées sur notre expérience et ce qui se fait sur le marché. Grâce à tout ça nous pouvons  leur suggérer les actions réalisables et proposer de nouvelles solutions dès que nous le jugeons nécessaire. 

Ensuite, nous retournons à nos bureaux, échangeons sur les idées et les études de références, recherchons ce qui est nouveau, et traduisons toute l’information que nous recevons en images et vidéos qui serviront à délivrer des résultats concrets. 

Notre travail permet donc de renouveler constamment l’engagement, et aide nos jeux à perdurer jusqu’à plusieurs années après leur lancement. Un autre bon exemple de jeu ayant bénéficié de l’impact de notre travail est le jeu Dragons Rise of Berk. Il a été lancé en 2014 et dispose toujours d’une équipe LiveOps qui s’occupe de promouvoir les offres, les nouveaux dragons et les événements.

Nos outils : résulats de réflexions profondes et d’analyses minutieuses

Pour créer les outils les plus pertinents et engageants, nous nous basons sur les recherches et analyses des autres départements et de nos licences. Nous essayons par exemple d’utiliser les personnages favoris des fans ou ce qui fait le mieux réagir les joueurs dans nos outils promotionnels. C’est pourquoi dans les jeux Dragons par exemple, vous verrez plus souvent Krokmou et Furie Eclair dans notre matériel de promotion. De la même façon pour Jurassic World Alive, nous utilisons la réalité augmenté (avec des situations parfois très drôles) car cela nous permet, à travers le jeu, de placer un dinosaure dans le monde réel. 

Les différentes recherches peuvent aussi nous amener à créer des outils auxquels nous n’aurions pas pensé nous-mêmes. Par exemple, en analysant le comportement de nos joueurs, le département Community nous a fait remarquer que les fans prenaient souvent des captures des écrans de démarrage car ils les apprécient réellement. Nous avons donc décidé de leur offrir des fonds d’écran reprenant ces designs (et bien plus) sur la landing page Jurassic World Alive et nous voyons un bon nombre de téléchargements de ces fonds d’écran après chacune de nos mises à jour. 

Pour rester compétitif, nous analysons aussi ce que nos concurrents font de manière différentes comme les publicités d’acquisition de talents, les vidéos promotionnelles, les pages de communautés, les infolettres, … 

Vous vous souvenez quand nous disions que nous étions une équipe multidisciplinaire? Vous voyez que c’est plus que nécessaire quand on dresse la liste de tous les outils et les canaux de diffusion utilisés pour la promotion d’un jeu. 

Au service des jeux, mais aussi de nos Ludiens !

Nous ne travaillons pas uniquement pour nos jeux. Nous soutenons aussi les communications du studio. Lorsqu’un party de lancement de jeu ou une assemblée interne sont organisés, les équipes sollicitent notre expertise pour créer le matériel de promotion de ces événements. Posters, cartes, pins et vidéos utilisés lors de ces événements : nous les aidons avec tout ça !

Nous aidons également les équipes Communications et Ressources Humaines sur des événements externes d’envergure comme le MIGS, que ce soit pour des flyers, des cartes, des posters, des éléments graphiques à apposer sur des cadeaux promotionnels (ou goodies comme nous les appelons) ou des vidéos illustrant la vie quotidienne chez Ludia et les jeux. Etant en contact avec pratiquement tous les départements, nous discutons avec les producteurs, les communications et les RH de leurs besoins et attentes, et prenons en charge la création de ces outils qui nous permettront de créer de la visibilité sur le studio, qui nous sommes et ce que nous faisons. 

Tous ces éléments nous aident à attirer de potentiels nouveaux talents, et ont un impact positif sur ceux travaillant déjà pour le studio. 

La volonté d’avoir un impact positif

Il est important pour nous de voir que notre travail a un impact, en interne comme en externe. Nous voulons avoir impact positif qui perdure longtemps et peut être perçu autant par notre base de fans que nos pairs. Pour l’interne, nous sommes fiers de soutenir le développement d’une communication claire sur les nouveaux systèmes RH, les résultats, les nouveaux projets, les informations sur nos événements, et plus fiers encore si nous aidons à attirer de nouveaux talents dans notre studio. Pour l’externe, c’est toujours une immense satisfaction de savoir que nous permettons de générer un engagement fort des joueurs pour nos jeux, d’étudier de nouveaux moyens d’attirer plus de joueurs, de préparer de nouveaux lancements, de collaborer avec tous les départements et d’aider la croissance des revenus. Si un jeu paraît toujours aussi frais et excitant après 5 ans et nous avons pu avoir un petit impact là dessus, nous en sommes plus qu’heureux ! 

En résumé – et quelques centaines de mots – c’est ce que nous faisons, qui nous sommes. Peut-être que nous créons parfois des choses qui vous paraissent uniquement brillantes et cool – et d’autres plus simple et directe – mais il y a toujours un objectif précis derrière nos créations. Nous adorons faire partie de cette dynamique et cet environnement en mutation constante ! Notre fierté est de délivrer des outils pertinents et créatifs qui fourniront de bons résultats. Nous faisons chaque jour de notre mieux pour être à la hauteur de ce défi !  

Alors la prochaine fois que vous voyez une publicité, un poster, une vidéo, une offre promotionnelle, une landing page ou un pin, pensez à toutes ces personnes et le travail incroyable qu’il a fallu pour rendre tout cela possible ! 

Affectueusement, Le Service Créatif Ludia

Modération & Social Care : À la rencontre de l’équipe derrière nos forums et app stores

Chaque studio a un nom différent pour cette équipe. Ils sont un peu les héros du quotidien qui travaillent dans l’ombre, répondent à nos joueurs sur les forums et les boutiques des applications. Ils aident et conseillent avec bienveillance, et remontent les opinions aux équipes de production pour pousser la qualité de nos jeux toujours plus loin. Chez Ludia on appelle cette équipe « Modération and Social Care », car ils prennent soin d’une grande partie de notre communauté.

Leur travail, leurs interactions avec les équipes de productions et les joueurs, leurs défis quotidiens et leur adaptation au travail à domicile : aujourd’hui nous décidons de les mettre en lumière !

