Comment je suis entré dans l’univers des jeux vidéo

Share this article

Mon nom est Mathieu et je suis designer d’économie de jeu chez Ludia. Lorsque j’ai commencé à étudier en 2002, il n’y avait que peu d’écoles de jeux vidéo en France. Les jeux vidéo ont toujours été ma passion, mais mes études et mon parcours racontaient une toute autre histoire. J’ai étudié les communications, la vidéo, la 3D, le code, le design et j’ai commencé ma vie professionnelle en tant que designer web, puis directeur artistique, orienté principalement sur le design fonctionnel basé sur l’expérience utilisateur et le design d’interface (UX /UI). J’ai obtenu un diplôme de designer concepteur qui est un mélange entre l’art, le design et les modèles centrés sur l’expérience utilisateur. Dans les années qui ont précédées mon arrivée chez Ludia, j’ai accumulé de l’expérience dans les communications, la direction artistique, l’image de marque, la gestion de serveurs, le conseil, l’analyse concurrentielle, l’intégration, le déploiement, et même l’hébergement de serveurs ! Pas du tout le parcours typique que vous voyez en entrant dans l’industrie du jeu vidéo.

Je suis quelqu’un de curieux et multi-facettes par nature, en parallèle j’ai donc appris le développement informatique en autodidacte. J’ai créé mon propre serveur Minecraft il y a 9 ans avec 3 amis, développant mon expérience sur les serveurs, la gestion de communauté et la communication. (J’en profite pour passer le bonjour à ma communauté, vous êtes les meilleurs !) Et devinez quoi, cette expérience, mon autonomie et ma curiosité sont les points principaux qui m’ont permis de décrocher un emploi en jeu vidéo, et non pas mon parcours professionnel ou mes études.

Pendant toute une période, je me suis littéralement interdit de postuler dans les studios de jeu vidéo. J’avais peur de ne pas avoir l’expérience requise, le bon parcours ou les compétences adéquates, mais l’idée d’entrer dans cette industrie ne me quittait pas, elle restait toujours dans un coin de ma tête.

Mathieu

Aller simple pour Montréal !

En 2016, je suis arrivé à Montréal en tant que travailleur autonome, en continuant à travailler avec mes clients de France tout en développant mon réseau de nouveaux clients ici. Mais après 4 ans, l’idée de faire à nouveau partie d’une équipe me démangeait ! Et c’est finalement à cette période que j’ai trouvé le courage de déposer des candidatures dans des studios de jeu vidéo, et que j’ai croisé Ludia en chemin. Mais comment décrocher un emploi dans cette industrie alors que je n’ai pas d’expertise métier spécifique et que je suis plutôt un touche à tout ?

À la rencontre de Ludia

Ludia ne m’était pas inconnu. J’en avais déjà entendu parler auparavant par quelques amis et j’y avais envoyé des candidatures pour 3 emplois différents.  Ma deuxième rencontre avec le studio a été mon entrevue pour mon emploi actuel, et à ma grande surprise mes – désormais – 2 collègues ont montré un intérêt très marqué pour l’expérience lié à mon serveur.

Ils étaient très curieux de la façon dont j’avais créé de nouveaux modèles économiques, comment j’avais géré toute cette expérience, ce que j’avais appris, incluant tout ce qui a pu mal se passer au cours du processus.  Nous avons eu un échange très long sur l’autonomie, et l’importance d’être capable de prendre des décisions, apprendre de nouvelles choses et s’adapter. Le processus d’entrevues et les conversations enthousiastes que j’ai pu avoir ont rendu l’expérience de recrutement totalement différente de ce que j’ai pu voir dans d’autres entreprises.

La fiche de poste de mon rôle actuel était jusqu’alors un peu floue et encore en réflexion, ils étaient donc à la recherche d’un candidat curieux et ayant une très bonne capacité d’adaptation  – et ce n’est pas quelque chose que vous pouvez lire à travers un CV!

Quel est donc mon rôle aujourd’hui ?

Vous pourriez penser qu’il est difficile de trouver un emploi multi-facettes, ou qu’en tant que personne très polyvalente vous pourriez avoir des difficultés à trouver quelque chose de stimulant et d’intéressant, et surtout qu’un emploi mono-tâche n’est tout simplement pas fait pour vous. Vous pourriez aussi penser que vous avez besoin d’être un expert pour trouver un job vraiment intéressant. Et bien laissez-moi vous dire que vous avez tout faux !

