Parlons de l’autisme dans l’industrie du jeu vidéo

Share this article

Angoissés, parfois maladroits en société, pas toujours faciles à comprendre, mais aussi doté d’un sens du détail hors pair, méticuleux et innovateurs : ils sont parfois appelés les oubliés du monde du travail. Eux ? Ce sont les personnes atteintes de troubles du spectre de l’autisme, et on est très fiers chez Ludia d’en compter parmi notre crew !

Michel

La diversité chez Ludia

Chez Ludia, lorsque l’on évoque la diversité on veut y inclure toutes les différences, et on ne veut pas seulement entendre parler de tolérance, on veut que chaque Ludien se sente libre de célébrer ses différences, échanger sur le sujet avec des personnes à l’esprit toujours ouvert, et se sente accepté et respecté.

Dans ce contexte, il y a quelques mois, Michel Blanchet nous a présenté un Lunch & Learn sur le thème des autistes en milieu de travail pour nous aider à mieux comprendre et donc mieux agir et intégrer ces profils atypiques.  Aujourd’hui on revient avec lui sur ce sujet qui mérite une attention toute particulière.

Le mythe de l’asperger

Michel est entré chez Ludia il y a presque 4 ans. D’abord Build Master, il a évolué pour rejoindre l’équipe de développeurs Backend il y a 6 mois. Souriant, sociable et aux intérêts multiples, il nous semble bien loin de la vision traditionnelle que l’on peut avoir d’une personne atteinte de trouble du spectre de l’autisme. « L’autisme c’est quelque chose qui n’est pas connu de tout le monde et beaucoup de gens ont leur propre idée de ce que c’est. » Il nous explique que le mythe de l’enfant qui se balance, ne veut pas être touché et est dans son propre monde, est encore très fort. « Mais l’autisme c’est beaucoup plus large que ça. On a chacun nos caractéristiques et différences personnelles. »

Une configuration de cerveau différente

« L’autisme a deux facettes, étant donné qu’on a une configuration de cerveau différente, ça peut amener des avantages comme des difficultés », confie Michel.

On peut regrouper les différences des autistes en 2 groupes :

  • socio-communicatives, qui influent sur les modes de communication et les difficultés avec le non verbal notamment,
  • et les différences liées à la nature et la variété des intérêts, qui sont généralement restreints mais dont la connaissance est très approfondie.

Un des aspects des troubles du spectre de l’autisme est aussi un cerveau concentré plus sur les détails et que la globalité. Ce trait est très utile pour un emploi comme testeur de jeux par exemple car il permettra de trouver des bugs auxquels personne d’autre n’avait pensé. En revanche cela peut mettre un candidat autiste en difficulté durant un entretien lorsqu’on lui posera des questions abstraites type « qualités / défaut » ou « où te vois-tu dans 5 ans ».

« C’est plus facile pour nous de montrer ce qu’on est capable de faire plutôt que de l’expliquer. C’est pourquoi beaucoup d’autistes qui ont pourtant les bonnes compétences pour l’emploi se font refuser car ils ont de la difficulté à expliquer. »

L’intégration chez Ludia

Trouver un emploi pour un asperger peut être compliqué. Michel apprécie donc naturellement que Ludia lui ait ouvert la porte. Mais plus particulièrement, ce qu’il  apprécie c’est de sentir qu’il a été accepté pour lui et ses compétences. On a pris en compte sa spécificité, bien sûr, mais sans jamais en faire la raison principale de son embauche.

« J’ai remarqué que comparativement à d’autres compagnies, Ludia était assez ouverte ». Alors que dans la passé on lui reprochait d‘être dans la lune sans jamais vérifier si son travail était fait et fait correctement, ces problèmes ne se sont pas posés ici.

« C’est ça que j’ai trouvé chez Ludia, c’est que, que tu sois n’importe comment, tant que tu fais ton travail comme il faut, le reste importe peu. Puis si tu as besoin d’aide on va te la donner. Chacun a des besoins spécifiques. » Malgré l’ouverture déjà présente il nous confie qu’il y avait quand même un travail à faire et qu’il était important d’expliquer les problématiques de l’autisme chez Ludia. Il a donc pris l’initiative d’offrir une présentation. Et ce qui l’a étonné ? C’est l’accueil positif des Ludiens et leur intérêt pour ce sujet.

Quelques adaptations nécessaires

Accueillir une personne asperger et lui offrir un environnement de travail confortable demande quelques adaptations. Travailler dans un espace à air ouverte peut être épuisant, plus encore pour Michel. C’est pourquoi, à la faveur d’un réaménagement, il n’a pas hésité a demandé à être mis un peu en retrait pour être moins exposé au passage et au bruit, et ne pas avoir trop de lumière artificielle. Aucun problème ici encore ! Il utilise également un casque réducteur de bruit et ses collègues respectent quelques règles élémentaires pour le confort de tous.

En voici quelques unes :

  • Ne pas l’approcher par surprise (arriver dans son dos)
  • Eviter le contact physique
  • Diminuer le bruit si possible
  • Être très clairs dans le discours et les consignes (tâches, échéances, …)

Des éléments simples qui peuvent bénéficier à tous nos Ludiens finalement !

Et si on allait encore plus loin ?

Pour aller plus loin, le souhait de Michel serait de voir ce message d’ouverture de Ludia envers les personnes atteintes de troubles du spectre de l’autisme diffusé plus largement à l’externe. Puis dans un second temps pouvoir développer un programme de mentoring qui aidera les nouvelles recrues autistes à s’intégrer encore mieux.

Alors vous en dites quoi ? Si on réalisait la première partie de ce souhait ?

Laissons savoir que chez Ludia tout le monde est bienvenu !

Et on va même plus loin :

Rejoignez notre crew, on vous attend !

Article précédent Prochain article

Vous pourriez aimer

shares