“Moderation and Social Care” : de quoi parle-t-on exactement ?

Vous avez déjà sûrement vu les noms de « manager d’expérience des joueurs », ou encore « game master ». Chez Ludia, ça ne correspondait pas exactement à notre équipe, leur mentalité et leur mission. Après quelque temps de réflexion, nous avons finalement décidé de les nommer : « Moderation and social care Specialists » ou l’équipe MSCS.

L’objectif principal de cette formidable équipe ? Garder nos communautés de joueurs sur les boutiques d’applications et les forums en sécurité et les plus heureux possibles, ce qui permet aussi de garantir la sécurité de nos employés.

Mais alors, qu’est-ce que fait cette équipe au quotidien ?

Vous voyez tous les forums des jeux, les espaces sur les boutiques des applications et les espaces commentaires ? Et bien notre équipe s’occupe de la gestion de tous ces espaces, et ce en plusieurs langues ! Le but est de s’assurer que les questions reçoivent une réponse le plus rapidement possible, que tout le monde respecte bien les règles établies pour communiquer, de mettre à jour les espaces, informer les joueurs des derniers changements, d’interagir et assurer la sécurité des membres de nos communautés.

C’est un travail minutieux et très demandeur. Identifier les questions, rechercher l’information, répondre, évaluer les risques de commentaires plus agressifs : il faut agir vite, avec bienveillance, savoir interagir avec tact et diplomatie, et prendre des décisions difficiles lorsque nécessaire. Internet est un drôle de monde, où quelques personnes oublient ce qu’elles feraient dans la réalité. Les propos peuvent être blessants, voire violents et menaçants envers les autres joueurs et nos employés. MSCS veille donc à ce que ces messages soient pris en compte, le risque évalué, et les mesures nécessaires prises en conséquence. Qu’on se le dise, personne n’aime devoir bannir une personne, mais la sécurité de tous est une priorité.

Employés internes et externes : ensemble pour nos joueurs !

Au sein de Ludia c’est une petite équipe de 5 personnes qui gère ce travail colossal. Mais nous avons aussi de formidables collègues externes basés à l’étranger ! Au total 16 personnes constituent l’équipe, elles sont basées aux États-Unis, en Écosse, en Pologne, aux Philippines, et d‘autres pays pour servir toujours au mieux nos joueurs du monde entier.

Une organisation précise et des spécialités pour plus de performance

Vous pouvez vous en douter, avec le travail immense que représente la gestion de nos différentes plateformes, l’équipe a besoin d’une bonne dose d’organisation et de gestion du temps pour mener à bien sa mission.

En plus du manager, chaque membre de l’équipe interne MSCS fait autant de gestion de boutique que de modération/interaction sur les forums, mais une majeure est attribuée à chacun d’eux. Deux personnes se voient donc assigner plus spécifiquement les boutiques qui détiennent les plus larges communautés très engagées et quelques forums, et deux autres les forums les plus actifs avec les boutiques de jeux dont les communautés comptent moins de membres. De cette façon, toutes les plateformes sont couvertes efficacement et les commentaires qui le demandent peuvent recevoir une réponse dans un délai de 24h seulement. La priorité est toujours de fournir le meilleur service aux joueurs ! Si un nouveau membre rejoint l’équipe, une attention spéciale est portée à lui offrir tous les outils et les informations dont il a besoin pour bien organiser son temps de travail. Pour pouvoir le guider on lui indique à quoi ressemble une journée type, combien de temps est généralement alloué à telle tâche, et la liste des choses essentielles à réaliser dans la journée. Chaque personne étant différente, l’organisation le sera aussi. Si des difficultés se font ressentir, le manager prend alors du temps pour discuter et évaluer les meilleures façons d’organiser la journée de travail en fonction de la personnalité de chacun.

En plus des points individuels avec le manager, qui a à cœur le bien-être de son équipe et n’hésite pas à se rendre disponible dès que quelqu’un en exprime le besoin, l’équipe fait des réunions de suivi 3 fois par jour. Elle y évalue la charge de travail, le moral des troupes, et définit selon la situation une redistribution des priorités et des équipes sur les différentes plateformes.  Ces points de suivi sont essentiels à une bonne dynamique de travail et d’équipe, comme le sont les points permettant de souffler un peu, de prendre du temps ensemble et de rire pour évacuer la pression qui peut s’accumuler.

Vous pensiez que leur travail finit à 17h30 ? Et bien non. En alternance, chaque membre de l’équipe va avoir ses heures de disponibilité. Ils sont tour à tour, selon le jour de la semaine, « on call ». Ils continuent donc la veille pour assurer bien-être et sécurité à nos communautés tous les jours, soir et week-end compris ! Une preuve de leur engagement sans faille envers nos jeux et nos joueurs !

Des liens étroits avec la production

Afin de prévoir la charge de travail, et parce qu’elle est passée maître dans l’art d’anticiper les réactions des joueurs, MSCS assiste aux réunions avec la production des jeux pendant lesquelles sont présentés les prochaines mises à jour. Ces réunions sont essentielles pour l’organisation de l’équipe. Cela va permettre de définir le calendrier des priorités, et s’assurer que des mises à jour majeures ne sont pas effectuées au même moment pour plusieurs jeux. Ça pourrait en effet causer un afflux de commentaires difficile à gérer. Certains producteurs poussent l’exercice plus loin et intègrent MSCS plus tôt dans le processus afin de recueillir leurs retours sur une mise à jour prévue. La perception qu’auront les joueurs d’une nouvelle feature est un paramètre fort à prendre en compte, et l’équipe peut apporter une vision pertinente grâce à son expertise.

Le rôle de l’équipe devient plus essentiel encore lors des « soft launch ». MSCS est  alors la porte d’entrée directe vers la perception et les ressentis des joueurs. À ce stade, des optimisations sont toujours possibles avant le lancement officiel dans tous les pays. Les retours de nos communautés sont donc des viviers d’informations extrêmement utiles et pertinentes pour la production pendant cette période !

