Tous les articles par

ludiagames

Alexandre Denault

Savoir créer les opportunités pour évoluer

L’histoire d’Alexandre Denault fait partie de nos belles success story chez Ludia. En 10 ans il a vu le studio grandir et se transformer, a connu de beaux moments et quelques tempêtes, et au milieu de tout cela a su provoquer les opportunités pour évoluer. De programmeur intermédiaire à son entrée, à force de travail, d’apprentissage, de remise en question, et d’analyses poussées de son écosystème et des besoins, il occupe aujourd’hui le poste de Directeur Senior de TechOps – département s’occupant d’une grosse partie informatique du studio.

« Si tu trouves la bonne entreprise, si tu t’installes bien, tu trouves les bonnes opportunités, il y a un potentiel à grandir! »

10 ans d’évolution : provoquer sa chance

Le début de la belle histoire d’Alexandre Denault et Ludia remonte aux premières années du studio. En 2011, Alexandre était alors un jeune programmeur intermédiaire et il a fait son entrée chez Ludia en tant que programmeur réseau dans l’équipe Coretech. Rapidement il passe sur un projet dans une équipe de jeu qui demande une infrastructure réseau, qu’il crée en collaboration avec l’un de ses collègues (toujours chez Ludia et qui a eu une belle évolution aussi : Catherine Barbeau). Le projet est une réussite, et avec la croissance des équipes Alexandre identifie vite les opportunités qui pourraient être intéressantes non seulement pour lui mais pour le studio. Année après année, il évolue, demande et prend la responsabilité de nouvelles équipes, fait le choix du département Coretech Backend selon son intuition de ce qui sera le plus porteur pour sa carrière selon son expertise et ses affinités. Il a appris très vite à renforcer ses connaissances sur son écosystème, le studio, les équipes de jeu, les processus de création et production de nos jeux, tous les métiers présents et comment ils interagissent entre eux. Tout ça lui a permis de faire des liens, d’identifier et analyser les relations, les dépendances, les liens logiques qui se font entre départements et les associations possibles pouvant répondre à des besoins qui améliorerait le fonctionnement des équipes et du studio au global.

C’est ainsi qu’il a pris en charge de nouvelles équipes et en a laissé aller certaines au fur et à mesure, selon les liens forts qui les unissaient et les outils semblables qu’elles utilisaient mais surtout selon  celles qu’il faisait sens de lier pour un meilleur fonctionnement global. Il chapeaute aujourd’hui le département TechOps regroupant les équipes d’infrastructure, d’automation et de release management, et le TI.  

Les clés pour créer de belles opportunités 

Le point sur lequel Alexandre insiste lorsque l’on évoque sa belle évolution, c’est qu’il a avant tout essayé de bien comprendre son environnement pour apporter des réponses et solutions adaptées. Toutes les opportunités au cours de sa carrière ne sont pas le fruit du hasard, il les a provoquées.

Le plus important pour lui, c’est d’essayer de comprendre l’équation globale.

En premier lieu, comprendre son équipe: comment elle fonctionne, quelles sont ses missions, comment il s’inscrit dans cette équipe, qu’elle est son rôle à jouer. Puis comprendre le niveau au-dessus et l’écosystème global du studio, pas simplement comment on créer un jeu mais aussi tout ce qui est annexe. Alexandre s’intéresse non seulement à ses spécialités et au développement de nos jeux, mais aussi au rôle du service marketing, de la finance, des ressources humaines, du support aux joueurs. Non pas qu’il comprenne toutes les spécificités de chaque métier mais il connaît leur rôle pour le studio.

Grâce à ça, il peut voir les similarités, les parties qui fonctionnent beaucoup ensemble et peut identifier les opportunités: quels sont les bons mix, les équipes liées à travers une ligne, les opportunités de les unir sous un même élément de gestion et son rôle à lui dans tout cela.

Ainsi, il peut aussi identifier les opportunités qui sont bonnes pour lui et pour le studio au global. Et c’est sur celles-ci qu’il va pouvoir se concentrer, celles qui permettent d’améliorer le service, de gagner en efficacité et en coûts.

Évoluer ce n’est pas réussir à tous les coups

Au cours de son évolution, Alexandre est aussi passé par des moments plus difficiles. Évoluer, ce n’est pas tout réussir du premier coup, il faut parfois se tromper. Pour avancer plus loin, il faut parfois tomber en cours de route.

A ses débuts en tant que gestionnaire, il a dû faire face à des obstacles. La première leçon pour un nouveau gestionnaire est de comprendre qu’il n’est plus la meilleure ressource pour gérer toutes les tâches. Un gestionnaire doit apprendre à savoir s’entourer de bonnes ressources et à transférer certaines choses dans l’intérêt de tous pour pouvoir se concentrer sur d’autres opportunités.

Gérer les personnes en direct peut-être un talent  naturel et instinctif, mais gérer et former à son tour des gestionnaires c’est une toute autre histoire. Comment bien former quelqu’un à gérer si on n’a pas soi-même reçu de formation formelle sur comment gérer ses gens ?

Ses premières expériences dans cette situation ont été difficiles. Ça a été, pour lui, le premier gros mur de sa carrière, comment bien former ses gestionnaires ? La seule solution qu’il voyait alors à ce moment était de gérer tout son monde en direct, soit 17 personnes.

C’est là que prend tout son sens de savoir prendre du recul, et l’importance d’avoir un environnement ouvert et bienveillant permettant cela. Chez Ludia, on lui a offert la possibilité de prendre un pas de recul, et repartir sur la gestion d’une équipe plus petite.

Évoluer c’est aussi reconnaître lorsque quelque chose ne fonctionne pas, apprendre de ses erreurs, identifier ses faiblesses pour les travailler, en faire une force et revenir plus fort et compétent par la suite. Il a donc repris du début, a assisté à une formation HEC grâce à Ludia lui permettant de mieux comprendre la gestion d’employés et d’équipes et de pouvoir transmettre ces enseignements. 

Évoluer, c’est aussi savoir faire évoluer ses gens

Une notion qui lui a été compliquée à assimiler au début, en tant que gestionnaire, c’est que pour que ses équipes fonctionnent efficacement, il fallait qu’il les laissent régler les problèmes, être plus responsables et prendre des décisions importantes. Il sentait un fort sentiment d’appartenance envers les équipes et les missions. Il a cependant compris que son rôle de gestionnaire était, tout en présentant les besoins et les priorités et restant un soutien quotidien, de leur laisser la place de grandir, prendre des risques et plus de responsabilités.  

Aujourd’hui, il leur laisse cette possibilité, accroît leur ownership, leur donne la responsabilité de certaines pièces selon leur niveau de séniorité et d’expertise, leur donne le pouvoir de s’investir et d’avoir un véritable impact.  

Il essaie d’appliquer au quotidien la première et plus grande leçon de management qu’il a apprise de son père : la ressource la plus importante ce sont tes employés. Tu te dois de leur fournir tout ce dont ils ont besoin pour travailler et les faire grandir. Une valeur essentielle à ses yeux est de reconnaître l’importance de ses employés et sa responsabilité de bien s’en occuper. Et s’il se sent bien chez Ludia, c’est qu’il sent que cette valeur est totalement partagée par le studio.

Evoluer c’est se créer des opportunités en continue

Après 10 ans chez Ludia, Alexandre a eu l’occasion de grandir avec le studio, d’identifier des opportunités, d’avoir pris des risques, d’avoir eu la chance de se tromper et de recommencer pour atteindre le meilleur de lui-même. Il a bien conscience qu’il n’aurait pas pu faire tout cela dans n’importe quelle compagnie.

Aujourd’hui – Directeur sénior de TechOps regroupant Infrastructure, Automation, release management, infrastructure et IT – son ambition est de monter une structure autosuffisante, d’aider et développer l’équipe. Son but aujourd’hui est de  développer l’équipe au mieux pour qu’elle n’ait pas « besoin » de lui pour fonctionner au quotidien. C’est ce qui représente pour lui une structure de gestion bien montée pour son équipe et son métier.

Puis, lorsque tout sera mis en place et bien fonctionnel, ce sera ensuite à lui de voir ce qui pourra représenter sa prochaine opportunité, d’identifier le prochain challenge de sa carrière.