Lorsque j’ai rejoint Ludia il y a maintenant 9 mois, j’ai trouvé exactement ce que je cherchais, le tout plutôt aligné à mes compétences. Un designer d’économie de jeu, sur le papier, équilibre un jeu. Il/elle étudie l’expérience de jeu, combien de temps un personnage survit, quels dommages une arme va causer, combien de temps cela va prendre pour passer au niveau suivant et le rythme global de progression.

Le designer d’économie de jeu devra aussi étudier la partie économie du jeu, la monétisation, et s’assurer que le jeu reste bien profitable pour le studio. On pourrait le voir comme le gardien des fondations du jeu : il est au cœur du jeu, toujours au courant de ce qui se passe, un peu comme un gestionnaire de projet. Et j’adore ça ! Je suis en contact permanent avec les différents rôles de l’équipe, je comprends ce qu’ils font, leurs contraintes, nous trouvons des solutions ensemble et avec les membres d’autres équipes. J’aide les personnes ayant une vision très orientée sur les détails à prendre du recul et voir le jeu de façon plus globale. C’est exactement le type de travail dont j’avais besoin pour continuer à apprendre, et enrichir mes compétences et connaissances multiples, partager mon expérience et les enseignements que j’en ai tirés, et aucune journée ne ressemble aux autres. Chaque jour est différent!

L’industrie du jeu vidéo est très souvent perçue d’une certaine façon : l’industrie est vue comme un espace inatteignable, dans lequel seules les élites sont acceptées. Mais aujourd’hui, il y a tellement de manières différentes d’entrer dans cette industrie. Il y a réellement une place pour tout le monde.Trouver un studio qui vous donne la possibilité et le temps de développer votre potentiel, d’évoluer au sein de la compagnie, et même de changer de cap est crucial. Chez Ludia, de nombreuses personnes ont changé de direction au cours de leur carrière. Je connais des designers de niveaux qui sont devenus des designers de jeu en à peine 6 mois, ou des Ludiens de l’équipe Assurance Qualité devenus Level Designers.

Mes astuces pour ceux désirant intégrer l’industrie du jeu vidéo:

Si vous pensez ne pas avoir les compétences nécessaires pour entrer dans l’univers du jeu vidéo, sachez que vous êtes votre pire ennemi ! Nous avons tendance à nous juger, nous et notre travail, beaucoup trop sévèrement. Nous comparons nos compétences à ce que les séniors sont capables de faire et ce qui est partagé sur les réseaux sociaux. Mais, tout le monde doit bien commencer quelque part et ces personnes se posent les mêmes questions que celles que vous vous posez. Croyez en vous, commencez petit et voyez où tout cela vous mène.

Si vous avez une entrevue prochainement, préparez-vous bien ! S’il y a un test, apprenez en le plus possible, parcourez toute l’information disponible, lisez, écoutez, regardez, discutez !

Parler toujours de vos expériences pendant une entrevue, même les mauvaises ! Vous pensez peut-être qu’elles sont sans intérêt ou que les évoquer vous mettra dans une mauvaise position mais elles sont peut-être vos meilleures armes pour donner aux recruteurs les informations dont ils ont besoin pour prendre le pari de vous embaucher.

Le syndrome de l’imposteur est une drôle de chose qui vit en chacun de nous. J’ai toujours pensé que je ne n’avais pas assez de valeur, plus encore lorsque j’ai dû faire face à plusieurs refus après mes premières candidatures. J’ai mis des années à réaliser et accepter que ce n’était pas vrai.

Les études et formations que vous avez choisies ne reflètent pas nécessairement ce que vous ferez à l’avenir. Soyez toujours ouvert(e)s d’esprit, croyez en vous, soyez patient(e)… c’est en commençant par des petites jobs, par réaliser différentes tâches par-ci par-là que vous pourrez identifier ce qui vous plaît le plus.

Et n’oubliez pas de vous aimer vous-même. La vie est bien trop courte !
Signé par Mathieu Roth aka @dokMixer sur Twitter

Article précédent Prochain article

Vous pourriez aimer

shares