En première ligne pour percevoir l’impact des différents contextes sur les joueurs

À travers les forums et boutiques d’application, notre équipe MSCS a une porte directe vers les émotions et changements dans le comportement des joueurs. Ce peut être un véritable plaisir lorsqu’on se trouve dans des contextes très positifs, ou lorsqu’une feature leur plaît particulièrement, et ça l’est parfois moins dans le cas contraire.  

Comme vous vous en doutez la pandémie actuelle et le confinement peuvent être difficiles à gérer. L’équipe a donc pu noter des grands changements de comportements ces dernières semaines. Nos joueurs sont plus engagés sur nos plateformes, ils reviennent plus régulièrement et sont globalement plus nombreux à échanger à propos des jeux, ce qui est extrêmement positif et nous rappelle notre chance de faire partie de cette industrie. Mais en parallèle, la tension est palpable. Les effets sur le mental de notre communauté se font parfois durement sentir : plus de susceptibilité, de réponses hâtives et parfois de colère et d’agressivité.

Un défi de taille : la santé mentale 

Notre belle équipe « Moderation and Social Care», tout comme tous les Ludiens, tient profondément à ses communautés. En ces temps difficiles, elle est donc plus présente que jamais pour les joueurs, et redouble d’efforts pour garantir la sécurité, le bien-être et la bonne santé mentale. Lorsque le besoin se fait ressentir des rappels réguliers des numéros et contacts d’urgence sont postés (tous les liens seront disponibles à la fin de cet article). Ils sont également présents en tout temps sur les forums. Car, quelle que soit la personne, il est important qu’elle sache qu’elle compte et n’est pas toute seule.

Au-delà des joueurs, la santé mentale de notre équipe est également la top priorité chez Ludia, et dans l’équipe MSCS plus encore. Comme évoqué précédemment c’est un métier passionnant, mais demandeur, et les commentaires agressifs ou de détresse doivent également être digérés par ces formidables personnes derrière les écrans. Les membres MSCS, dotés d’une grande empathie, sont parfois très touchés par les messages. Ludia et plus encore le manager de l’équipe prenne un soin tout particulier à prendre le temps de toujours discuter avec chacun, vérifier que tout va bien, prêter une oreille attentive, proposer un temps de repos et initier de fun activités pour garantir le bien-être de tous ! La dernière idée mise en place : partager les commentaires humoristiques les plus drôles de la communauté! Ça fonctionne à tous les coups pour remonter le moral de tout le monde et partager une bonne séance de fous-rires !

Ce qui aide aussi au quotidien ? L’échange et le soutien constant ! Tout le monde est invité à s’exprimer et être ouvert sur ce qu’il/elle ressent. Tout le monde partage et contribue, même nos externes, pour se sentir mieux, améliorer nos systèmes. L’idée centrale pour le manager est : “chacun doit avoir une voix, pouvoir s’exprimer, et ne pas garder en soi ce qui pourrait le/la faire craquer plus tard”. Transparence et écoute, voilà les piliers de cette équipe hors du commun, engagée et passionnée.

Ce que le travail à la maison a changé ?

En toute transparence, s’il y a bien une équipe qui avait toutes les cartes en main pour travailler à distance, c’est bien notre département “Moderation and Social Care”. Au-delà de nos membres externes qui sont toujours à distance, avez-vous déjà remarqué que l’équipe était déjà disponible en tout temps, même pendant les fêtes de Noël quand le studio est fermé ? Tout cela s’est fait donc finalement très naturellement. La cohésion de l’équipe, le management et l’organisation dont chacun fait preuve a permis à l’équipe d’être opérationnelle et toujours aussi performante dès que nous avons décidé de faire travailler tout le monde à distance.

Bien sûr certains points sont moins pratiques : il est plus difficile de récupérer des informations, on doit attendre les réponses sur Slack, on ne peut plus se déplacer aux bureaux des collègues ou prendre une pause ensemble. On compense donc avec plus de points individuels, de conversation Slack et de visioconférences.

Et au global, tout le monde s’accommode de cette situation et profite à sa façon des petits bonheurs du travail de la maison : passer plus de temps avec sa famille, organiser ses entraînements sportifs pendant ses pauses, pouvoir écouter la musique de son choix, travailler avec son chat sur les genoux !

Conseils pour ceux qui aimeraient rejoindre une telle équipe ?

C’est un métier fantastique et il l’est plus encore quand vous avez la chance de faire partie d’une équipe aussi passionnée, travaillant fort, et fun que celle que nous avons chez Ludia. Pour pouvoir réussir pleinement les 2 conseils de notre équipe : avoir la peau dure et un formidable sens de l’humour. Si vous avez ces 2 caractéristiques, vous allez faire des étincelles !

Pour finir, nous voulions simplement ajouter 2 choses :

Pour toutes les personnes gérant la modération, les forums, les boutiques : on vous voit et on est tellement fiers de vous ! Simplement merci !

Au reste du monde : Soyez toujours indulgents et bienveillants, avec les autres et vous-mêmes. Prenez soin de vous ! #çavabienaller

* Si vous en ressentez le besoin, voici une liste des numéros d’aide et d’urgence. N’hésitez jamais à parler et demander de l’aide. C’est le plus beau cadeau que vous pouvez vous faire, et une des choses les plus courageuses au monde!

National Suicide Prevention Lifeline Canada and USA : 1-800-273-8255

Kids Help Phone Canada  1-800-668-6868

Crisis Line Canada: 1-866-996-0991

HopeLine USA : 1-919-231-4525

International Hotlines: Links to suicide crisis numbers from all over the world by Country

Canadian Association for Suicide Prevention 

Information for those considering suicide and those who have recently lost someone to suicide and need help

Phone number: 1-613-702-4446

NEDIC Information on Eating disorders and links to helplines

Helpline: 1-866-633-4220

Productrice de jeu et maman d’un enfant en bas âge : le retour de Coralie Munier sur le travail à la maison

Depuis maintenant 1 mois et demi toutes les équipes de Ludia sont en travail à domicile. Cette situation complexe mais nécessaire apporte son lot de défis tant pour l’avancement des projets que pour la vie quotidienne de tous les employés.