Un environnement adapté à l’évolution

Ayant eu des expériences bien différentes avant de rejoindre Ludia, il sait que cela prend un environnement ouvert au changement qui accepte que ses employés prennent des risques et leur donne la chance de prendre un pas de recul lorsque c’est nécessaire pour qu’ils puissent avoir la chance d’apprendre de leur erreur et faire mieux par la suite.

Ludia est pour lui un écosystème particulier qui lui a permis de prendre ces risques. On lui a permis d’avoir des idées, de les exprimer, les partager et les mettre en pratique, et pas uniquement de « faire sa job ».

Ce qu’il y a de spécial chez Ludia et qui lui donne l’envie d’y rester, c’est cette culture d’ouverture, cette structure qui apprécie les initiatives, est prête à écouter son monde et accepter de leur faire prendre des risques pour innover et s’améliorer. Même si généralement cet aspect se perd lorsqu’une compagnie atteint un certain niveau après avoir beaucoup grandi, Alexandre pense sincèrement que cet aspect est ancré dans l’ADN de Ludia et ne disparaîtra pas. Les directeurs du studio ont voulu faire quelque chose de différent avec Ludia, il le ressent. Pour lui, Ludia a compris quelque chose que les autres n’ont pas compris et intégré.

Si on ne devait retenir que quelques mots ?

De son expérience, il aimerait qu’on retienne que : si tu trouves une entreprise, si tu t’installes bien, tu trouves les bonnes opportunités, il y a un potentiel à grandir !

Il n’y a rien de plus frustrant pour lui que de voir une personne en bonne position pour créer quelque chose de grand qui n’utilise pas son potentiel ou pense qu’il n’y a pas d’opportunité. Les opportunités, ça se crée, ça se provoque ! Selon Alexandre, sauter d’une job à l’autre, c’est potentiellement rater l’occasion de bénéficier d’apprentissages importants et de grandir, c’est quelque part fuir des enseignements essentiels.

Ses conseils pour évoluer et provoquer les opportunités :

1.   Connaître son écosystème

2.   Identifier les problématiques et proposer des solutions

3.   Être prêt à s’investir et se mettre à risque 

Evoluer dans un studio qui a une âme

Frédéric Bibet, est un des piliers chez Ludia. Fort de 28 ans d’expérience dans l’industrie du jeu vidéo, il est passé par tous les échelons du métier ce qui lui donne une vision étendue, éclairée et précise de la production d’un jeu. Au cours de sa carrière il a également été témoin des grands changements de cette industrie bouillonnante rythmée par un maître mot = évolution continue. 

Aujourd’hui VP de la Production, Frédéric est arrivé chez Ludia il y a maintenant 12 ans. Son aventure a commencé en tant que partenaire indépendant avec la compagnie Mistic Software qui développait des jeux consoles pour Ludia, avant de poursuivre au sein même du studio,  Mistic ayant rejoint la belle famille Ludia après une collaboration fructueuse établie pendant plusieurs années. Ce parcours a permis à Frédéric de voir l’évolution complète de la compagnie, de ses tous débuts au studio que Ludia est aujourd’hui.

Depuis son arrivée, Frédéric a continué à grandir au rythme de la croissance du studio. Il a travaillé avec passion, il a relevé ses manches pour surmonter de nombreux défis, il s’est remis en question, il a appris, beaucoup, et le plus important pour lui : il continue de le faire chaque jour.

Un studio qui a une âme

A l’époque où Frédéric a connu le studio et Alexandre Thabet – CEO-, Ludia était une toute petite compagnie. Travaillant alors comme partenaire indépendant, il était impressionné de le voir jour après jour grandir si rapidement et passer de 7, à 14, puis 20, puis 40 jusqu’à une centaine de personnes. Cette volonté et cette capacité entrepreneuriales qui émanaient des fondateurs, et leur permettaient d’aboutir à la signature de partenariats avec des licences de renoms comme Price Is Right, Hell’s Kitchen, ou encore Family Feud malgré leur toute jeune existence, lui ont tout de suite fait dire « Wow ils savent ce qu’ils font, ils savent où ils vont avec leur entreprise ».

En 2010, il rejoint officiellement Ludia et devient le bras droit du VP production. Débuts challengeants avec le jeu Bachelor à livrer en très peu de temps. Pour ce projet complexe il a fallu apprendre énormément autant pour lui que pour son équipe, et à force de travail et d’une motivation incroyable le projet aboutit ! S’ensuit un autre projet aux échéances une nouvelle fois serrées: The Amazing Race. Le travail est aussi dur que passionnant, mais ce que Frédéric retient de cette période c’est surtout les équipes. Elles sont alors composées principalement de juniors mais sont extraordinaires, avec des coéquipiers motivés, hyper volontaires, patients et à l’écoute, une soif d’apprendre et de réaliser leurs projets même si les défis étaient de taille. Nombreux de ses tous premiers collaborateurs dans cette aventure ont d’ailleurs continué au fil des années de grandir à ses côtés et évoluer pour devenir des membres clés du studio.  Ils ont développé leur potentiel et ont contribué à faire de Ludia ce qu’il est aujourd’hui. Mais ce qui est encore plus génial c’est qu’ils sont aujourd’hui toujours aussi unis, enthousiastes et volontaires pour participer à la construction du Ludia de demain. 

Alors que les jeux n’étaient pas si impressionnants dans les débuts, et la construction d’une gestion efficace n’en était qu’à ses prémisses, Frédéric a tout de même rapidement vu le potentiel et l’avantage de rejoindre Ludia. Il y voyait l’occasion d’apprendre énormément des fondateurs et d’Alexandre Thabet notamment – ce jeune entrepreneur qui osait, avait une vision et une ambition tout en restant profondément humain. Mais plus important pour lui, il a de suite compris que Ludia avait une véritable âme. Dans l’ADN même du studio s’inscrivent des valeurs auxquelles il adhérait et adhère toujours passionnément aujourd’hui.

Savoir prendre des risques…

En 2011, Frédéric voit Alexandre prendre une décision importante, un choix audacieux pour le studio : l’arrêt des jeux consoles pour se concentrer uniquement sur des jeux Facebook et mobile. Il est une nouvelle fois impressionné par cette capacité à avoir une vision et une ambition, à aller « all in » sur une nouvelle voie, guidé par des convictions fortes. Cette énergie et cet esprit entrepreneurial complètent la personnalité plus pragmatique de Frédéric, et ça l’inspire !  De son côté, Frédéric était et est toujours très analytique, ce qui le pousse à chercher et collecter une quantité suffisante d’information et consulter ce qu’il jugera assez de personnes pour pour accompagner le processus décisionnel. Maîtriser un sujet lui permet de se positionner en tant que décisionnaire, bien plus que la position hiérarchique qu’il occupe en tant que telle. Là où Alexandre à cette capacité à viser encore plus loin pour le futur avec ses idées et ambition, et embarquer les gens dans son aventure, Frédéric est capable de faire des choix décisifs pour les jeux en eux-mêmes, arbitrer là où il le faut avec pragmatisme pour pouvoir livrer les jeux grâce à sa maîtrise pointue des problématiques . Il prend conscience que l’un ne peut pas aller sans l’autre : sans vision on ne va pas assez loin, et sans gestion pragmatique le projet n’aboutit pas. Une belle complémentarité ! 

Cette décision d’aller sur des jeux mobiles et free-to-play uniquement nécessitait de tout apprendre à cette époque. Un nouveau champ de connaissances et de possibilités à explorer s’ouvre alors. Frédéric en garde probablement ses meilleurs souvenirs. Une période extrêmement enrichissante où toute l’équipe, lui-même, et Alexandre apprenaient et échangeaient ensemble tous les jours,  une énergie créative incroyable les portait chaque matin. Beaucoup n’y croyaient pas et se demandaient un peu ce qu’il se passait : pourquoi se concentrer sur du mobile ? C’est fou de créer des jeux gratuits ! Puis arrive le lancement du premier Jeu Family Feud & Friends qui monte à plus de 1 million de DAU ! A partir de là, tout le monde a su que c’était un pari gagnant et les équipes sont devenues vraiment emballées par ce nouveau modèle. Un gros tournant pour l’histoire de Ludia qui a décidé de revoir sa structure et s’organiser au mieux pour suivre cette nouvelle évolution. Depuis, le studio n’a cessé de grandir et est passé de 100 à 400 merveilleux Ludiens qui travaillent chaque jour à pousser le studio toujours plus loin !

… Mais aussi prendre du recul, se remettre en question.

Il y a deux ans, Frédéric et l’équipe exécutive décident de prendre du recul. Quel est le chemin parcouru et surtout : où voulons-nous aller à l’avenir ? Il y a eu beaucoup d’adaptations au fil des années face à la croissance exponentielle du studio. Et fort de son expérience, Ludia n’est plus une start-up, c’est un studio solide qui demande aujourd’hui des changements plus profonds pour arriver à l’étape d’après, et non plus de ce qu’on pourrait qualifier de « micro » adaptations. Une grosse réflexion est alors initiée. Frédéric avec les exécutifs et main dans la main avec les experts métiers que sont Serge Mongeau, Jimmy Beaubien, Marc Antoine Ledoux, Raphaël Monin et avec le soutien de l’équipe RH, se questionnent et explorent les meilleures façons d’organiser le studio pour atteindre de nouveaux objectifs et fournir les meilleurs outils et environnements de travail pour développer les employés et des jeux dont la qualité ne cesse d’être améliorée.

Au cours de ces discussions pour le studio, Frédéric prend conscience qu’il doit lui-même entamer une réflexion plus personnelle et déprogrammer certaines pensées et automatismes qu’il peut avoir pour passer à une nouvelle étape de son évolution personnelle au sein de Ludia. Son travail est un travail-passion incroyable, porteur de tellement d’opportunités de grandir, et c’est ce qui lui donne encore et toujours cette envie de faire les choses et de toucher à tout. Mais il se remet en question et comprend doucement que ce n’est plus possible, arrivé à son niveau, de tout gérer. Ses responsabilités changent et évoluent, on ne l’attend plus aujourd’hui là où on l’attendait il y a quelques années.

Avec ses équipes, il creuse et pose des questions parfois extrêmement détaillées pour les pousser à aller plus loin, à mieux exprimer leurs idées et aller le plus possible dans les détails, décortiquer les éléments afin d’atteindre une maîtrise des problématiques pour être à même de prendre les décisions les plus éclairées possible. Cette attention aux détails, cette manière de les pousser à comprendre complètement un sujet et pouvoir partager ensuite leurs connaissances, c’est sa façon de les aider à se dépasser. Aujourd’hui il travaille et veut encore évoluer pour l’avenir sur cette réflexion de comment mieux gérer ses équipes, comment leur donner ce dont elles ont besoin pour évoluer à leur tour, grandir, devenir les meilleures versions d’elles-mêmes pour pouvoir fonctionner de façon autonome. Dans cette optique, pour supporter les équipes et l’aider dans la gestion, des décisions concrètes ont déjà commencées à être prises, dont notamment la création de deux nouveaux rôle clé structurants pour Ludia :   Chef des Opérations et Chef de la création. Tout ce cheminement est sans doute l’un des plus gros projets dans lesquels il s’est lancé.   Parce que: “ un projet, tu le fais avec les gens. Comme sur un bateau, tu peux être celui à la barre, prendre des décisions, écouter le vent et la mer mais tu navigues avec des gens. C’est l’équilibre parfait entre autonomie, connaître son rôle au sein du groupe et savoir faire sa part efficacement, et la coordination de tout l’équipage qui travaille dans un même but pour atteindre la même destination qui permet de l’atteindre avec succès. Si tu n’écoutes pas tes gens, si tu ne leur donnes pas les clés pour réaliser leur tâches de façon autonome, une vision de l’impact qu’ils ont sur l’ensemble de l’équipe et une destination commune claire, il y a un gros risque de ne jamais arriver à destination, ou qu’au moment où tu dois virer de bord, tes gens tombent à l’eau ou ton bateau finisse par couler.”  

L’important pour lui est maintenant de construire les choses sur une notion d’infini, laisser un héritage et voir ses gens s’épanouir.

« Le jour où je partirai, le studio va continuer de grandir et je veux être fier d’y avoir participé et d’avoir tracé les bonnes voies pour qu’ils y arrivent. L’idée est de créer une compagnie infinie, au-delà de soi, la préparer et lui donner les automatismes nécessaires pour qu’elle puisse grandir d’elle-même. Il faut que ça résiste au temps. C’est dans cette même optique que nous créons nos jeux aussi, pour qu’ils perdurent, qu’ils résistent au temps. »  

Un apprentissage permanent et une évolution continue

En 12 ans chez Ludia, si Frédéric a conservé un trait qui le caractérise c’est bien sa soif d’apprendre. L’évolution du studio, des jeux, mais aussi de son propre rôle ont demandé des adaptations, des apprentissages et des remises en questions. Et au-delà de ça Frédéric reste aussi profondément passionné par toutes les nouveautés de cette industrie. Cette ouverture aux autres, cette volonté de partage avec ses coéquipiers chez Ludia mais aussi ses contacts extérieurs ou encore sa participation à des tables rondes, et cette curiosité toujours si vive aujourd’hui font partie de son ADN. S’il est tellement ancré chez Ludia, c’est aussi parce que toutes ces valeurs se retrouvent dans les fondations du studio. Grâce à cela, il continue de se développer, d’apprendre et de partager ses connaissances pour faire avancer le studio et ses équipes plus loin. 

Pour continuer à grandir et évoluer, les changements et le mouvement perpétuel sont nécessaires. Quand on lui demande “est-ce que c’est confortable ?” Il nous répond naturellement:

“ Le soir tu es crevé, parfois tu te dis que tu n’as pas assez avancé que tu as dû gérer trop d’imprévus, mais alors tu prends du recul et tu regardes le positif et tout ce que tu as fait réellement. C’est important de se forcer à conscientiser le chemin parcouru et pas seulement ce qu’il reste à parcourir. Alors, est-ce que c’est confortable ? Non, ce n’est jamais confortable, mais c’est tellement passionnant et motivant ! ” 

Retour sur le panel neurodiversité Ludia x URelles

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont participé et apporté leur contribution à cette belle conversation qu’a été notre panel de la semaine dernière sur la neurodiversité, ainsi que nos formidables panélistes: Martin, Iris, Marianne, Michel et notre animatrice Chloé.

Le panel a couvert de nombreux sujets, dont : 

  • Voir la neurodiversité comme une force, mais aussi comme une caractéristique propre et aussi variée que la couleur des cheveux ou la couleur des yeux
  • Déconstruire le mythe affirmant que les personnes « souffrent d’autisme » 
  • Discuter des aménagements non seulement sur le lieu de travail mais aussi durant le processus de recrutement. Ce qui inclut de s’assurer que les questions de recrutement sont assez claires et formulées de manière à être accessible à tou(te)s.
  • Des termes comme Neurodiversité incluent les personnes Neurotypiques, alors que Neuroatypiques n’inclut pas les personnes neurotypiques. Le terme Neurodivergent est également souvent utilisé. 
  • De nombreuses personnes utilisent et se sentent à l’aise avec des termes différents. Ce qui est important c’est que ces termes les aident à exprimer leur expérience, leurs forces et besoins potentiels.
  • Recevoir un diagnostic d’autisme ou de neurodivergence devient plus difficile à l’âge adulte, et plus encore pour les femmes.
  • Les femmes n’ont pas un type d’autisme  »différent”. Elle interagissent selon des structures sociales différentes, ce qui peut souvent modifier l’expression de leur  neurodivergence.  
  • La nécessité de permettre à chaque personne de demander des aménagements, sans aucun jugement et sans que cela ne nuise à leur candidature ou leur rôle. 
  • Comprendre les besoins en constante évolution des personnes neurodivergentes, spécifiquement dans le cadre du travail à domicile et du travail hybride, et comment les environnements de travail virtuels et physiques peuvent être adaptés.


Vous n’avez pas pu participer la semaine dernière ? Venez écouter l’enregistrement du panel (en français seulement):

Ludia et URELLES ont été tellement inspirés par votre implication, et nous avons le sentiment qu’il y a encore tant de belles conversations à avoir, que nous avons décidé d’organiser une seconde édition !

Elle sera axée sur la Neurodiversité et l’Intersectionnalité.