Dans ce contexte nous voulions vous donner un aperçu du fonctionnement du studio et plonger dans le quotidien de quelques-uns de nos Ludiens. Cette semaine, on commence avec Coralie Munier, productrice chez Ludia depuis plus de 8 ans, et maman d’une petite fille de 18 mois.

Coralie et Clémence

La production d’un jeu en travail à domicile

Coralie est productrice sur notre jeu disponible Dragons : Titan Uprising. Entre planification, définition des objectifs, répartition des tâches, collaboration avec d’autres départements et gestion d’une équipe d’une trentaine de personnes, même dans un contexte «normal» c’est un travail très prenant et basé sur la communication. Ce qui peut être complexe à gérer lorsque tout doit se faire à distance.

Mais de ce côté, Coralie et toute son équipe ont rapidement su s’adapter et continuer efficacement la production. « Ce qui nous aide, c’est d’avoir une roadmap extrêmement claire. La vision est claire, ils savent où ils vont, ce qu’ils ont à faire.» Certaines situations vont devoir être gérées plus régulièrement au jour le jour mais au global, ils ont conservé le plus possible le fonctionnement mis en place au studio, les sprints aux 2 semaines et les meetings récurrents habituels. Seule la dimension virtuelle des rencontres change.

C’est cette organisation et le fait de garder le plus possible le rythme auquel est habituée l’équipe, à quelques exceptions, qui leur permettent de garder la même qualité de travail.

La gestion d’une équipe à distance

Une trentaine de personnes regroupant notamment des game designers, développeurs, testeurs, artistes, c’est toute une organisation à gérer le plus efficacement et le plus humainement possible. S’il n’a pas vraiment été nécessaire de mettre en place de nouvelles choses mais plutôt d’adapter toutes les actions autrefois physiques en virtuel, naturellement l’attention a été renforcée sur la communication et la régularité des contacts (appels, visio, chat). Plus que pour discuter des tâches et des projets, c’est pour s’assurer que chacun des membres de son équipe se sente bien, n’ait pas de problématiques particulières ou simplement pour leur permettre de parler de leurs ressentis. Ils sont tous encouragés à être ouverts et honnêtes sur leurs émotions afin de pouvoir être accompagnés au mieux pendant cette période qui peut être anxiogène. En plus des stand-up réguliers, chaque lead de l’équipe est responsable de 2 à 5 personnes à qui il/elle va s’assurer de parler tous les jours. De la même façon, Coralie prend le temps de discuter avec chacun de ses leads quotidiennement.

De manière générale pour les plus anciens de Ludia, c’est un peu plus facile, mais pour les nouveaux le travail à la maison peut être un gros défi. L’équipe porte donc, avec bienveillance, une attention particulière aux dernières recrues. « On a eu quelqu’un qui est arrivé peut-être un mois avant le déploiement du travail à domicile. Il vient tout juste d’arriver à Montréal, il n’est pas dans son pays, n’a pas encore vraiment d’amis ici ni sa famille, et vient tout juste d’emménager dans un appartement dans lequel il ne peut pas encore se sentir comme chez lui. On fait donc attention à lui, son lead lui parle tous les jours et crée aussi des moments sociaux et informels. Par exemple, ils se connectent ensemble le midi pour jouer à des jeux. » L’important pour Coralie c’est qu’aucun des membres de son équipe ne se sente isolé.

Une autre catégorie de personnes a aussi naturellement plus de difficultés dans cette situation mais pas pour les mêmes raisons : les parents.  Le maître mot pour eux est : faites de votre mieux. Elle-même maman d’un tout jeune enfant, Coralie rassure les parents, leur rappelle la flexibilité offerte par Ludia de travailler lorsqu’ils le peuvent (dans le respect des deadlines de livraison). Elle sait également fédérer ses troupes et créer un formidable esprit d’équipe qui permet si besoin de soutenir certaines personnes et compenser un peu le travail de l’un par quelqu’un d’autre.

« Je pense qu’avec cette situation on voit vraiment le meilleur de Ludia en ce moment, le soutien entre les Ludiens, et ça nous fait prendre conscience qu’on est chanceux de travailler dans ces conditions et pour ce studio.»   

Mais si elle permet aux parents de disposer de beaucoup plus de flexibilité, c’est parfois bien plus complexe pour elle d’en bénéficier.

En effet, quand d’autres peuvent s’organiser pour travailler tôt le matin ou tard le soir lorsque les enfants dorment, ce n’est pas toujours quelque chose d’envisageable lorsqu’il faut gérer une trentaine de personnes au quotidien. Coralie se doit d’être disponible pour eux pendant les heures régulières, ce qui a demandé une bonne dose d’adaptation. 

Le travail à domicile avec un enfant en bas âge

Ce qui lui manque le plus ? « Le temps de cerveau disponible que j’ai pour me concentrer uniquement sur mon travail. Dans les bureaux de Ludia je peux concentrer toute mon énergie et mon esprit à mon travail. Lorsqu’il faut s’occuper d’une petite de 18 mois en parallèle, ça change tout. On se rend compte qu’il y a plein de choses qu’on prenait pour acquises, et on les appréciera encore plus lorsqu’on sera revenu dans les bureaux. J’ai aussi de plus en plus d’admiration pour mon assistante maternelle Haha »

Alors comment on s’organise pour gérer le travail de producteur de jeu vidéo à domicile et s’occuper de son enfant en bas âge ?

Coralie et son conjoint, Romain, adaptent leurs emplois du temps pour pouvoir alterner les moments de travail et ceux passés avec la petite. Ils essaient le plus possible de prévoir leurs réunions en fonction de l’agenda de l’autre afin de ne pas  être pris en même temps. Est-ce que ça fonctionne toujours ? Et bien non, quelques fois l’un ou l’autre doit avoir la petite sur les genoux pendant une vidéoconférence, « mais tout le monde est super bienveillant et compréhensif dans ces cas-là ». On s’adapte !