Gardez l’oeil ouvert sur nos réseaux dans les prochains jours pour découvrir les nouveaux panélistes et le lien pour vous inscrire !

De la passion pour évoluer

Arrivé chez Ludia en 2017, Serge a récemment été promu en tant que Chef de Création et a sous sa responsabilité les départements Art, UX et Design, ce qui représente plus de 150 personnes.

Son rôle est d’accompagner tous ces cerveaux créatifs, de leur donner les meilleurs outils pour faire émerger leur créativité au sein de nos jeux et atteindre leur plein potentiel. 

L’équilibre entre ambition et bienveillance ?

Depuis ses 12 ans, Serge baigne dans le jeu vidéo. Il a une expertise  dans le mobile, connaît la complexité et la compétitivité de cette industrie et le nombre de métiers nécessaires pour construire des jeux qui durent dans le temps. Avant de rejoindre Ludia, il suivait son évolution de loin depuis un moment et était admiratif du succès que ce studio attirait au fil des années. 

A son arrivée, le poste avait été créé pour lui : l’équipe de direction avait identifié des besoins dans l’organisation qui étaient un super match avec ses compétences. Maintenant que la relève est en place dans son rôle avec les artistes, il est temps pour Serge d’entreprendre un exercice similaire pour l’ensemble du pôle créatif chez Ludia!

Son plus grand souhait est de voir Ludia s’affirmer comme gros joueur dans l’industrie, non seulement au Canada mais aussi dans le monde. Et pour y arriver, ça commence avec ceux qui travaillent avec nous tous les jours. Créer des jeux mobiles est devenu de plus en plus complexe aujourd’hui, il faut savoir rassembler les équipes, faire émerger leurs forces, comprendre l’impact de chacun et créer des liens qui soient plus forts que la technologie. C’est un défi de tous les jours, et plus encore dans un contexte virtuel ! C’est à ça qu’il s’efforce d’apporter des solutions et de travailler au quotidien. 

Et dans cette ambition de relever ce défi et continuer à faire évoluer ses gens pour aller plus loin dans nos créations, Serge revient toujours à une valeur qui ressort fort chez Ludia et fait écho en lui: le bien-être de nos employés. Cette bienveillance et cette volonté de mettre le bien-être et le développement au cœur de tout ce que nous faisons, Serge l’a déjà en lui.

« Le fait que nous ne travaillons pas en work-for-hire nous permet de planifier davantage sur du long terme et d’investir dans ce qu’il y a de plus précieux: nos gens ». 

Une évolution qui continue 

Depuis ses débuts, et Serge le constate aussi grandement depuis son arrivée, le studio évolue de manière constante et pousse ses ambitions plus loin tout en permettant à ses gens de s’investir réellement dans le studio sans négliger leur équilibre. 

« Un bon exemple, c’est le souhait de Ludia d’investir du temps de nos employés à contribuer à l’amélioration continue du studio » : Ludia c’est une histoire qui appartient à tous ceux/celles qui souhaitent y contribuer. La mise en place d’un processus décisionnel à plusieurs niveaux permettra à nos employés d’avoir non seulement plus de transparence et de visibilité sur la suite de Ludia, mais d’avoir un cadre dans lequel s’amuser et prendre des décisions. 

Un autre exemple, c’est le programme FLEX annoncé en novembre dernier chez Ludia. « La flexibilité a une signification différente pour chacun et chacune d’entre nous », mais le fait de proposer un programme et une approche qui coche les cases de tous les besoins, le fait de pouvoir moduler sa présence au bureau ou à la maison comme chacun/le souhaite, c’est un immense pas en avant pour Ludia. Ce programme pensé sans autre but que le bien-être de nos employés a même permis à certains d’accomplir leurs rêves, comme par exemple racheter une maison familiale dans laquelle ils ont grandi à l’extérieur de Montréal.

Sa fierté :

Depuis 4 ans, il suit de l’intérieur l’évolution de Ludia et voit à quel point le studio et ses 400 employés s’adaptent au fur et à mesure.  La force de Ludia? Se remettre constamment en question, être à l’écoute des besoins et mettre en place les changements nécessaires pour nous améliorer, nous en tant qu’entreprise et nos jeux. 

“Si tu es passionné(e), tu peux créer”

De quoi il est le plus fier? Du travail effectué main dans la main avec ses collègues autour de la gestion de l’humain, le développement, l’encadrement, de projets complexes, l’officialisation de rôles, le soutien dans les équipes, ainsi que la gestion de démarrage de nouvelles productions chez Ludia. Savoir mélanger les anciens et les nouveaux venants de backgrounds différents, faire émerger les expertises, l’innovation: tout ça, ça l’anime. 

Serge, c’est un passionné de l’humain, il aime coacher, accompagner, faire émerger la créativité, équiper ses gens avec les bons outils – en général et plus encore en ce moment pour naviguer en ce temps de pandémie. Mais c’est aussi un passionné de musique, de cuisine, de blogs, de déco, de voyages. Sa ressource principale, c’est sa famille. Il s’entoure aussi de livres et de citations inspirantes, notamment de Simon Sinek ou de livres en lien avec le processus créatif.
Tout ça mélangé lui donne l’énergie et la créativité nécessaires qu’il transmet ensuite chez Ludia à nos créatifs tous les jours.

Ce qu’il faut retenir? 

Chez Ludia, on aime travailler avec des passionnés, découvrir, faire émerger la créativité, développer l’humain, se questionner, apprendre et évoluer. C’est grâce à ça qu’on est encore là aujourd’hui et qu’on crée des jeux exceptionnels.

« Aujourd’hui, je suis capable de dire que ce que je fais chaque jour chez Ludia, c’est exactement là où je veux être et ce que je veux faire »

Ludia classé parmi les meilleurs employeurs de montréal!

Cette année encore notre engagement en faveur du bien-être de nos employé(e)s est reconnu et récompensé par une place dans le classement des « meilleurs employeurs de Montréal 2021 » !

Une base solide d’équilibre et de partage

Chez Ludia nos employés sont notre plus grande richesse. Nous œuvrons chaque jour à développer notre culture basée sur l’inclusion, l’humain, la collaboration et l’équilibre.

Cette distinction récompense les efforts quotidiens de Ludia à offrir un environnement de travail de qualité supérieure et faire de l’équilibre, du partage, du bien-être et du respect de chacun de nos employés nos priorités.

Le classement des Meilleurs employeurs de Montréal 2021 se base sur une liste de critères précis répartis en 8 catégories afin de récompenser les environnements de travail les plus exceptionnels du Grand Montréal !

 (1) Environnement de travail physique;
(2) Atmosphère de travail et aspect social;
(3) Santé, prestations financières et familiales,
(4) Vacances et temps libre;
(5) Communications dédiées aux employés;
(6) Gestion de la performance;
(7) Formation et développement des compétences;
(8) Implication dans la communauté.

Cette année Ludia s’est particulièrement distingué sur l’équilibre vie professionnelle / vie personnelle qu’il offre avec ses 3 semaines de vacances, les congés payés de fin d’année et les 10 jours mobiles par an alloués à nos employés. Mais aussi sur le partage avec les Ludiens des fruits du succès du studio avec le versement d’un bonus annuel, et la valorisation de leur engagement avec un programme de référencement généreux dont la prime peut aller jusqu’à 5000 dollars par embauche !

Et nous avons l’ambition de nous distinguer plus encore l’an prochain !

Ludia aussi classé parmi les meilleurs employeurs du Canada pour les nouveaux diplômés !

Nous croyons fort au talent de chacun et œuvrons à développer le plein potentiel de ceux qui nous apportent un regard nouveau tout en se nourrissant des connaissances et expertises de leurs pairs, qui nous permettent grâce au partage d’idées de toujours nous orienter vers l’innovation et deviendront demain les meilleurs talents de notre industrie. Nous sommes fiers de faire partie de ce classement des meilleurs employeurs du Canada pour les nouveaux diplômés !

Un travail en continu

Au-delà de ces récompenses, c’est surtout la satisfaction et la reconnaissance que nous recevons de nos employés au quotidien qui nous pousse chaque jour à nous remettre en question, nourrir nos réflexions et explorer toujours plus pour offrir le meilleur à nos Ludiens exceptionnels.

L’année passée nous a apporté son lot de défis et le futur nous demandera pour sûr de bonnes capacités d’adaptation et des changements en continu mais nous sommes prêts et enthousiastes à l’idée de travailler sur ces projets à venir !

Notre nouveau gros projet en lien avec le bien-être de nos employés pour 2021? Notre programme de flexibilité ! Une flexibilité complète, le choix de son environnement de travail, un programme 100 % modulable, tout est pensé pour répondre au mieux aux besoins de nos Ludiens. Nous souhaitons leur garantir des espaces adaptés, des modes de travail alignés avec leurs attentes et nécessités dans le respect de leur santé et leur sécurité, tout en favorisant la collaboration, l’émulation créative et le développement de leur potentiel et leur épanouissement. Tout ce qui leur permettra également de donner le meilleur d’eux-mêmes pour créer des jeux de grande qualité qui touchent les gens !

Parce que les êtres-humains sont au cœur de tout ce que nous faisons ! 

En savoir plus sur le classement des Meilleurs Employeurs de Montréal et les raisons de sélection de Ludia : https://reviews.canadastop100.com/top-employer-ludia

La Mobilité Internationale chez Ludia

Chez Ludia, nous savons que le talent et la passion pour notre industrie s’étendent sans limite dans le monde entier. Nous sommes très fiers de la richesse apportée par la diversité dans nos équipes. Elle nous permet d’aller toujours plus loin et de nous nourrir professionnellement et humainement au quotidien. C’est pourquoi nous recrutons aussi à l’international !  

Une ouverture à l’international

Dans notre studio complètement bilingue, il y a une véritable ouverture et au cœur de notre communauté tricotée serrée se trouve une valeur clé : l’inclusion. Et ce de manière globale mais aussi donc sur l’intégration de talents internationaux.

Le Québec et le Canada sont de formidables sources de talents précieux qui nous impressionnent chaque jour. Mais il arrive également que notre perle rare ne se trouve pas au Canada. Pour offrir aux équipes les meilleurs talents alliant compétences et passion, et aux candidats leur meilleures opportunités d’emploi, notre recherche ne se limite donc pas aux frontières du Canada.

Nous comptons aujourd’hui plus de 20% de personnes internationales, qui ont été bien accompagnées tout au long des processus par nos spécialistes en acquisition de talent et notre conseillère dédiée à la mobilité internationale. De nombreux Ludiens ont également dépassé ce stade et complété les démarches pour une installation permanente au Québec, pour continuer à apprécier la vie à Montréal et au Québec et poursuivre leur belle évolution chez Ludia ! Un beau changement de vie pour ces Ludiens !

Réflexions et processus de recrutement

Si vous vous intéressez au parcours d’une mobilité internationale, vous devez vous poser de nombreuses questions sur les processus et les démarches. Voici donc un petit guide non exhaustif pour vous donner des clés afin d’avancer dans votre réflexion et votre projet de vie.

Tout d’abord, un processus de mobilité internationale est un véritable projet qui demande une réflexion approfondie. Notre conseil est de vous poser les bonnes questions en amont et de construire votre projet de vie pour pouvoir anticiper les changements à venir et leurs conséquences. Venir au Canada ce n’est pas seulement changer de maison, surtout lorsque l’on a une famille. Entre emploi, maison, garderie, relations avec les proches, processus d’immigration, les changements sont parfois majeurs.

Avant de postuler aux offres de Ludia et de tenter votre chance pour rejoindre notre crew composé de formidables Ludiens, quelques petites choses à garder en tête donc :

– Bien réfléchir à son projet de vie (et celui de sa famille)

– Se renseigner sur la vie au Canada, au Québec et à Montréal plus précisément

– Se renseigner sur les démarches, permis et statut potentiels pour votre situation (nous nous chargeons de vous accompagner sur ces questions bien entendu mais une personne renseignée et motivée fait son effet auprès de nos recruteuses ! 😉)

Une fois bien réfléchie, cette décision sera le début d’une formidable aventure ! C’est parti pour entamer le processus de recrutement, voici comment il s’articule :

1.      Vous trouvez un poste correspondant à vos aspirations, profil et compétences, ou vous envoyez une candidature spontanée démontrant toute votre motivation à nous rejoindre ! Ajoutez-y les informations sur votre statut potentiel au Québec si vous en avez connaissance.

2.       Nos spécialistes en acquisition de talent étudient soigneusement votre candidature et votre profil

3.      La candidature est prometteuse? Nos spécialistes en acquisition de talent prennent contact avec vous et peuvent convenir d’un appel téléphonique ou visioconférence. Durant cet appel, elles évoqueront avec vous : votre profil, vos compétences, votre motivation à rejoindre Ludia, votre motivation à entamer une mobilité internationale. Les informations recueillies permettront également d’évaluer la possibilité de mobilité, les types de visas et permis, et les démarches associées.

4.      Votre profil a retenu l’attention et notre équipe de mobilité internationale donne son feu vert quant au processus d’immigration ! Vous passez donc à l’étape des entrevues. Selon le poste et le profil vous pourrez rencontrer plusieurs personnes en une ou plusieurs entrevues (expert, gestionnaire, membre de votre équipe) et pourrez être amené(e) à réaliser des tests techniques.

5.      C’est le match parfait ? On va de l’avant avec une offre ! Si ce n’est pas le cas, nous vous informons au plus vite, gardons votre profil en tête et vous rappellerons sans faute si une autre opportunité se présente !  

6.      Une fois l’offre acceptée, l’aventure commence, ainsi que les démarches d’immigration.

Nos spécialistes en acquisition de talent seront là à chaque étape pour vous accompagner et répondre à toutes vos questions.

Accompagnement, accueil et intégration

Une fois l’offre reçue, l’aventure peut commencer ! C’est une étape qui peut paraître intimidante mais notre conseillère en mobilité, notre spécialiste en acquisition de talent et votre équipe seront là pour vous épauler.

Chez Ludia, nous accompagnons nos futurs Ludiens internationaux sur plusieurs plans :

– Accompagnement sur les démarches et prise en charge du permis de travail

– Selon les profils, (poste et situation familiale) un forfait de relocalisation pouvant inclure: la prise en charge de quelques semaines d’un logement temporaire, un remboursement de frais de relocalisation, de déplacement et l’accompagnement par notre partenaire à l’arrivée.

Notre partenaire peut, selon les situations, aider nos nouveaux employés internationaux à s’installer au mieux en prenant en charge : l’accueil à l’aéroport, l’accompagnement pour obtenir un Numéro d’Assurance Sociale, obtenir la carte RAMQ de l’assurance maladie du Québec, etc.

Et bien entendu nous proposons une belle intégration complète à l’interne, et ce, même en virtuel ! En travail de la maison, l’équipement vous est envoyé directement et notre équipe TI vous aide à tout paramétrer quelques jours avant votre arrivée officielle.

Puis, un planning est défini pour votre première journée pour découvrir plus en détail le studio, les règles et avantages, apprendre à connaître les autres nouveaux arrivants, l’équipe Talents et Culture et votre équipe. Des événements se poursuivent tout le long de la semaine sans compter tout ce qui vous attend en tant que Ludiens par la suite !

Pour les personnes qui le souhaitent et en ont besoin pour aller plus loin dans leurs démarches personnelles d’immigration, Ludia propose également des cours de langues en Français et Anglais.

____

Mobilité internationale et Covid-19

La pandémie actuelle a forcément des conséquences sur nos recrutements à l’international aujourd’hui. Cependant, cela n’empêche pas Ludia de garder un œil ouvert et de continuer ses discussions avec de très beaux candidats internationaux. Il est possible que cela prenne un peu plus de temps qu’à l’habitude mais nous continuons à chercher les meilleurs talents pour nos équipes et à trouver des solutions pour pouvoir les intégrer à notre studio ! N’hésite donc pas à soumettre ta candidature !

____

Un changement de carrière est toujours une étape très importante dans la vie de chacun, et plus encore lorsqu’elle inclut des démarches de mobilité internationale. Ce peut être une étape un peu stressante et intimidante. C’est pourquoi notre équipe place toujours l’humain au cœur de ses processus et échanges afin d’accompagner au mieux les personnes qui feront briller Ludia encore plus fort demain !