En quelques mots, voici donc comment se déroule une journée type pour Coralie :

7h : réveil de la petite
9h30 : heure de la sieste. C’est le moment pour Coralie et son conjoint de travailler et de prévoir les appels les plus importants : VP production, Ressources Humaines,  réunions d’équipes…
12h : réveil de la petite et préparation du repas (c’est fou ce temps qu’on passe à préparer à manger ! Alors qu’on avait simplement à aller se chercher une salade ou un sandwich lorsqu’on était au studio – les petites choses qu’on prend pour acquises on vous dit !)
Après-midi : c’est à partir de ce moment que se met vraiment en place l’alternance pour s’occuper de la petite. Certains jour elle fera une nouvelle sieste, mais ce n’est jamais sûr. Il faut donc arranger à nouveau les agendas en fonction et s’organiser au mieux pour assurer le travail et une disponibilité raisonnable pour les équipes.
18h : hop un nouveau repas à préparer
19h : coucher pour la petite et reprise du travail pour Coralie et son conjoint. Planification des tâches et des rencontres, définition des objectifs, et tout le travail qui ne nécessite pas d’inclure d’autres personnes.
21h : il est temps de manger et se détendre un peu

« Ça fait de très longues journées pour être honnête mais on a finalement trouvé un rythme. Heureusement la petite fait bien ses nuits et généralement reste endormie de 18h à 7h le lendemain. Notre erreur au début a été de vouloir avoir une routine spécifique qui serait le même tous les jours, mais ça ne pouvait pas marcher. Avec un enfant il faut savoir prendre les choses comme elles viennent parfois. Si un matin je vois que vraiment ça ne va pas être possible, je préviens mes équipes et je pose ma journée. Ils savent tous ce qu’ils doivent faire, et comme ça ils n’ont pas d’attente envers moi pour cette journée. Le lendemain je peux revenir plus en forme et souvent plus disponible pour eux. Ça devient une preuve par l’exemple car j’encourage aussi les parents de mon équipe à faire pareil, nos journées mobiles sont faites pour ça. Et en cas d’urgence, tout le monde s’adapte. Encore une fois, on fait tous au mieux, il n’y a pas de recette magique.  ».

Le mot de la fin ?  

« Mon conseil aux parents: n’essayez pas d’être parfaits ni de trouver une routine parfaite! Prenez chaque jour l’un après l’autre, et soyez indulgents avec vous-mêmes et avec vos petits. You are stronger than you think!”

“Aussi dernier conseil: prenez du temps off au besoin! Parents ou non n’attendez pas d’être à bout pour le faire. Une journée off de temps en temps pour se concentrer sur soi ou sa famille sans les contraintes du Work-from-Home peut faire toute la différence! »

Même à distance, Ludia reste engagé pour le bien-être de ses employés!

Il y a maintenant presque 1 an Ludia amenait son engagement pour le bien-être un peu plus loin avec l’ouverture du Gym corporatif Gym 360 – Le bien-être par Ludia. Et même si la situation apporte son lot de défis, nous voulons continuer à donner le meilleur pour le bien-être de nos employés, même à distance.

Habituellement nos Ludiens ont notamment accès à des déjeuners santé, l’accès quotidien et gratuit au Gym qui dispose de machines mais aussi de cours et des conseils de coachs experts, de la possibilité de réserver des sessions avec une massothérapeute et de l’expertise régulière d’un ergothérapeute si besoin. A distance, tous ces avantages sont quelques peu chamboulés, mais pas question pour Ludia d’oublier son engagement envers ses employés.

Ce contexte marque sûrement la période pendant laquelle ils auront le plus besoin de soutien en termes de santé et bien-être physique comme moral, nous faisons donc notre possible pour les accompagner au mieux. 

Le bien-être physique à la maison par Ludia

  •  Des conseils en ergonomie pour les station de travail à la maison

    Installer sa station de travail à la maison n’est pas toujours évident. Au-delà des équipements informatiques, nos bureaux au studio sont pensés pour répondre le mieux possible aux normes d’ergonomie idéales pour les employés. Alors afin d’aider à se créer le meilleur environnement de travail possible, tout le studio a reçu des conseils pratiques et faciles à mettre en place pour disposer de la station de travail la plus ergonomique possible à la maison !
  • Le compte mieux-être ré-adapté

    Parce qu’un bureau adapté ou une bonne chaise de bureau n’étaient pas toujours des éléments déjà présents chez nos Ludiens, notre super équipe en charge des avantages a travaillé fort pour offrir une réadaptation du compte mieux-être disponible pour tous les employés. La somme qui leur est offerte à l’année pour des activités ou équipements sportifs est désormais également accessible pour l’achat de mobilier adapté pour pouvoir travailler dans les meilleures conditions possibles. On évite ainsi  les petits maux physiques, au mieux inconfortables, au pire dangereux sur le long terme.
  • Le Gym 360 – Le bien-être par Ludia se virtualise

    Un des avantages les plus appréciés par nos Ludiens est sûrement l’accès au gym. Cours, machines, conseils de nos coachs experts et super accessibles, vestiaires et douches avec produits d’hygiène à disposition, ce lieu a véritablement été pensé pour qu’on s’y sente bien. Dans ce contexte on pourrait croire que ce privilège est donc momentanément interrompu… Mais pas du tout ! Soucieuses du bien-être physique de nos Ludiens, les équipes de Ludia et du Gym 360 ont décidé de lancer les cours virtuels. Tout le monde peut donc continuer à profiter de ses cours préférés. HIIt, Tabata, Yogafit, WOD, Yoga, … il y en a pour tous les goûts à différents horaires de la journée pour répondre au besoin du plus grand nombre. Et pour ceux qui sont pressés ou auraient eu un peu peur de se lancer avant, une toute nouvelle session tous niveaux de seulement 15 minutes par jour est offerte pour se maintenir gentiment en forme tous ensemble ! En plus du bien-être physique, ces rendez-vous avec le Gym permettent de maintenir le lien et l’ambiance de groupe qui fait du bien au moral, un semblant de normalité un peu revisité !