Rejoins-nous !

Ludia passe en mode flex

S’il y a une chose que nous avons apprise cette année, c’est définitivement la résilience et l’adaptation.
Au plus tôt, Ludia a pris la décision de mettre tout le monde en travail de la maison. Toute la logistique et l’adaptation des premiers temps ont apporté leurs lots de défis, de nouvelles routines et de nouveaux process à mettre en place. Et dans cette épreuve, nos Ludiens ont été extraordinaires.

Adaptation et révélation

Après ces premiers temps d’adaptation est venu le temps des réalisations. Le mode en travail à domicile était un mode de travail qui n’était pas envisagé pour Ludia jusqu’alors, car nous croyons fort aux relations humaines physiques, aux réunions de brainstorm en personne et à l’importance des chit chat face à face pour nourrir nos esprits, nos réflexions et le développement de nos jeux. Pourtant face à cette situation difficile nous avons vu nos Ludiens se dépasser, échanger, être ingénieux, toujours motivés, être plus à l’écoute et bienveillants encore qu’ils ne l’étaient auparavant. Certains ont quelques difficultés que nous adressons au mieux car leur bien-être est une priorité, et d’autres se révèlent et s’épanouissent plus que jamais. De manière générale, ce mode de travail fonctionne aujourd’hui très bien chez Ludia dans ce contexte particulier, même s’il n’est pas idéal pour tous.

Une réflexion guidée et documentée

Au cours de ces derniers mois, nous avons donc partagé plusieurs sondages avec nos Ludiens. Et cela pour savoir comment ils se portent car leur bien-être est une priorité mais aussi pour les impliquer dans nos réflexions car c’est à leurs problématiques et leurs réalités que doivent aussi répondre nos décisions organisationnelles.

Puis cet été après plus de 5 mois de travail à domicile « forcé » la question de l’après, d’un retour éventuel et de ses conditions a émergé. Même si ce n’est pas imminent, la réflexion a de suite résonné en chacun des membres de l’équipe de direction. Après tout, s’adapter c’est très bien et c’est surtout ce qu’il était possible de faire cette année, mais anticiper, être proactif et innovant dans nos façons de travail, c’est définitivement ce vers quoi nous voulons nous orienter.

Nous avons donc lancé un nouveau sondage spécifique à la question de la flexibilité, qui a mis en lumière plusieurs éléments clés :

–          Le mode de travail de la maison offre de beaux avantages à de nombreux Ludiens comme : l’économie de temps de transport permettant de développer sa vie personnelle, moins de distractions, un environnement plus calme et propice au travail pour certains.

–          L’aspect social du bureau reste tout de même essentiel pour beaucoup et représente un gros manque en ce moment.

–          Ces derniers mois ont profondément changé la vision du mode de travail idéal pour beaucoup de nos employés, de nouvelles routines plus adaptées au rythme de vie et de nouveaux besoins et désirs d’équilibres ont émergé.

–          Une majorité d’employés serait intéressée par un format de travail hybride mêlant travail de la maison et travail du studio.

Nous avons également pris encore plus conscience de quelque chose d’essentiel : chaque employé représente une situation, un contexte, des problématiques différentes et spécifiques. Parents, personnes seules, expatriés, introvertis, extravertis, artistes, programmeurs, designers, producteurs, QA, support, fonctions corporatives : le studio accueille des profils très différents. Et s’il y a une chose qui est devenue évidente, c’est que la flexibilité sera différente pour chacun et qu’un programme identique pour tous ne pourrait pas fonctionner pour nous.

La création du programme Flex

Soucieux de donner les meilleures conditions de travail aux employés et forts des enseignements de ces derniers mois et des retours reçus, un groupe composé de plusieurs Ludiens, de la direction, de l’équipe Talent & Culture et l’équipe TI se sont penchés sur la création d’un programme de flexibilité.

Ouvert à tous, personnalisable, modulable, adaptable selon les changements de vie et de besoins, évolutif selon les outils qui sont et seront disponibles à l’avenir et les innovations en termes de mode de travail, voici les grandes lignes de notre nouveau programme, pensé pour (et grâce aux résultats du sondage aussi par) nos Ludiens :

  • Flexibilité selon les besoins: 

De la maison ou du bureau, chacun pourra choisir l’environnement de travail qui lui convient le mieux ! Le format sera totalement personnalisable, peu importe le niveau et le poste occupé. Il sera également modulable selon les changements de situation ou de la vie quotidienne. Il ne sera donc pas question de choisir un programme fixe par semaine, mois, trimestres ou autre, mais bien de pouvoir l’adapter selon ses besoins à tout moment. L’idée est d’offrir la possibilité aux Ludiens de s’organiser comme ils/elles le souhaitent pour garantir le meilleur équilibre et répondre parfaitement à leurs besoins. Nous conservons simplement les core hours habituels suite à leurs retours pour faciliter les échanges et la collaboration au sein du studio. 

  • Mobilité géographique: 

De plus en plus de personnes souhaitent pouvoir aller vivre à l’extérieur de Montréal. Afin de leur permettre cette option, il sera désormais possible de travailler d’où ils/elles le souhaitent dans toute la province du Québec (Sherbrooke, Québec, Gaspé, Mont-Tremblant…)

  • Station de travail mobile

Que ce soit au bureau, de la maison ou en format hybride, nous souhaitons que nos Ludiens soient le mieux équipés pour travailler dans les meilleures conditions, et nous nous en assurerons. De ce fait, ils auront accès aux équipements dont ils ont besoin au quotidien quelque soit leur environnement de travail du moment. 

  • Espaces de bureau

Notre bureau se réinvente ! Salles de réunion hybrides, équipements, nouveaux espaces de travail (collaboratifs, de concentration, individuels) : les équipes en charge travaillent fort à la création d’un nouvel espace de travail pensé pour répondre à nos nouveaux modes de travail hybrides à venir. 

  • La vie au bureau

Ludia a toujours eu une vie très riche au studio, et il est bien prévu de continuer et même viser un niveau toujours plus haut sur cet aspect social ! Formation, événements, assemblées, lancements de jeu: de belles histoires y seront écrites pour sûr ! 

Ce programme va bien entendu demander de nombreuses adaptations tant au niveau technologique que managérial et organisationnel. Et même après son lancement officiel au retour au bureau des employés, nous prévoyons donc de continuer le travail pour aboutir à des versions toujours mieux adaptées à tous.

Notre but est et restera toujours d’apporter des solutions répondant le mieux possible aux besoins de nos employés tout en respectant un bel équilibre avec les besoins du studio et de production de nos jeux.

L’harmonie dans les équipes, les échanges et notre belle culture au sein du studio sont des points qui nous tiennent à cœur et nous mettrons tout en œuvre pour les garantir. Une phrase motive nos réflexions et nos actions avec ce programme : au bureau ou à la maison, mais toujours un seul et même crew soudé !

Comment les jeux vidéo ont marqué la vie de 3 de nos Ludiens

C’est la journée internationale du jeu vidéo ! Chez Ludia comme vous vous en doutez on a un attachement tout particulier pour les jeux, et ils font partie intégrante de la vie de nos Ludiens, dans leur travail mais aussi dans leur vie personnelle !  Aujourd’hui on vous fait découvrir 3 belles histoires qui ont marqué les vies de certains de nos Ludiens…

Un père et son fils, un dessin, la naissance d’un jeu – Par Eddy Léja-Six, lead game designer

En 2017, mon fils Elric lors âgé de 6 ans a dessiné ceci :

C:\Users\Tlouargant\Desktop\unnamed.jpg

À cette époque, il ne jouait qu’à des petits jeux de plateformes 2D. Il était déjà curieux quant à mon métier de concepteur de jeux, et il était très motivé pour essayer d’inventer son propre jeu (il l’est toujours !)

Je lui ai posé des questions sur son jeu pour comprendre comment il était censé fonctionner. Puis un samedi matin, pendant qu’il jouait avec sa soeur, j’ai scanné son dessin, l’ai transformé en sprites et j’ai créé un tout petit prototype de son jeu.

Puis j’ai placé son dessin sur l’écran de mon laptop, je l’ai appelé, puis j’ai retiré le dessin pour qu’il voit le jeu. Il a mis quelques secondes à comprendre que c’était vraiment jouable :

C:\Users\Tlouargant\Desktop\unnamed2.gif

Le jour même, il n’a pas réussi à terminer le jeu.

Mais 2 ans plus tard, il m’a demandé à y rejouer, et il a réussi ! L’écran de fin du jeu était très pauvre, c’était juste un texte affiché au milieu de l’écran, mais il était ravi d’avoir réussi ! Et j’étais ravi que 2 ans après il s’en rappelle encore.

____

Une rencontre qui a tout changé – Claudie Léger, graphiste 

En 2009, je jouais à Diablo2, quand je suis rentrée dans un Chaos run avec mon nécromancien. J’ai écrit en Français sur le chat et un autre québécois m’a répondu. Dans le temps, c’était assez rare de trouver une autre personne qui parlait français dans un jeu. Je lui ai dit que j’étais une fille, il ne me croyait pas, c’est alors que nous nous sommes échangé notre MSN pour se parler. Après un an d’amitié virtuelle, nous avons décidé de nous rencontrer au métro Longueuil et ce fût le début de notre histoire d’amour qui dure depuis maintenant 10 ans! 

____

Les premiers pas – Olivier Rayé-Lalonde, Game designer

Quand j’étais petit, je jouais à Doom avec un ami en « hot seat ».
La première fois où on a rencontré un Pink Demon, on a lâché un cri aigu en reculant de l’écran d’ordinateur! Mon père savait à ce moment-là que le jeu vidéo était pour moi viscéral et immersif. Passant de la SNES au N64 en faisant un usage équivalent de l’ordinateur, j’ai sû assez vite que j’étais accro! Très jeune, dans les années 90, je me suis mis à faire du level design amateur. Je trouvais complètement fou le fait que les jeux nous fournissent gratuitement des éditeurs pour faire des maps dans leur engin!
Je me suis donc amusé à faire des cartes pour des jeux de stratégie tels que Age of Empires et Starcraft, mais aussi les balbutiements des first person shooters seconde génération: mon favori étant Worldcraft du Half-Life original. Certains de mes niveaux faisaient partie d’ajouts au jeu, communément appelés des « mods » (pour modification). J’ai beaucoup joué et modé un des premiers jeux shooter coop que j’ai connu de l’époque, j’ai nommé Sven Coop. En tant que gamer, j’ai participé à l’essor de l’engin Source de Valve, appréciant particulièrement les mods de Half-Life (puis Half Life 2) tels que Team Fortress Classic, Counter Strike (qui n’était qu’un mod à l’époque!), The Specialists et The Hidden. 

Cette passion et ce talent acquis lors de mes jeunes années m’ont permis d’accéder au programme de Conception de Niveaux de Jeu du Campus ADN dans les années 2000, pour ensuite décrocher une série d’emplois en level design !

Coretech Dev : Au cœur de la division « Développement » de notre équipe d’experts Tech

Chez Ludia, nous avons les équipes de jeux avec de nombreux profils et postes différents essentiels au développement, les équipes supports, les équipes administratives, mais aussi une équipe centrale qui pousse toujours plus loin l’innovation, l’amélioration des technologies existantes et l’implémentation de nouveaux outils et processus. Cette équipe, elle porte le nom de CoreTech et s’organise en 2 divisions : infrastructure et développement.

Aujourd’hui nous vous proposons de plonger au cœur de ce département  et d’en apprendre davantage sur l’équipe Coretech Dev et l’expertise de ses membres qui offrent un support indispensable aux équipes de jeux !

Trois équipes en une !

Pour l’équipe Coretech Dev, la mission principale est de fournir tous les éléments technologiques essentiels pour que nos équipes de jeux puissent communiquer avec les serveurs de jeux, depuis un téléphone ou nos serveurs internes. Pour cela, l’équipe développe, déploie et maintient différents produits et outils qui sont alors utilisés par les équipes de jeux pour leur faciliter la vie et unifier leur fonctionnement. Concrètement, pour chacun de nos jeux, les équipes vont avoir accès à une couche Interface de Programmation Applicative (communément appelée API) qui va permettre d’appeler des fonctions pour se connecter, sauvegarder leur avancement, recevoir des événements et des messages, créer des guildes, permettre les achats, etc. C’est donc sur cette partie que l’expertise des membres de Coretech Dev entre en jeu. Pour réaliser ce travail colossal, qui augmente à mesure de l’ajout de nouveau titre à notre portfolio, 29 personnes passionnées se répartissent en 3 spécialités : Back-End, Front-End, Framework.

 ·         Back-end

L’équipe Back-End a la responsabilité de construire et fournir aux équipes de jeux un set de fonctions le plus efficace possible, adapté aux besoins spécifiques. C’est l’équipe responsable du développement des plateformes interne Luna 1 et Luna 2 mais également des pipelines analytique Jazz et Titan. Ludia développant des mécaniques de jeux différentes, l’équipe Back-End doit développer sans cesse de nouvelles fonctionnalités et mettre en place des processus innovant tout en améliorant ceux déjà existants dans l’optique de gagner un temps précieux. Ce développement intervient pour la base même du jeu mais aussi pour chaque nouvelle fonction qui sera ajoutée ou modifiée. Par exemple, si nous avons besoin de pouvoir suivre les données d’un nouveau système d’inscription mis en place par Apple ou Google, nos experts doivent développer et implémenter ça au niveau des serveurs, et proposer une ou plusieurs API dans les environnements des jeux.  

 ·         Front-End

Cette spécialité se concentre sur les outils haut-niveau pour l’administration graphique du Back-End. Il est donc question de fournir aux différents corps de métiers des équipes de jeux (producteurs, designers, gestionnaire de communauté, support, …) les outils graphiques web pour pouvoir, par exemple, administrer le jeu, gérer les réclamations, bannir des membres en cas d’extrême nécessité, ou gérer les données GDPR. Pour ce dernier point notamment, on veut offrir la possibilité aux équipes de pouvoir accéder aux informations de façon simple et rapide en appuyant sur un bouton et effectuer des actions en un seul clic. Un autre exemple : pour la mise en place d’une segmentation dans le but de procéder à des A/B tests et améliorer toujours plus notre expérience joueur, il était nécessaire de faire des développements dans le Back-End et de créer une interface Front-End pour récupérer les segments et gérer les événements. C’est également l’équipe responsables des outils LiveOp développés spécifiquement en interne.

 ·         Framework

La spécialité de nos experts Framework est de développer la passerelle Unity, qui permet de de piloter le Back-End, la partie client et les données pour les équipes de jeu. Le code jeu doit pouvoir se connecter à un moment donné. Leur travail se concentre donc sur un ensemble de librairies de classe C-Sharp, nommé LudiaNet, que les équipes peuvent « appeler » et qui vont prendre en charge l’aspect communications avec les erreurs possibles, les flux de connexions via Facebook, Apple Signing, Google, etc. Idéalement, les jeux ont ainsi simplement un appel de fonction à faire, le reste est pris en charge par la couche Framework.

En plus de ces 3 pôles orientées « client » une équipe « Project Managers » composée de gestionnaires gère des projets plus spécifiques en parallèle. Ces gestionnaires s’assurent du suivi avec les équipes de jeux afin d’être sur d’aligner les livrables des équipes CoreTech Dev avec les besoins des des jeux. Ils sont donc les garants des plannings, des priorités et de la communication entre les différentes équipes.

Au sein de chacune de ces divisions, un membre d’équipe est toujours « de garde » pour répondre aux questions spécifiques des équipes de jeux. Il répond aux demandes, réceptionne les requêtes et besoins. Il laisse ainsi la possibilité au reste de l’équipe de se concentrer exclusivement sur le développements des outils et processus sans distractions parasites. Cette organisation devient d’autant plus nécessaire que le portfolio des jeux s’agrandit. Nos jeux vivent aujourd’hui bien plus longtemps que nou sn’ aurions plus l’anticiper il y a quelques années et le LiveOps demande aussi de pouvoir fournir des solutions efficaces, optimisées et innovantes dans un temps imparti de plus en plus court.