Une attention toute particulière au bien-être mental

Un des défis du contexte actuel et du travail à domicile contraint à long terme sera certainement l’impact sur le bien-être mental. C’est pourquoi c’est un des points d’attention les plus marqué chez Ludia. Les équipes s’efforcent d’anticiper les problématiques éventuelles au maximum et apporter les outils et le soutien nécessaires à tous les membres du studio.

  • Des conseils pour garder le bon équilibre

    Se noyer dans sa vie professionnelle ou au contraire ne pas arriver à bien la maintenir, accorder trop ou pas assez de temps sa vie professionnelle ou à sa vie personnelle peut vite arriver dans ce contexte. Tout cela demande un temps d’adaptation et une bonne dose d’organisation. Il est parfois complexe de savoir par où commencer pour conserver le bon équilibre qui nous permettra d’appréhender les prochaines semaines avec un peu plus de sérénité. Pour les accompagner et les soutenir dans la mise en place du télétravail, nos Ludiens reçoivent de nombreux conseils, mais surtout des messages de bienveillance : l’idée est de faire au mieux. Il n’y a pas de recette parfaite dans ce cas de figure. Comme tous, nous sommes en période d’adaptation et de tests, et l’effort et le soutien de tous sont les clés, c’est pourquoi tous les Ludiens sont invités à partager leurs conseils et de nouvelles communications sont envoyées régulièrement sur le sujet.
  • Des astuces ciblées selon le schéma de vie à la maison

    La diversité est une des caractéristiques qui représente le plus Ludia. Et elle se retrouve également dans les schémas de vie présents parmis nos Ludiens. Familles nombreuses, monoparentales, avec des enfants en bas âges, avec des adolescents, en couple, en colocation, avec des animaux, seul, tous ces cas de figures apportent leur lot de défis spécifiques. Et parce que nous voulons accompagner TOUS nos Ludiens, et respecter notre valeur fondamentale d’inclusion, les équipes s’efforcent d’adresser chacune de ces situations et des problématiques associées ! Nous sommes dans cette situation à distance, mais tous ensembles !
  • Une flexibilité accrue

    Lorsqu’à la maison il faut s’occuper d’enfants en bas âge, le traditionnel 9-17 est très vite remis en cause. Et même la disponibilité pendant les « core hours » habituellement obligatoire est devenue très vite une problématique à adresser. Qui dit contexte exceptionnel, dit mesures et adaptations exceptionnelles. Pour faciliter la vie de tous les parents chez Ludia, il leur est désormais possible d’organiser leur emploi du temps comme ils le veulent (ou plutôt peuvent). Seul le respect de la livraison du travail et la nécessité d’informer son gestionnaire et son équipe sont requis.
  • L’importance de parler, et le droit aux émotions

    Au-delà de l’aspect purement logistique et organisationnel du travail, le contexte peut facilement jouer sur le moral et les émotions de chacun. Ludia encourage tous ses Ludiens à ouvrir le dialogue. C’est tout à fait correct de ne pas être au meilleur de sa forme émotionnelle mais il ne faut pas s’enfermer lorsqu’on lutte avec ce type de problématiques. Les gestionnaires sont invités à faire plus de 1on1, et les Ludiens en général à ne pas hésiter à s’ouvrir et être honnêtes avec leur équipe, leurs collègues et amis, les équipes RH mais surtout eux-mêmes à ce sujet.

Le message qui est passé à l’interne du studio, mais mérite peut-être d’être entendu plus largement est que si vous avez besoin de parler n’hésitez jamais. Demandez un appel, une visio, ou juste des conversations par chat, quel que soit le moyen le plus confortable pour vous. Mais si le besoin se fait ressentir, ne vous freinez pas. Et il y a de grandes chances que la personne de l’autre côté de l’écran en ait autant besoin que vous. Ventiler, c’est important dans ces moments pour ne pas exploser plus tard.

  • Bureau virtuel : le maintien d’une vie sociale du studio, même virtuelle

    Être à distance encore une fois ne signifie pas être seul ou isolé. La vie sociale du studio continue donc! Elle a seulement pris un virage un peu différent : elle se virtualise. Petits-déjeuners, pauses cafés, lunchs du midi, cours de sport, 5@7 : tous ces rendez-vous sociaux primordiaux pour que nous puissions tous rester soudés et sains d’esprit chez Ludia ! Les outils à disposition aujourd’hui sont formidables pour cela et un bureau virtuel a été créé pour l’occasion ! A l’aide d’une carte interactive les Ludiens peuvent retrouver les espaces clés du studio : 
  • la cuisine pour partager un café, son petit déjeuner ou lunch avec ses collègues, 
  • le Lounge pour les traditionnels 5@7 et Lunchs & Learn, 
  • le Gym pour accéder aux sessions virtuelles, 
  • notre espace LudiaLive pour les petites assemblées

L’idée ici : si vous pensez que vous ne pouvez plus le faire car vous être de la maison, pensez encore et soyez créatifs. Comment dit-on déjà : les possibilités n’ont de limites que celles de ton imagination, n’est-ce pas ?

Et en parallèle, bien sûrs des outils comme notre clinique virtuelle disponible 24/7 ou l’accès au Programme d’Aide aux employés offrant de nombreux services sont disponibles pour garantir le meilleur accompagnement de tout le studio en ces temps difficiles.

Tout cela n’est en vérité qu’un terrain immense ouvert à de nombreuses idées et nouveautés. Et Ludia se tient prêt à mettre en place de nouvelles actions, s’adapter et garantir le bien-être de tous les membres de son crew !

Le recrutement à distance en contexte de crise

La situation actuelle est très particulière mais nous avons la chance de faire partie d’une industrie bouillonnante toujours en pleine activité, avec nos employés travaillant de la maison chez Ludia. Au-delà du support à nos jeux Live, nous continuons à travailler fort sur le développement de nos prochains jeux, et ça signifie aussi travailler fort à compléter les équipes pour que nos projets puissent continuer à avancer.
Frédérique et Marion, nos spécialistes en acquisition de talent, sont donc toujours très actives sur le recrutement ! Voici quelques détails sur l’organisation et le processus mis en place.