Un environnement en constante mutation

Dans l’industrie du jeu vidéo, c’est sûrement l’une des notions les plus fortes : la mutation constante de l’environnement. Si on parle souvent d’adaptation, ce ne sont pas seulement des mots glissés sur le papier, l’équipe Coretech Dev ne vous dira sûrement pas le contraire! Au cours de la vie du département, les équipes ont dû faire face à de nombreux défis, et on doit dire qu’elles l’ont fait avec brio ! Petit tour d’horizon des projets qui ont sûrement demandés (et demandent encore) le plus d’adaptation, d’énergie et d’innovations.

L’un des défis majeurs a été, il y a quelques années, la transition de notre moteur de jeux « in house » (ou « fait maison /interne») à l’utilisation de Unity. En quelques mois seulement, tout le monde a dû s’adapter, transitionner, apprendre un nouveau langage et parfois se réinventer. Ça a été un véritable révélateur des capacités de développements et d’apprentissages impressionnants des membres de l’équipe.  

Un autre gros chantier, qui sera désormais une question récurrente, s’articule autour des questions de GDPR. C’est une petite révolution en soi qui a un coût non négligeable en termes de temps, de technologie mais aussi sur l’aspect humain. S’entourer d’avocats, développer ses connaissances, se nourrir de l’expertise des uns et des autres est essentiel pour faire les choses correctement. Comme pour d’autres défis auxquels l’équipe doit régulièrement faire face, l’expertise et les connaissances n’étaient pas forcément déjà présentes à l’interne, car ces questions ne font pas toujours parti du corps de métier de base des équipes. C’est là la force de Coretech Dev, et plus généralement chez Ludia : développer ses connaissances et son potentiel pour faire face à toute situation.

D’autres gros projets en cours requièrent une flexibilité et une adaptation accrue des équipes, comme la question d’une mise en place plus importante de systèmes d’automatisation ou encore la transition d’un mode de release à intervalle régulier à un mode de déploiement en continue.

On peut toujours compter sur notre équipe Coretech Dev pour amener nos outils, nos processus et par extension nos jeux à un niveau plus loin ! L’amélioration continue, le développement de leurs connaissances et compétences, l’adaptation, l’innovation et savoir tirer meilleure partie du potentiel de chacun des membres sont les caractéristiques ancrées dans l’ADN de cette équipe.

Une expertise unique

Même si Unity est utilisé pour la partie plus graphique des jeux, la partie serveur reste « in house » chez Ludia. Et la décision de ne pas faire appel à un partenaire externe est simple : l’outil interne est plus développé, adapté et personnalisable que ce qui est disponible sur le marché. En commençant à travailler très tôt sur le développement des jeux mobiles et du LiveOps, Ludia a développé une expertise unique et c’est en ça que le studio sort clairement son épingle du jeu. Grâce à cette orientation, Ludia a su se donner une claire longueur d’avance, une expertise pointue. Loin de se reposer sur ses acquis l’équipe continue à faire évoluer les outils et processus avec l’intégration d’outils Cloud, de DevOps, pour passer rapidement un cap technologique qui bénéficiera à tous les jeux. Ce nouveau cap permettra de passer aisément les 8 à 10 prochaines années sur cette technologie en prenant en compte la durée de vie de plus en plus longue des jeux et des enjeux que ça soulève.

Curiosité et diversité au service de l’innovation

Pour l’équipe Coretech Dev :

« Chez Ludia, on a la chance d’avoir des personnes avides de nouvelles choses, qui demandent toujours à en apprendre plus, qui se nourrissent les unes des autres, veulent tester de nouvelle chose, et faire avancer le studio, les projets, les processus et les outils. C’est une chance vraiment incroyable »

Chaque membre de l’équipe est enclin au partage, peut et sait rapidement apprendre mais aussi enseigner, pour toujours mieux profiter de l’expertise et l’expérience de tous. Tirer partie des forces de l’équipe se fait organiquement. Par exemple, aujourd’hui au sein de l’équipe, une personne connaît particulièrement le monde du CICD (release continue). Elle a donc créé des groupes de discussions et prépare régulièrement des présentations internes pour l’équipe mais aussi la production. C’est un moyen parfait pour échanger sur ce qu’il  serait bien de mettre en place et comment améliorer les choses, quelles sont les problématiques et comment y remédier.

Le mode de gestion se fait sur l’échange, il n’est pas question ici de simplement imposer des solutions technologiques dans l’équipe de 29 personnes. L’idée valorisée est de savoir se nourrir de ce qui est fait ailleurs, des problématiques d’autres secteurs/ marchés. Dans cette optique, Coretech Dev sait aussi s’entourer aussi d’experts externes qui vont l’accompagner, réaliser une veille pointue et présenter ce qu’ils ont identifié comme opportunités et problématiques.

En plus de membres experts et très curieux, l’équipe est constituée de profils très différents, en termes d’expérience, de connaissance, d’affinités. Sa richesse réside dans la diversité de personnalités, de cultures, et son ouverture. Elle compte aussi parmi elle quelques personnes dites atypiques dont certaines atteintes de troubles du spectre de l’autisme. Ça demande parfois des adaptations, mais un cadre sécuritaire et confortable pour tous s’est rapidement et naturellement créé. 

Quand on demande au directeur comment il a réussi à mettre en place un tel degré d’inclusion et d’ouverture dans son équipe il répond simplement : « C’est comme inscrit dans notre ADN. Avoir des gens ouverts chez Ludia, ça fait partie intégrante de la démarche dès le tout début du processus de recrutement. Il y a une grande attention portée à voir si la personne est ouverte, partage les même valeurs et va bien s’intégrer dans l’équipe. »

Tout le monde est ainsi conscient des différences et sait s’adapter en termes de communication, de charge et de rythme de travail et de spécificités relationnelles. Même si la cohabitation n’est pas toujours la plus aisée, le travail collectif et le fort esprit d’équipe participe toujours au bon fonctionnement de ce département. Et lorsqu’on évoque le sujet, on en vient rapidement à la conclusion chez Ludia que oui, cette ouverture d’esprit, cette inclusion, et cette diversité,  nourrit l’esprit d’innovation et le pousse à un niveau plus loin. 

Si nous devions garder une règle d’or de nos échanges avec l’équipe Coretech Dev, ce serait sûrement : toujours valoriser l’ouverture d’esprit et ne jamais négliger la communication. 

Les dinosaures de Jurassic World sont plus vivants que jamais !

Aujourd’hui est un jour très spécial pour tous les amoureux de créatures préhistoriques, Ludia et Universal Brand Development s’associent avec Google pour donner vie à 10 dinosaures grâce à la Réalité Augmentée dans Google Search.  Vous pouvez remonter dans le temps jusqu’à la préhistoire et observer un T. Rex piétiner dans votre salon ou le majestueux Brachiosaure dominer les arbres de votre quartier. 

Pour les trouver, recherchez un dinosaure dans Google en utilisant votre appareil mobile et cliquez sur “afficher en 3D” pour leur donner vie grâce à la réalité augmentée. Cliquez sur “Voir en taille réelle”, les technologies d’éclairage repositionneront automatiquement le dinosaure dans l’espace dans lequel vous vous trouvez pour lui faire prendre la place nécessaire. Vous pouvez également zoomer pour observer de près la texture de sa peau. Les modèles de Jurassic World Alive de Ludia font en effet partie des dinosaures en réalité augmentée les plus réalistes créés à ce jour. 

Les dinosaures de Jurassic World disponibles en réalité augmentée sont les suivants : Tyrannosaurus Rex, Velociraptor, Triceratops, Spinosaurus, Stegosaurus, Brachiosaurus, Ankylosaurus, Dilophosaurus, Pteranodon et Parasaurolophus.

N’hésitez pas à faire preuve de créativité, à créer vos propres vidéos, et partager vos rencontres avec ces créatures majestueuses sur Facebook, Instagram et Twitter, en utilisant #Google3D and #JurassicWorld. Et une fois que vous aurez trouvé les 10 dinosaures sur Google AR, n’oubliez pas de venir jouer pour pouvoir en trouver plus de 200 dans le jeu et tout autour de vous ! 

Curieux de découvrir comment notre équipe crée les dinosaures ? Modelisation 3D, textures et animation, regardez cette vidéo pour découvrir le processus:

Plus d’information sur Jurassic World Alive 

Plus d’information sur les dinosaures dans Google search AR