Un processus adapté

La force de nos spécialistes en acquisition de talent, c’est de déjà régulièrement recruter à distance en temps normal à travers le recrutement de profils internationaux. Avant l’annonce du travail à domicile pour tous, elles avaient donc une base de processus solides pour pouvoir continuer leur travail. Certains gestionnaires étaient déjà rompus à l’exercice et nous avions les bons outils en main pour avancer sans problèmes majeurs, mais quelques adaptations ont tout de même été nécessaires.
Pour ne rien perdre de la qualité des échanges et du processus, l’idée a été de prendre plus de temps, d’ajouter des étapes pour que tout le monde puisse bien suivre l’avancement, soit à l’aise avec le déroulement et les conclusions d’une étape, avant de passer à la suivante.

On utilise bien sûr beaucoup plus nos outils comme Slack et Hangouts, et on pousse la préparation un peu plus loin encore.  L’important c’est la communication, l’échange, on ne néglige donc pas les points de préparation, de suivi et de conclusion. Chacun doit pouvoir s’exprimer, poser toutes ses questions, fournir le plus de détails possibles, lever des doutes et interrogations. Tout ça demande parfois un peu de pédagogie mais surtout un accompagnement bienveillant des différentes parties prenantes (candidates et gestionnaires).  

Nos équipes sont donc plus organisées que jamais. Frédérique et Marion ont su s’inspirer de la production de nos jeux et appliquer les meilleures pratiques à notre processus de recrutement : ajouter des étapes, être plus strict sur les « milestones QA », travailler de manière plus agile encore, …

Et elles améliorent en continue ce processus au regard des retours de leurs contacts à l’interne et de ceux des candidats.

L’importance de l’humain

Parce que nous passons notre temps à utiliser des outils informatique, et que nos échanges sont essentiellement virtuels aujourd’hui, nous portons une attention accrue à la valorisation de la dimension humaine dans notre processus de recrutement à distance.

Le fait de voir la personne seulement par visioconférence, les problèmes de sons, de connexion de plusieurs personnes en même temps : tous ces éléments sont des petits défis au quotidien. Il est aussi parfois compliqué d’égaler le ressenti que nous pouvons avoir lorsque nous rencontrons un candidat en personne.

Alors là encore, nous prenons la décision de prendre vraiment le temps, et de garder les bons réflexes. La patience et la bienveillance sont les maîtres mots. Nos recruteuses apportent leur soutien pour garder une fluidité dans les conversations entre les candidats et les Ludiens qui font passer les entrevues, car les appels visioconférence sont parfois déstabilisants lorsque plus de 2 personnes sont présentes. Elles portent une attention toute particulière à chacun des intervenants pour pouvoir toujours creuser efficacement certains sujets, lever des doutes, éclaircir les situations et aboutir à des entretiens de très haute qualité.

Mais ce que Marion et Frédérique notent de cette situation, c’est qu’au final elle permet de se rapprocher encore plus. Parce que nous échangeons plus, mais aussi parce que le contexte actuel touche tout le monde (partout dans le monde), nous prenons le temps de nous assurer que tout le monde est confortable et d’apaiser le stress ambiant. Un esprit de soutien et de compréhension est partagé par tous.

Et qu’en est-il de l’intégration de nouveaux employés ?

En toute honnêteté, oui, l’intégration de nouveaux employés dans ce contexte est un défi en soi. Mais pour l’avoir réalisé pour plusieurs nouveaux Ludiens ces dernières semaines, nous en tirons un bilan très positif !

Une logistique particulière se met en place, il n’est pas question de visite du studio ou de découverte physique de son nouvel espace de travail mais les éléments essentiels sont toujours bien là ! Nos nouveaux employés reçoivent leur station de travail à la maison et sont accueillis le premier jour par une personne de l’équipe Talent et Culture pour l’habituelle présentation du studio. Tout est fait de manière virtuelle bien sûr, avec partage d’écran pour la présentation, mais nous prenons toujours ce temps pour partager un café et répondre à toutes les interrogations de nos nouveaux Ludiens. On passe ensuite par une conversation groupée ou par visio pour présenter la nouvelle recrue à son équipe, et son aventure chez Ludia peut alors commencer.

A distance oui, mais isolés, certainement pas.

Dans le contexte actuel nous avons bien conscience que la solidité de nos processus de recrutement et d’intégration est encore plus impérative et nous travaillons donc à leurs améliorations en continu. 
Comme pour tous, cette situation inédite est une période d’apprentissage  et nous nous appliquerons à en tirer les meilleurs enseignements. Nous espérons sincèrement que tous les efforts fournis permettront à nos candidats de bénéficier de la meilleure expérience possible et nous mettrons en place tout ce qui est en notre pouvoir pour nous adapter le plus rapidement possible aux évolutions futures. 

Un changement de carrière est toujours une étape importante, et elle l’est sûrement plus encore aujourd’hui, c’est aussi pourquoi nos équipes placent l’humain au cœur de leurs actions.

Rolling Out Emergency Work-From-Home at Ludia: What We Learned

On March 13th, Ludia took the decision to transfer all it’s teams remotely starting the following Monday. In a week’s time,no less than 380 employees were equipped and fully operational. A real feat of strength for our IT team and all the people who volunteered to help them deliver. 

The Dream Team

A Unique Remote Work Situation

As with any emergency situation, what was put in place was very different from what would have been done in a different environment. If we would have decided to put in place remote work at Ludia, in a non-urgent context, which wasn’t the case, the logistics, equipment, decision-making, planning, and the entire implementation would have been entirely different. It would have been a real challenge of course, but with completely different problems and approaches. 

In our case, remote work is less than common, especially considering equipment. Few employees are equipped with laptops, therefore complete workstations had to be distributed, some were even improved as they went along: computer tower, monitors, plugs, webcam, microphone, headphones.These material, human, and logistical challenges were carried by our IT Team.

A Huge Challenge

When the situation started to become concerning, the board rapidly established provisional plans and list of priority workstations. These plans demanded numerous resource materials and deadlines. Orders were placed with the idea of providing a deployment within the span of a couple weeks. 

Then, everything accelerated very quickly. In lieu of the rapidly evolving situation, a decision was taken on Friday morning, March 13th based on the health and security of our Ludians. The entire studio would work-from-home starting Monday, March 16th. While the board of directors announced this decision personally to each team, the IT team, supported by the HR team and many other decisionnaries, searched for the best solutions to the following problem: how to rapidly equip 380 people with the necessary tools and equipment to work remotely? We were going into uncharted territory, with a big challenge to overcome.

Organisation: More Haste, Less Speed

As all employees were sent home, the IT team was still faced with the challenge of how to provide all employees with the necessary workstations to work-from-home. Knowing well that laptops were not a possible solution, the question remained: How to provide everyone everything necessary to work from home? Mirroring employees’ exact set-up (equipement, tools, and documents) was the most logical solution to ensuring that everyone was operational and productive. 

With that solution in mind, the deployment needed to be organized! Theoretic plans were now reality: employee priority lists, team meetings, retrieval of needs. Everyone rolled up their sleeves and went to work. With due diligence, we reflected and worked for the success of the deployment, rather than too quickly. Our CEO Alexandre Thabet, took the time to personally see all deployment teams to say: be organised and deliver this deployment, but do not burn yourselves out completing the task; remember to also take care of yourself. 

Knowing that we needed to move quickly but knowing that rest was as important, really helped the IT team surmount this feat. Having our CEO present everyday and in contact with every team was also a key factor. “Human” is one of our values here at Ludia, and that’s what remained at the heart of this operation. 

Well Defined Logistics

With a well-defined plan, it was now time to prepare logistics!

First things first, dispatch all employees by order of priority and business criticality. This meant, as a first step, we needed to ensure LiveOps support for our games, and then we could roll-out equipment for our games in-development. First step was to create a list of materials for each phase of deployment, fill out and make orders, and only then could the preparation of the boxes of equipment commence. The IT team worked all week-end long to prepare the material and begin the distribution process (either by in-studio pick-up or at-home delivery) to begin Monday, March 16th. The following week rolled-out one day at a time.

A typical deployment day:

The IT team, executives, HR, and our incredible volunteers met-up every morning to define the plan of action for the day:

  • What must be done
  • Who does what
  • What are the priorities and deadlines
  • What elements we are waiting for and how can we remediate the situation
  • What are today’s possible obstacles and how can we avoid them

Teams and volunteers turn to Jean-François, our IT Director. Have we ever told you about humility at Ludia? Whatever a person’s role, everyone involved listens to directions and recommendations given and starts working towards moving the deployment forward efficiently.

Following this morning meeting, we start working: assembling nominative equipment boxes, managing the employee pick-up process, gathering the lists of needs for the next phase, managing deliveries, and next steps. At lunchtime, we take the time to sit and share a meal. Then we meet another time and continue moving forward, anticipating blockages and finding solutions. We contact employees that have not yet responded concerning their equipment needs. By mid-afternoon, we can start to have a clear vision of next day’s equipment distribution. 

The most important part? Always ensuring that all elements have been prepared for the people in the current phase before starting the next. This avoids any mix-ups and potential errors that would take time to fix. Every employee box is prepared so that there is minimal installation and as little IT intervention as possible. That being said, a separate IT team forms to offer technical support to employees at a distance.

The same system is put in place everyday. If a new person volunteers their help, we take the time to explain what is to be done, how and why.

Within this context, one thing remains the same: we take our time. We take the time to explain, to analyse, to listen, to organise, to deliver properly. 

Of course, minor errors were committed: a forgotten keyboard here and a broken screen there, but nothing too significant compared to that fact the 380 employees were equipped after only 7 days! These minor errors were all dealt with appropriately: we took note and found a solution. There’s no time to reprimand, especially with a team that does such a great job the rest of the time.

On top of that, not only are our current teams now equipped, but also our new employees. Even more impressive: everything is ready to be delivered to new team members joining in the coming weeks!

But the work isn’t finished just yet. This is just the beginning of the biggest pilot project we’ve launched. It’s going to require a lot of adaptation, cooperation, and preparation for the coming weeks. But our teams are ready, close-knit, and motivated!

2 Factors for Success: Trust and Human-Centered Thinking

Organization, well-oiled logistics, responsiveness, and agility we’re at the forefront of this deployment. But after discussing with the teams, what really made a difference was trust and our human-focused  thinking. 

Working like machines, burning out our teams, forgetting to take the pulse of others and forgetting to listen can easily happen in situations like this. Yet at Ludia these elements were naturally a priority. A wonderful example of this is our CEO’s way of thinking during this situation. Physically present during the entire deployment, he asked us to do our best but to make sure to take care of ourselves. 

Our entire team upheld this spirit and state of mind. We worked hard, laughed together, and ensured that everyone took breaks. We learnt to better know and understand each other and bring out the best of everyone’s strength. We took the time to share, to listen, and that’s what enabled us to succeed and surmount this challenge; tired but not exhausted, proud and closer than ever.

Trust was primordial. No one was scared to express their thoughts, to stop the process if they had a doubt or an eventual error, and this combined, resulted in quality work. 

Our employees provided incredible support, care, and mutual assistance which facilitated the deployment. It also brought an immense amount of company-wide gratitude towards the team that made this all possible. 

With the help of our teams and volunteers, and the caring and comprehension of our Ludians, what seemed like a daunting logistical feat in uncharted territory, transformed itself into a beautiful success and an illustration of our values and corporate culture. 

A Golden Ally

We would also like to say a special thanks to our unsung hero who enabled all home deliveries, while also recuperating material in all four corners of Montreal. This permitted us to advance, saving us precious time. Thank you Marc, our Chronos courier.

We call Marc our hero internally – he inevitably is a vital part of our dream team. If our employees can work operationally from home today, and you and your kids can find some small comfort playing our games at home, it’s in part thanks to him!

It’s moments like these that make us realise how lucky we are to work with quality partners and collaborators. We couldn’t be more proud of what we’ve been able to accomplish and to count such incredible people as part of our crew.